Escodre a la lata

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant l'arrivée des batteuses, on battait le grain à la latte (lata, pèrga) d’origine celtique ou au fléau (flagèl) d’origine latine. Dans certains secteurs, on dépiquait aussi par piétinement (calcar, caucar, chaupir).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRIETTE BOUSQUET

née Bousquet en 1905 à Fijaguet de Villefranche de Panat.

Transcription

Occitan
Français
« Sabi pas faire al flagèl perque aviam pas escodut ambe lo flagèl mès, pendent tres ans… Èri pichona, aquò m'agradava, e aimavi, e teniái mon reng, podètz creire ! A la lata, sabètz de qu'es aquò ? La lata, aquò èra de bastons de vaissa, de tant long que podián, e pièi ni'n ajustavan. Ne metián quatre o cinc coma aquò, èra gròs a pus près coma aquò. E, ambe de… apelàvem aquò d'amarinas, sabètz de qu'es aquò ? Los vims que partejavan pel mièg. Los tortilhavan, los tortilhavan entrò la cima e, a la cima, i metián un cadenon coma aquò.
E alara escodiam coma aquò ambe la lata. E ieu o aimavi, aquò d'aquí ! Aquò m'agradava.
E pièi amassàvem lo blat per tèrra, perque escodián sus l'èrba aquí. Dalhavan, que sia(gu)èssa plan rascla l'èrba, aquí, un bocin de… Sabètz, un pradèl, la glèba aquí plan polida. E pièi après, ambe la balaja, amassavan lo blat. Amassavan lo blat coma aquò e pièi lo criblàvem e aquò m'agradava.
Mès pièi l'autra, la machina a escodre arribèt, la darrièira annada, e aviam escodut ambe la lata tot lo se(g)al. »
Dépiquer à la latte
« Je ne sais pas faire au fléau parce que nous n’avions pas dépiqué avec le fléau mais, pendant trois ans... J’étais petite, ça me plaisait, et j’aimais, et je tenais mon rang, vous pouvez me croire ! À la latte, vous savez ce que c’est ? La latte, c’était des bâtons de noisetier, aussi longs qu’ils pouvaient, et puis ils y en ajoutaient. Ils en mettaient quatre ou cinq comme ça, c’était gros à peu près comme ça. Et, avec des... nous appelions ça des amarinas, vous savez ce que c’est ? Les osiers qu’ils partageaient par le milieu. Ils les tortillaient, ils les tortillaient jusqu’au bout et, au bout, ils y mettaient une petit chaîne comme ça.
Et alors nous dépiquions comme ça avec la latte. Et moi j’aimais ça ! Ça me plaisait.
Et puis nous ramassions le blé par terre, parce que nous dépiquions sur l’herbe là. Ils fauchaient pour que l’herbe soit bien rase, là, un peu de... Vous savez, un petit pré, la glèbe là très jolie. Et puis ensuite, avec le balai, ils ramassaient le blé. Ils ramassaient le blé comme ça et ensuite nous le criblions et ça me plaisait.
Mais ensuite l’autre, la machine à battre arriva, la dernière année, et nous avions dépiqué avec la latte tout le seigle. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...