Joan-Enric Fabre (1823-1915)

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de St-Léons, Vézins-de-Lévézou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jean-Henri Fabre (1823-1915), entomologiste mondialement connu, né à Saint-Léons sur le Lévézou, occitanophone de naissance, intégra le Félibrige fondé par Frédéric Mistral (1830-1914) dont il devint majoral. Il écrivit des poésies en occitan de Provence (Oubreto Prouvençalo dóu Felibre di Tavan).

La grande enquête linguistique et ethnographique menée sur l'ensemble du département de l'Aveyron (aujourd'hui en ligne) doit beaucoup à Jean Monteillet qui fut conseiller général du canton de Vézins et président de la Mission départementale de la culture (aujourd'hui Aveyron culture).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN MONTEILLET

né en 1922 aux Crouzets de Vezins.

Transcription

Occitan
Français
« Enric Fabre, quina lenga parlava ?
– A… se pòt pensar que parlava pas francés. Sai pas… Se pòt pas dire exactament per Sent-Luòns mès cal pas emblidar que Joan-Enric Fabre a passat sa prumièira junessa, sa prumièira enfança, a cò de son papeta e de se mameta de Malaval, abans d'anar a l'escòla. E aquí, plan segur, ausissiá parlar pas que en lenga nòstra.
Sèm pas estonats de veire que Joan-Enric Fabre qu'èra curiós de tot e que sustot se soveniá plan del Roergue… Es pas estonent que tanponh que lo Felibritge es nascut en Provença, i aja avut entre Mistral e el una relacion e una amistat. E sabètz que cada felibre aviá un nom particular e, coma èra entomologista, e ben l'an sonat lo Felibre di tavan. Lo tavan, en Provença, aquò èra le hanneton.
Dins sos Sovenirs entomologicse atanben dins de correspondéncias qu'avèm, quand parla del Roergue, i a de frasas que son caracteristicas.
Ditz : “Je suis du Rouergue et, si je n'étais pas né en Rouergue, je ne serais pas le même.”
I a d'afirmacions coma aquelas que fan plan veire que lo Roergue li a laissat un biais d'èstre, aquò's lo costat un pauc sauvatge de l'òme, un pauc independent. A totjorn viscut un pauc en fòra de las institucions.
Aquel libre, Oubreto Prouvençalo dóu Felibre di Tavan, aquò's sustot de poèmas sul grelh per exemple, sul grapald, parla… La nèu, li granolhas, coma dison en Provença…
La cigala e la formi(g)a, torna far la fable de La Fontaineper çò que ditz que La Fontainea pas dich las causas coma son e corrija un pauc.
I a de polits tèxtes sus son can.
Çò qu'a volgut far, e o ditz mai d'un còp dins son libre, a pas volgut estudiar las bèstias coma quicòm d'inèrte, pas solament d'un biais que collecciona las caracteristicas, a volgut estudiar la bèstia del biais que nais, que se noirís, que se reproduís, tot çò qu'es lo biais de viure d'una bèstia. Aquò's l'estudi d'un monde e o ditz.
Naltres, los paures, nos cal atanben… Avèm drech coma los altres a conéisser, a saupre, à apporter un atome dans l'énorme masse de ce que nous ne connaissons pas et de ce que nous avons à connaître. Ne parla sovent, en particular dins lo passatge sus la mare, lo pesquièr. Lo pesquièr… Quand menava los ritons al pesquièr, aquí vesiá un escach de causas, de causas qu'aviá pas jamai vistas, d'insèctes, de pèiras, de causas que lo susprenián. E pièi, quand arribava a l'ostal, li fasián vojar las pòchas per çò que aquò èra de salopariás. E el ditz :
“Mais pourquoi nous, pourquoi les humbles, pourquoi serions-nous liés au monde trivial ? Pourquoi ne pas connaître, ne pas savoir ? »
Jean-Henri Fabre (1823-1915)
« Henri Fabre, quelle langue parlait-il ?
– Ah... on peut penser qu’il ne parlait pas français. Je ne sais pas... On ne peut pas dire exactement pour Saint-Léons mais il ne faut pas oublier que Jean-Henri Fabre a passé sa première jeunesse, sa première enfance, chez son pépé et sa mémé de Malaval, avant d’aller à l’école. Et là, bien sûr, il n’entendait parler qu’en occitan.
Nous ne sommes pas étonnés de voir que Jean-Henri Fabre qui était curieux de tout et qui surtout se souvenait bien du Rouergue... Il n’est pas étonnant que dès que le Félibrige est né en Provence, il y ait eu entre Mistral et lui une relation et une amitié. Et vous savez que chaque félibre avait un nom particulier et, comme il était entomologiste, eh bien ils l’ont appelé le félibre des hannetons. Le tavan, en Provence, c’était le hanneton.
Dans ses Souvenirs entomologiqueset aussi dans des correspondances que nous avons, quand il parle du Rouergue, il y a des phrases qui sont caractéristiques.
Il dit : “Je suis du Rouergue et, si je n'étais pas né en Rouergue, je ne serais pas le même.”
Il y a des affirmations comme celles-là qui font bien voir que le Rouergue lui a laissé une façon d’être, c’est le côté un peu sauvage de l’homme, un peu indépendant. Il a toujours vécu un peu en dehors des institutions.
Ce livre, Œuvrettes Provençales du Félibre des hannetons, c’est surtout des poèmes sur le grillon par exemple, sur le crapaud, il parle... La neige, les grenouilles, comme ils disent en Provence...
La cigale et la fourmi, il refait la fable de La Fontaine parce qu’il dit que La Fontaine n’a pas dit les choses comme elles sont et il corrige un peu.
Il y a de jolis textes sur son chien.
Ce qu’il a voulu faire, et il le dit plus d’une fois dans son livre, il n’a pas voulu étudier les bêtes comme quelque chose d’inerte, pas seulement d’une façon qui collectionne les caractéristiques, il a voulu étudier la façon dont les bêtes naissent, se nourrissent, se reproduisent, tout ce qui est la façon de vivre d’une bête. C’est l’étude d’un monde et il le dit.
Nous, les pauvres, il nous faut aussi... Nous avons le droit comme les autres de connaître, de savoir, d’apporter un atome dans l'énorme masse de ce que nous ne connaissons pas et de ce que nous avons à connaître.Il en parle souvent en particulier dans le passage sur la mare. La mare... Quand il conduisait les petits canards à la mare, là il voyait une foule de choses, des choses qu’il n’avait jamais vues, des insectes, des pierres, des choses qui le surprenaient. Et puis, quand il arrivait à la maison, ils lui faisaient vider ses poches parce que c’était des saloperies. Et lui il dit :
“Mais pourquoi nous, pourquoi les humbles, pourquoi serions-nous liés au monde trivial ? Pourquoi ne pas connaître, ne pas savoir ? »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...