Cabra, siás-tu cabra ?

Collecté en 1997 Sur la Commune de Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Arlette récite cette formule en pointant le tisonnier (picafuòc) dans les cendres de la cheminée.

Son

ARLETTE GRIMAL

née Vigroux en 1935 à Villefranche de Panat.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò, aquò èra a la velhada davant lo fuòc, quand i aviá de cendres. Las alisavan aquí ambe la pala e, ambe lo picafuòc, fasián de traucs e disián :

“Cabra, siás-tu cabra ?
– Se soi cabra ? Òc, soi cabra !
– As de banas ?
– S’ai de banas ? Òc, ai de banas !
– Ont las as ?
– Ont las ai ? Al cap, las ai !
– Quantas n’as ?
– Quantas n’ai ? Còmpta-las que tretze n’ai !” »
Chèvre, es-tu chèvre ?
« Ça, c'était à la veillée devant le feu, quand il y avait des cendres. Ils les égalisaient là avec la pelle et, avec le tisonnier, ils faisaient des trous et ils disaient :

“Chèvre, es-tu chèvre ?
– Si je suis chèvre ? Oui, je suis chèvre !
– As-tu des cornes ?
– Si j’ai des cornes ? Oui, j’ai des cornes !
– Où sont-elles ?
– Où sont-elles ? Sur ma tête !
– Combien en as-tu ?
– Combien en ai-je ? Compte-les, j’en ai treize !” »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...