Passar la poma

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jusqu'en 1970, les conscrits allaient passer le conseil de révision au chef-lieu de canton, afin de savoir s'ils étaient aptes au service militaire.

C'est eux, la classa, qui organisaient et finançaient la fête votive de leur village et, pour ce faire, ils organisaient une quête : passavan la poma. Sur le Lévézou, ils décoraient un houx (grifol, grifola) sur lequel ils plaçaient une grande fouace (fogassa).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRIETTE BOUSQUET

née Bousquet en 1905 à Fijaguet de Villefranche de Panat.

Transcription

Occitan
Français
« Lo briat de fo(g)assa que fasiam dins aquel paure forn aquí, la m'avián manjada a miègjorn, l'avián presa per anar passar la poma.
Anavan cercar una gròssa grifola, i metián una gròssa fo(g)assa que de còps que i a… Aviái la miá paura mamà que m'adujava, patissiái a la claure, debordava de sus la placa del forn, caliá i far plan atencion. Alara la fotián dins lo grifol, l'enribantavan e anavan passar… Prenián la boeta e lo monde lor donavan de sòuses.
Ten ! Aquò d'aquí, metètz-o, i fa pas res, aquò los farà rire.
Aviái uèch ans, la miá paura sòrre m'aviá plan penchenada, aviái de polits pelses, enfin lòngs, pas fresats, èri pas fresada m'enfin m'aviá faches dos polits cocardons aquí amb un riban blu qu'èra polit coma tot.
Aviái uèch ans e los conscrits avián vint ans, pardí. Los conscrits, i aviá lo meune fraire ambe son copin qu'i a un tròç qu'es mòrt e li ai reprochat los ribans, al fraire amai al copin, a totes dos.
Enfin, lor mancava lo riban blu e lo caliá, alara mon paure fraire venguèt e me di(gu)èt :
“Rieton, se los me donavas, aqueles ribans aquí ? Ieu te'n cromparai, te'n cromparai…”
E ieu :
“Non, non, non… los te vòli pas…”
Fasiái aital.
“Non, non, non…”
L'autre ven per darrèr…
“Rieton, Rieton ! Te'n portarai un fais de ribans, anarai a Vilafranca e te'n poratrai, te'n portarai !”
Me daissèri temptar e me prenguèron los ribans de las tressas aquí e èri pas pus polida après. Mès los ribans, los ai pas jamai avuts ! »
“Passer la pomme”
« Le peu de fouace que nous faisions dans ce pauvre four là, ils l’avaient mangée à midi, ils l’avaient prise pour aller “passer la pomme”.
Ils allaient chercher un gros houx, ils y mettaient une grosse fouace qui parfois... J’avais ma défunte mère qui m’aidait, j’avais du mal à la faire rentrer, elle débordait de sur la plaque du four, il fallait y faire très attention. Alors ils la mettaient dans le houx, ils l’enrubannaient et ils allaient passer... Ils prenaient la boîte et les gens leur donnaient des sous.
Tiens ! Celle-là, mettez-la, ça ne fait rien, ça les fera rire.
J’avais huit ans, ma défunte sœur m’avait bien peignée, j’avais de jolis cheveux, enfin longs, pas frisés, je n’étais pas frisée mais enfin elle m’avait fait deux jolies petites cocardes là avec un ruban bleu qui était joli comme tout.
J’avais huit ans et les conscrits avaient vingt ans, bien sûr. Les conscrits, il y avait mon frère avec son copain qui est mort depuis un moment et je lui ai reproché de m'avoir pris les rubans, à mon frère et à son copain aussi, à tous les deux.
Enfin, il leur manquait le ruban bleu et il le fallait, alors mon défunt frère vint et il me dit :
“Riette, si tu me les donnais, ces rubans là ? Moi je t’en achèterai, je t’en achèterai...”
Et moi :
“Non, non, non... je ne veux pas te les...”
Je faisais comme ça.
“Non, non, non...”
L’autre vient par derrière...
“Riette ! Riette ! Je t’en porterai un tas de rubans, j’irai à Villefranche et je t’en porterai, je t’en porterai !”
Je me laissai tenter et ils me prirent les rubans des tresses là et je n’étais plus jolie ensuite. Mais les rubans, je ne les ai jamais eus ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...