Toèna-Boèna

Collecté en 2000 Sur les Communes de St-Hippolyte, Ste-Geneviève-sur-Argence Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Antonin Champagnac tient ses contes d'un esclopièr (sabotier) de Saint-Hippolyte (près d'Entraygues) venu travailler chez son père dans le Cantal.

De nombreux contes mettent en scène des simples d'esprit à qui il arrive de multiples mésaventures. En Rouergue, cet anti-héros se nomme généralement Joan lo Bèstia, Joan lo Nèci, Tòni, Toèna ou bien encore Joan-Joan, c'est-à-dire Jean ou Antoine. Antonin nomme le sien Toèna-Boèna.

Ce conte a plusieurs cycles. Celui de la phrase improprement répétée est assez répandu. Il est cependant moins fréquent que celui de la foire.

Dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types, ce cycle figure au chapitre Contes facétieux et anecdotes (homme stupide), répertorié sous le numéro AT 1696 (Qu'aurais-je dû dire / faire ?).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANTONIN CHAMPAGNAC

né en 1913 au Cros de Ronesque (15).

Transcription

Occitan
Français
« I aviá, dins una familha… Avián un paure bogre que èra pas bien degordit. Me semblava ieu. E i fasián far las comissions, coma aquò. Alèra, totjorn sa maire li disiá :
“Repeta tot pel camin que atau doblidaràs pas.”
Alèra un jorn l'envoièt al moet, que i avián portat de blat per far mòure. Alèra, les molinièrs, d'aquel temps, avián drech a aver un pèu, un bocin, quoi.Alèra, que di(gu)èsse al molinièr que prenguèssa pas mai que tres ponhadas per sac. Aquò reveniá al molinièr.
Alèra part pels camins, pardí :
“Tres ponhadas per sac. Tres ponhadas per sac. Tres ponhadas per sac.”
Aquò fa qu'arriba a-n-un endrech que semenavan un grand camp. D'aquel temps, aquò anava pas viste coma uèi. Semenavan amb l'èrsa e les buòus o les chavals. Alèra lo patron d'aquela bòria, el trabalhava pas. Èra aicí amont al bòrd de la rota, agachava far les domestiques, aval. Entend arribar l'autre que disiá :
“Tres ponhadas per sac. Tres ponhadas per sac. Tres ponhadas per sac.”
Alèra li ditz :
“De qu'es aquò que me còntes ? Tot blat que semenam atí, que n'i aja pas que tres ponhadas per sac ? Espèce d'imbecile !”
Enfin, aviá enveja de li fotre un escopetau mès lo daissèt partir.
Alèra el :
“Mès cossí me cau dire alèra ?
– Te cau dire : carradas n'i aja. Carradas n'i a aja.”
Se'n va d'atí, partiá :
“Carradas n'i a aja. Carradas n'i a aja. Carradas n'i a aja.”
Quand sia(gu)èt plus enlai, trobèt un entarrament que portavan un cercueil.Avián pas de corbilhard, d'aquel temps. Aquò pesava… Ne'n podián plus. E el s'amena :
“Carradas n'i a aja. Carradas n'i a aja. Carradas n'i a aja.”
Alèra atí, per exemple, pausan locercueil, li dison :
“Mon vièlh, nautres que sèm crebats de portar, tu nos dises que carradas n'i aja ? Mès aquò va pas !”
Començan de t'i fotre un parelh d'escopetaus, un còp de pè sus las fessas.
Alèra se met a dire :
“Cossí cau dire donc ?
– Cau dire : que lo Bon Diu t'aja perdonat.”
Alèra se'n va :
“Que lo Bon Diu t'aja perdonat. Que lo Bon Diu t'aja perdonat. Que lo Bon Diu t'aja perdonat.”
Pus luènh, tròba dos que anavan sosterrar un can.
El s'amena :
“Que lo Bon Diu t'aja perdonat. Que lo Bon Diu t'aja perdonat.”
Les autres :
“Espèce de… Mès vas pas mièlh, que lo Bon Diu perdòne un can ?”
T'i foton una autra tustada…
Alèra ditz :
“Cossí cau dire donc ?
– Te cau dire : atau menan las ròssas.”
Part, totjorn :
“Atau menan las ròssas. Atau menan las ròssas. Atau menan las ròssas.”
Plus enlai, alèra atí, tròba una nòça. I aviá una nòvia, paure enfant, amb una traïna, èran quatre o cinc per téner la traïna, que se sali(gu)èssa pas per tèrra. E autres dos per la menar que sali(gu)èssa pas les solièrs. Quand i aviá un pauc d'ai(g)a la portavan de l'autre costat.
