Alari, missionari en China

Collecté en 1996 par IOA Sur la Commune de Thérondels Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Rouergue, pays de familles nombreuses et terre de vocations, a envoyé des missionnaires sur tous les continents. Notre province a en particulier fourni plusieurs évêques à l’Asie et au Pacifique.

La plupart de ces missionnaires rouergats, devenus spécialistes des langues orientales au point d’établir des dictionnaires, avaient eu pour première langue l’occitan, langue qu’ils employaient avec plaisir parfois dans leur correspondance, mais surtout lorsqu’ils rencontraient un compatriote ou lors d’un séjour exceptionnel au pays.

En Carladez, l'adverbe de lieu ici ne se dit pas aquí mais atí.

Ethnotexte

LUCIENNE COUDOUEL

née Amberny en 1915 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Èra anat en China, a Changaï, parce que s’èra pas rendut en 14 per la guèrra e après agèt pas pus lo drech de tornar. I demorèt quaranta ans. Quand tornèt, sabiá pas pus parlar lo francés, calguèt que passèsse un mes un pèu per tornar parlar aicí. Ieu l’ai vist aquel òme, Alari s’apelava. Èra de Manhièira, atí. Pareis que quand venguèt curat li faguèron una fèsta… Sai pas se i aviá pas una trentena de plats… Quand tornèt de China, me rapèle que lo vese a la glèisa, èra pas bèl, èra pichinòt e, per sonar la messa i aviá una campana al ras de la cadièira, se penjava atí, perdiá pè… »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...