Dessin d'Antoine Bouviala (1838-1925) lisant

Sur la Commune de Tournemire Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dessin d'Antoine Bouviala (1838-1925) lisant

« Antoine Bouviala naquit le 17 février 1838 sous le rocher de Matarel au mas d’Auglans, paroisse de Tournemire. Il était fils d’Antoine Bouviala, cultivateur, et de Marie Roussel. La famille était pauvre : peu de terres, une paire de bœufs, quelques brebis, une maison de deux pièces seulement. Les enfants devaient coucher au galetas. 
Antoine entra à l’Ecole normale d’instituteurs. (…) Il occupa successivement les postes d’instituteur à Mayran, au Viala du Pas de Jaux et à Lapanouse de Cernon.
“Une bonne partie de ses écrits sont des œuvres de circonstance, d’un intérêt passager et restreint ; une autre partie ne mérite pas l’impression.” (Pierre Bouviala)
Deux œuvres dominent cette production : Countes de moun grand, encore inédits, et Flous rustiquos (Rodez, Carrère, 1913). (…)
Homme pieux, il faisait office de chantre et emplissait les églises et la campagne de sa voix puissante.
Il mourut à Villefranche de Rouergue, le 2 octobre 1925. Il a été enterré à Lapanouse de Cernon. Le Grelh roergàs a honoré sa mémoire le 8 août 1972 et a inauguré, à cette occasion, une plaque sur sa maison natale d’Auglans. Son petit-fils, Pierre Bouviala a rédigé une biographie de lui encore inédite. » (Extrait de “Galerie aveyronnaise”, d’après Jean Delmas, dans Vivre en Rouergue, n° 81, 1997)

L’iòu de miolo (graphie francisée)
« Un òubergnas un pàu toucat
Operçochet, dins un mercat,
Uno goujo de los pus grouossos.
Fouguen pas gaire mai sourtit,
Obio jomai bist oquel fruit :
Dins soun poïs n’iobio pas fouossos.

Oquelo goujo lou suspren ;
Gogno dòus oquel que lo ben :
“Qu’es aco ? digas, comorado ;
Sabe pas de que l’io dedins ;
Mais ne corrio pas quatre bins
Otal per faire uno corrado.”

Lou merchan, touosen lou bodàu
Penset : “Se cal omusa ’n pàu ;
Oqueste houome o l’ert prou nichouolo.”
Alors li dis d’un toun serious :
“L’omic, sès encaro curious,
Counouissès pas un iòu de miolo !

Oqueste es poulit et couat,
Et l’ourai be lèu debitat ;
N’ai troubat un prix rosounaple ;
Segur, lou que lou croumporo,
Dins quatre ou cinq meses òuro
Un miolotou dins soun estaple.”

Nouostre òubergnas èro tentat,
Foguet un tour dins lou mercat,
Mais l’iòu de miolo l’entrigabo ;
Lou boulio prene en s’en onen ;
Touorno dòus oquel que lou ben
Per li demonda cont coustabo.

Lou merchan, fouòrt serious, li dis :
“Tuen pas tout ce que courris,
Lou bous baile per cinq pistouolos ;
Cinquanto francs ocouos pas res
Dobont ce que li gognores :
Soben ce que couostou los miolos.”

Tout de suito nouostre òubergnas
Dourbis un diaple de socas,
Pus countent que cap que l’ogache ;
Li met lo goujo douçomen,
Et, lo bourso bido d’orgen,
Touorno porti per soun bilache.

Coumo nouostre pàure coruc
Passabo o lo cimo d’un truc,
Sentis un besoun que lou presso ;
Pàuso lou sac qu’èro doubert
Os un endrèch pla descoubert,
De pòu que quicouon lou bruquesso.

Mais o peno s’es escortat,
Que lou sac penjo de coustat,
Et lo goujo que degringouolo
Per lou trobès ou sàuto tout,
Et nouostre houome, sons dire mout,
L’ogacho faire et se desouolo.

En se truquen countro lous rouocs,
Se couopo en tres ou quatre flouocs
Que furgou bouisses et ronchasses ;
Se trapo uno lèbre dins un,
Que sauto et portis coumo un fun ;
Cresio lou diaple sus sous passes.

L’houome, dins so desoulotiou,
Dis : “Cunte offaire obio fach iou !
Lo fotolitat lou me ràubo ;
Lou merchan m’obio pas troumpat :
L’iòu èro be que tont couat ;
Bejo ! lou miolotou se sàubo !…” »
(Extrait de Flous rustiquos, par A. Bouviala, 1913)

Photo

Dessin d'Antoine Bouviala (1838-1925) lisant
© BOUVIALA André

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...