E el que s'amena :
“Atau menan las ròssas. Atau menan las ròssas. Atau menan las ròssas.”
Les autres li di(gu)èron :
“Espèce d'imbecile ! Insolent, d'anar dire aquò, atau menan las ròssas, ço ditz, a una polida nòvia coma aquò !”
E pareil,i te'n foton una autra tustada.
E di(gu)èt :
“ Mès cossí cau dire donc ?
– Cau dire : atau fasquan totas.”
E partiá :
“Atau fasquan totas. Atau fasquan totas. Atau fasquan totas.”
E quand sia(gu)èt plus lònh, trobèt dins un vilatge una granja que cramava. Tot lo vilatge aportavan l'ai(g)a, d'aquel temps i aviá pas de pompièrs, i aviá pas res, fasián aquò que podián, pardí. E el que s'amena :
“Atau fasquan totas. Atau fasquan totas.”
Paure enfant, les autres pausan les siaus d'ai(g)a :
“Pistolet ! De qu'es aquò que nos dises atí ? Te rendes pas còmpte !”
E t'i en foton una autra borrada et puisvoilàpardí.
E se'n va plus lònh.
“ E cossí cau dire donc ?
– Cau dire : que lo Bon Diu t'escantigue.”
El partiá :
“Que lo Bon Diu t'escantigue. Que lo Bon Diu t'escantigue.”
Arriba plus lònh, ne'n tròba un que voliá far de pan, aviá las tortas que avián levat, que se'n anavan, impossible, dempièi lo matin podiá pas alucar lo forn.
Alèra, el que s'amena :
“Que lo Bon Diu t'escantigue. Que lo Bon Diu t'escantigue.”
Alèra lo tipe, enervat, se tòrna virar e li ditz :
“Mès vas pas mièlh, dempièi que trime per alucar lo forn, tu me soetas : que lo Bon Diu t'escantigue !”
Li'n fot una autra tustada !
“ E cossí cau dire donc ?
– Te cau dire : fuoquet, atí, per aquel trauquet.”
Alèra se'n va.
(Atí, pardí, aquò's pas bien pròpre…)
Plus lònh, ne'n tròba un que cagava dins lo fossat al bòrd de la rota.
El s'amena :
“Fuoquet, atí, per aquel trauquet. Fuoquet, atí, per aquel trauquet.”
L'autre creguèt que li voliá fotre fuòc a… S'amassa e acabèt de lo tuar. Aquò s'acabèt atí. Paure bogre, arribèt pas mème al moet… »
Toine-Boine
« Il y avait, dans une famille... Ils avaient un pauvre bougre qui n’était pas bien dégourdi. Il me ressemblait. Et ils lui faisaient faire les commissions, comme ça. Alors, sa mère lui disait toujours :
“Répète tout en chemin, comme ça tu n’oublieras pas.”
Alors un jour elle l’envoya au moulin, parce qu’ils y avaient porté du blé pour le faire moudre. Alors, les meuniers, à cette époque, avaient le droit d’en prendre un peu. Alors, il devait dire au meunier de ne pas prendre plus de trois poignées par sac. Ça revenait au meunier.
Alors, il part par les chemins, bien sûr :
“Trois poignées par sac. Trois poignées par sac. Trois poignées par sac.”
Ça fait qu’il arrive à un endroit où on semait un grand champ. À cette époque, ça n’allait pas aussi vite qu’aujourd’hui. Ils semaient avec la herse et les bœufs ou les chevaux. Alors, le patron de cette ferme, lui ne travaillait pas. Il était ici en haut au bord de la route, il regardait faire les domestiques, en bas. Il entend arriver l’autre qui disait :
“Trois poignées par sac. Trois poignées par sac. Trois poignées par sac.”
Alors, il lui dit :
“Qu’est-ce que tu me racontes ? Tout le blé que nous semons ici, qu’il n’y en ait que trois poignées par sac ? Espèce d’imbécile !”
Enfin, il avait envie de lui mettre une taloche, mais il le laissa partir.
Alors lui :
“Mais comment me faut-il dire alors ?
– Il te faut dire : qu’il y en ait des charretées. Qu’il y en ait des charretées.”
Il s’en va de là, il partait :
“Qu’il y en ait des charretées. Qu’il y en ait des charretées. Qu’il y en ait des charretées.”
Quand il fut plus loin, il rencontra un enterrement au cours duquel ils portaient un cercueil. Ils n’avaient pas de corbillard, à cette époque. Ça pesait... Ils n’en pouvaient plus. Et lui il s’amène :
