L'ostal de Joan-Enric Fabre

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de St-Léons, Vézins-de-Lévézou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jean Monteillet évoque la mémoire de Jean-Henri Fabre (1823-1915), célèbre entomologiste félibre (lo felibre di tavan) né à Saint-Léons.

La grande enquête linguistique et ethnographique menée sur l'ensemble du département de l'Aveyron (aujourd'hui en ligne) doit beaucoup à Jean Monteillet qui fut conseiller général du canton de Vézins et président de la Mission départementale de la culture (aujourd'hui Aveyron culture).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN MONTEILLET

né en 1922 aux Crouzets de Vezins.

Transcription

Occitan
Français
« Davant aquela chiminèia, davant l'ola, la padena, l'òm se met a pensar, a se sovenir de çò qu'a escrich Joan-Enric Fabre a prepaus de l'ostal de Malaval.
Aquò èra a Malaval que i aviá son papeta e sa mameta, del costat de son paire e, abans d'anar a l'escòla, passèt son prumièr temps, quand èra pichon, a Malaval e ne parla. Parla sustot dels moments que passavan lo ser, quand l'ostal èra plan barrat, aquí, e que la mameta fasiá la sopa, escudelava la sopa de l'ola, que lo papeta copava lo pan. Èra lo sol qu'agèsse un cotèl. Copava lo pan pel monde.
L'òm vei qu'Enric Fabre a gardat en memòria lo sovenir d'aquelas seradas, quand parlava dels contes que fasiá la mameta, totjorn un pauc los mèmes mès que li fasián autant de plaser. L'òm sentís que i aviá, dins aquel ostal, lo ser, una calor, un bonur per Joan-Enric Fabre. Se'n soven plan longtemps. A la fin de sa vida, se'n soven encara. »
La maison de Jean-Henri Fabre
« Devant cette cheminée, devant la marmite, la poêle, on se met à penser, à se souvenir de ce qu’a écrit Jean-Henri Fabre à propos de la maison de Malaval.
C’était à Malaval qu’il avait son pépé et sa mémé, du côté de son père et, avant d’aller à l’école, il passa son premier temps, quand il était petit, à Malaval et il en parle. Il parle surtout des moments qu’ils passaient le soir, quand la maison était bien fermée, là, et que la mémé faisait la soupe, servait la soupe de la marmite, que le pépé coupait le pain. Il était le seul à avoir un couteau. Il coupait le pain pour tout le monde.
On voit qu’Henri Fabre a gardé en mémoire le souvenir de ces soirées, quand il parlait des contes que faisait la mémé, toujours un peu les mêmes mais qui lui faisaient autant plaisir. On sent qu’il y avait, dans cette maison, le soir, une chaleur, un bonheur pour Jean-Henri Fabre. Il s’en souvient très longtemps. À la fin de sa vie il s’en souvient encore. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...