Lo pastre e lo tropèl

Collecté en 1997 Sur la Commune de St-Saturnin-de-Lenne Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant l’avènement de la Lacaune et du roquefort, beaucoup de fermes avaient un petit troupeau de moutons pour le lait, la laine et l’agneau. L'élevage se développa dans la seconde moitié du XIXe siècle. On construisit alors des bergeries indépendantes, les jasses (jaças).

Faute de jasse, la nuit, on enfermait les bêtes dans des parcs (pargues) mobiles extérieurs. Les bêtes n'étaient jamais seules en extérieur.

Afin d’intervenir en cas de problème, notamment en cas d’attaque de loups, le berger (pastre) dormait près du parc, avec ses chiens, dans une cabane montée sur roues (cabana, cabaneta de pastre) que l’on déplaçait en même temps que le parc.

Paul raconte qu'un berger avait pour habitude de ne pas faire saillir la brebis qui portait la plus grosse sonnaille (sonal). Cette pratique fut refusée par la nouvelle génération de patrons.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL BACH

né en 1920 à Montagnac de Saint-Saturnin de Lenne, décédé en 2011.

Transcription

Occitan
Français
« D'aquela epòca, aquò èra pas un pastre per cinc cents fedas, ne caliá totjorn dos o tres. La man-d'òbra èra pas tan cara d'aquela epòca. Mès i a certens endreches que avián una cabana e durmissián dins la cabana al ras de las fedas, quand las pargavan defòra. Mès, la cabana de pastre, aquò èra pas una demòra bien bèla…
Mès aquí, lo pastre que i aviá d'abans 30, oui,e ben jasiá a la jaça e teniá lo barricon aquí a la cistèrna. Aquò fa que… Preniá un bocin de lard o n'impòrta e una micha de pan e pièi passava sa setmana aicí, de còps que i a sans davalar o presque. Sustot l'auton, aquí, per çò que a-n-aquela epòca molzián. La caça e… Tanplan te manjava un plat de grivas aicí tot sol o n'impòrta, o ambe de camaradas. Aquò èra un vièlh… Aquò èra un celibatari. Aimava far la java. Fa que i aviá totjorn un barricon per biure un còp. Ieu l'ai bien conescut, aquel òme, mès i a un pauc qu'es mòrt.
Lo grand-pèra aviá una feda que la fasiá pas saillir per dire de portar lo gròs sonal. Pièi, quand lo pèra Volpelièr, lo grand-pèra d'aquel que i a uèi, venguèt a la bòria, di(gu)èt : “Op, aicí tendrem pas de fedas per dire de portar lo sonal. Cambiarem lo sonal d'una a l'autra, se cal, mès caldrà las far sègre totas !” Aquò èra una idèia coma aquò. D'aquela epòca, aquò èra un regissur que i aviá abans alara lo pastre fasiá un pauc çò que voliá. Aquò èra son idèia coma aquò. Rai que, de fedas, per n'i avure una que siaga pas prens sus dos cents o dos cent cinquanta, sabes, aquò arriba sovent. Òm pòt pas… Mès, la pus brava, aquò's un altre parelh de margas… »
Le berger et le troupeau
« À cette époque, ce n’était pas un berger pour cinq cents brebis, il en fallait toujours deux ou trois. La main-d’œuvre n’était pas aussi chère à l’époque. À certains endroits ils avaient une cabane et ils dormaient dans la cabane à côté des brebis, quand ils les parquaient dehors. Mais, la cabane de berger, ce n’était pas une demeure bien grande...
Mais là, le berger qu’il y avait avant 30, oui, eh bien il couchait dans la bergerie et il gardait son tonneau à la citerne. Ça fait que... Il prenait un peu de lard ou n’importe et une miche de pain et puis il passait la semaine ici, parfois sans descendre ou presque. Surtout en automne parce qu’à cette époque ils trayaient. La chasse et... Aussi bien il mangeait un plat de grives ici tout seul ou n’importe, ou avec des camarades. C’était un vieux... C’était un célibataire. Il aimait faire la java. Ça fait qu'il y avait toujours un tonnelet pour boire un coup. Moi je l’ai bien connu, cet homme, mais il y a un moment qu’il est mort.
Le grand-père avait une brebis qu’il ne faisait pas saillir parce qu’elle portait la grosse sonnaille. Puis, quand le père Volpelier, le grand-père de celui qu’il y a aujourd’hui, vint à la ferme, il dit : “Hop, ici nous n'aurons pas de brebis juste pour porter la sonnaille. Nous changerons la sonnaille de l’une à l’autre, s’il le faut, mais il faudra les faire saillir toutes !” C’était une idée comme ça. À cette époque, c’était un régisseur qu’il y avait avant alors le berger faisait un peu ce qu’il voulait. C’était ainsi son idée. De toute façon, qu’il y ait une brebis sur deux cents ou deux cent cinquante qui ne soit pas pleine, tu sais, ça arrive souvent. On ne peut pas... Mais, la meilleure, c’est une autre paire de manches… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...