“Qu’il y en ait des charretées. Qu’il y en ait des charretées. Qu’il y en ait des charretées.”
Alors là, ils posent le cercueil, ils lui disent :
“Mon vieux, nous qui sommes crevés de porter, tu nous dis qu’il y en ait des charretées ? Mais ça ne va pas !”
Ils commencent à lui foutre une paire de taloches, un coup de pied sur les fesses.
Alors, il se met à dire :
“Comment faut-il donc dire ?
– Il faut dire : que le Bon Dieu t’ait pardonné.”
Alors, il s’en va :
“Que le Bon Dieu t’ait pardonné. Que le Bon Dieu t’ait pardonné. Que le Bon Dieu t’ait pardonné.”
Plus loin, il rencontre deux personnes qui allaient enterrer un chien.
Lui, il s’amène :
“Que le Bon Dieu t’ait pardonné. Que le Bon Dieu t’ait pardonné. Que le Bon Dieu t’ait pardonné.”
Les autres :
“Espèce de... Mais tu ne vas pas bien, que le Bon Dieu pardonne un chien ?”
Ils lui foutent une autre tannée...
Alors, il dit :
“Comment faut-il donc dire ?
– Il te faut dire : ainsi mène-t-on les charognes.”
Il part, toujours :
“Ainsi mène-t-on les charognes. Ainsi mène-t-on les charognes. Ainsi mène-t-on les charognes.”
Plus loin, alors là, il rencontre une noce. Il y avait une jeune mariée, pauvre enfant, avec une traîne, ils étaient quatre ou cinq pour tenir la traîne, pour qu’elle ne se salisse pas par terre. Et deux autres pour la conduire, pour qu’elle ne salisse pas ses souliers. Quand il y avait un peu d’eau, ils la portaient de l’autre côté.”
Et lui qui s’amène :
“ Ainsi mène-t-on les charognes. Ainsi mène-t-on les charognes. Ainsi mène-t-on les charognes.”
Les autres lui dirent :
“Epèce d’imbécile ! Insolent, aller dire ça, ainsi mène-t-on les charognes à une belle mariée comme ça !”
Et pareil, ils lui mettent une autre tannée.
Et il dit :
“Mais comment faut-il donc dire ?
– Il faut dire : qu'elles fassent toutes ainsi.”
Et il partait :
“Qu'elles fassent toutes ainsi. Qu'elles fassent toutes ainsi. Qu'elles fassent toutes ainsi.”
Et quand il fut plus loin, il rencontra dans un village une grange qui brûlait. Tout le village apportait de l’eau, à cette époque, il n’y avait pas de pompiers, il n’y avait rien, ils faisaient ce qu’ils pouvaient, bien sûr. Et lui qui s’amène :
“Qu'elles fassent toutes ainsi. Qu'elles fassent toutes ainsi.”
Pauvre enfant, les autres posent les seaux d’eau :
“Vaurien ! Qu’est-ce que tu nous dis là ? Tu ne te rends pas compte !”
Et ils lui mettent une autre bourrade et puis voilà bien sûr.
Et il s’en va plus loin.
“Et comment faut-il donc dire ?
– Il faut dire : que le Bon Dieu t’éteigne.”
Il partait :
“Que le Bon Dieu t’éteigne. Que le Bon Dieu t’éteigne.”
Il arrive plus loin, il rencontre quelqu’un qui voulait faire du pain, ses tourtes avaient levé, elles débordaient, impossible, depuis le matin, il ne pouvait pas allumer le four.
Alors, lui qui s’amène :
“Que le Bon Dieu t’éteigne. Que le Bon Dieu t’éteigne.”
Alors, le type, énervé, se retourne et lui dit :
“Mais tu ne vas pas bien, depuis que je trime pour allumer le four, tu me souhaites : que le Bon Dieu t’éteigne !”
Il lui met une autre tannée !
“Et comment faut-il donc dire ?
– Il te faut dire : petit feu, là, par ce petit trou.”
Alors il s’en va.
(Là, bien sûr, ce n’est pas bien propre...)
Plus loin, il rencontre quelqu’un qui chiait dans le fossé au bord de la route.
Il s’amène :
“Petit feu, là, par ce petit trou. Petit feu, là, par ce petit trou.”
L’autre crut qu’il voulait foutre feu à... Il s'approche et acheva de le tuer. Ça se termina là. Pauvre bougre, il n’arriva même pas au moulin... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...