Fresque du début du XIVe siècle représentant le miracle du pendu dépendu (penjat despenjat), janvier 1995

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Fresque du début du XIVe siècle représentant le miracle du pendu dépendu (penjat despenjat), janvier 1995

Le miracle du pendu dépendu Lo miracle del penjat despenjat

Un des miracles fondateurs du pèlerinage de Saint-Jacques est celui du pendu dépendu représenté par des peintures de la fin XIIIe ou de la première moitié du XIVe siècle de l’église de Villeneuve d'Aveyron (Vilanòva).

Il existe une narration en vers occitans, probablement du XVe siècle, qui situe ce miracle à Toulouse (Tolosa).

Le fils d’un pèlerin (romiu) allemand est condamné à tort à la pendaison parce qu’il a refusé les avances d’une servante d’auberge, celle-ci ayant glissé dans sa besace (biaça) une tasse d’argent par dépit pour le faire accuser de vol.

Son père achève seul le pèlerinage mais, à son retour, il retrouve son fils en vie, sauvé par le saint.

Les chants Los cants

Lors des enquêtes al canton, plusieurs informateurs ont évoqué une chanson de Saint-Jacques (Sant-Jacme) en occitan comme il en existait beaucoup autrefois. Il n’en reste qu’un témoignage écrit par le père Ernest Amans de Miquels de Rieupeyroux (Miquèls de Riupeirós) qui tenait cette chanson de son père.
« Lo camin de Sant-Jaume, (bis)

Tres paurons l’an marrit (perdut). (bis)

S’en van demandar l’aumòrna, (bis)

A-z-un riche castèl. (bis)
Madama sort en fenèstra : (bis)
“Qué demandatz paurons ? (bis)
– Nautres demandant, Madama, (bis)

Se nos podriatz lotjar ? (bis)

– Dintratz, dintratz los paures, (bis)

Dintratz dins mon castèl !” (bis) »

Vilanòva (de Roergue), genièr de 1995

Photo

Fresque du début du XIVe siècle représentant le miracle du pendu dépendu (penjat despenjat), janvier 1995
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...