Las còlas de dalhaires e de segaires

Collecté en 2000 Sur la Commune de Viala-du-Tarn Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les grosses exploitations embauchaient des équipes (còlas) de faucheurs (dalhaires) et de moissonneurs (segaires) dont le responsable était appelé colièr. Ces còlas se déplaçaient vers le nord à mesure que le foin poussait ou que les céréales mûrissaient.

La mécanisation arriva au moment de la Première Guerre mondiale.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ FABRE

né en 1924 à Ladepeyre du Viala du Tarn.

Transcription

Occitan
Français
« E ben ambe la dalhe ! Ambe la dalhe et allez ! L'as pas vista aquí la dalhe en naut ?
Ah oui, anavi començar en l'aval, anavi començar a La Devesa, sovent, pièi fasiam en montent, anàvem a La Forcariè, pièi a La Bòria, pièi a-z-Òlmens, a La Becièira, a La Barta e anàvem acabar a Ronsinhac. Tres meses, de quatre oras del matin a uèch oras del ser ambe nòstra dalhe, aquí. De temps en temps, la metiam aquí sul codièr et allez l'asugàvem e pièi, quand aviam a la picar, la picàvem, aviam la farga. E òc !
Ne caliá un aval e l'autre qu'aviá un reng aquí e l'autre… Se daissavas pas la distença, sabes que los vièlhs te tenián a l'òrdre ! Te disián :
“Di(g)a, s'as besonh de cagar !”
Te trasián lo capèl enlà.
“Arrèsta-te !”
Pardí !
E quand segàvem, aquò èra parelh. Quand segàvem ambe lo volam, cadun fauchava son passatge mès se n'i aviá un que volguèsse passar davant l'autre, los vièlhs te disián :
“Di(g)a, lo patron t'a comandat de nos butar o… ? Cacha a gaucha enlà !”
Aquò se passava pas coma aquò ! Òida ! Òida !
Aquò èra un temps passat mès duèi los acamparián pas, los joves, coma aquò…
Anàvem quèrre un planponh de blat enlà et allez ! pof ! una garba. Anàvem quèrre un autre planponh de blat amont al passatge, allez !
E cada tres segaires caliá un li(g)aire, una li(g)aira. Aquò èra lo trabalh de las femnas, aquò. Alara quand n'i aviá una qu'aviá atrapat de calcidas al ras dels bartasses, caliá que los òmes las li(gu)èsson. Sabes que se caliá pas reversinar. Vesi que tu siás reversinat mès sabes que, per anar li(g)ar de garbas ambe de calcidas, sai pas… Las fariás davalar, las margas ! Òida !
En blaguent, emblidarai de fumar ! »
Les équipes de faucheurs et de moissonneurs« Eh bien avec la faux ! Avec la faux et allez ! Tu ne l'as pas vue la faux en haut ?
Ah oui, j'allais commencer là-bas en bas, j'allais commencer à La Devèse, souvent, puis nous faisions en montant, nous allions à La Fourcarié, puis à La Borie, puis à Olmens, à La Bessièire, à La Barthe et nous allions terminer à Ronsignac. Trois mois, de quatre heures du matin à huit heures du soir avec notre faux, là. De temps en temps, nous la mettions sur l'étui de la pierre à aiguiser et allez nous l'aiguisions et puis, quand nous avions à la rebattre, nous la rebattions, nous avions la forge. Eh oui !
Il en fallait un là-bas et l'autre qui avait un rang là et l'autre… Si tu ne laissais pas la distance, tu sais que les vieux te mettaient au pli ! Ils te disaient :
“Dis, si tu as besoin de chier !”
Ils te jetaient le chapeau là-bas.
“Arrête-toi !”
Bien sûr !
Et quand nous moissonnions, c'était pareil. Quand nous moissonnions avec la faucille, chacun fauchait son passage mais s'il y en avait un qui veuille passer devant l'autre, les vieux te disaient :
“Dis, le patron t'a commandé d'accélérer ou… ? Pousse à gauche par là-bas !”
Ça ne se passait pas comme ça ! Tu parles ! Tu parles !
C'était jadis mais aujourd'hui ils ne les rassembleraient pas, les jeunes, comme ça…
Nous allions chercher une poignée de blé là-bas et allez ! pouf ! une gerbe. Nous allions chercher une autre poignée de blé là-haut dans le passage, allez !
Et pour trois moissonneurs il fallait un lieur, une lieuse. C'était le travail des femmes, ça. Alors quand il y en avait une qui avait attrapé des chardons au ras des haies, il fallait que les hommes les lient. Tu sais qu'il ne fallait pas retrousser ses manches. Je vois que toi tu as les manches retroussées mais tu sais que, pour aller lier des gerbes avec des chardons, je ne sais pas… Tu les ferais redescendre, tes manches !
Tu parles !
En blaguant, j'oublierai de fumer ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...