Pierre sans Paur

Collecté en 2000 Sur les Communes de St-Hippolyte, Ste-Geneviève-sur-Argence Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Antonin Champagnac tient ses contes d'un esclopièr (sabotier) de Saint-Hippolyte (près d'Entraygues) venu travailler chez son père dans le Cantal. Il attribue celui-ci à Arsène Vermenouze (1850-1910), poète félibre du Cantal.

Antonin termine son récit par une phrase qui semble être une formule de fin de conte soulignant l'aspect fictif du récit, fermant l'histoire et ramenant l'auditoire à la réalité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANTONIN CHAMPAGNAC

né en 1913 au Cros de Ronesque (15).

Transcription

Occitan
Français
« Bon alors, Pierre sans Paur.
Oèi, alèra i aviá una bòria, pas lònh d'aicí que avián bèlcòp de pomas. Avián un verdièr, davant, i aviá sai pas, plusieursectaras, tot acaptat de pomièrs. E i aviá de pomas e las vendián, bien sûr.Mès, cada an, i aviá totjorn dels volurs que venián la nuèch, ne'n prenián de plens sacs e pièi se'n anavan.
E alèra, a-n-aquel ostau, i aviá tres garçons. Fa que l'ainat anèt far lo regiment e, quand tornèt del regiment, aviá aprés a tirar amb un fusilh. Alèra crompèt un fusilh e lor di(gu)èt :
“E ben aquesta annada les volurs de pomas auràn pas bèl temps.”
Bon,lo paire, aquò li plasiá mès tot juste. Enfin…
Quand sia(gu)èt la sason, que lo paire cada jorn anava se premenar enlai per veire, comencèt de veire que les volurs començavan de venir.
“A ben, di(gu)èt, aquò va bien !”
Lo sera, coma anavan al lièch el, pardí, te pren un bon cassa-crosta, una botilha de vin, lo fusilh cargat e se'n va. Se premena un pauc enlai entre les pomièrs. Vei pas degús. Fasiá luna. Alèra se tòrna virar un pèu al fons… darriès un gròs aure que i aviá atí. Demorèt atí un brave moment, vesiá pas res. L'idèia li prenguèt de cassar la crosta. Cassa la crosta, fotèt una bona tirada de vin. E puèi tot un còp, ma foi,les uèlhs se barrèron e demorèt atí. Aprèssa, lo jorn rajava, di(gu)èt :
“Ara vendràn pas.”
Tòrna partir a l'ostau. Alèra lo paire li di(gu)èt :
“Alèra, n'as pas vist de volurs ?
– Non, non, ai pas vist degús.
– Um…, ço ditz lo paire, me cau anar veire aquò.”
Va veire e, en efèt, trobèt qu'avián presas de pomas enquèra, coma d'abituda.
“E !, di(gu)èt, as pas bien aparat, ço ditz, son venguts !”
Lo capdet, ço ditz :
“A ! ieu i ai ben pensat que se tu i anàves les volurs farián aquò que voldrián. Ieu i vau anar aqueste ser, vas veire que…”
Bon,lo sera vengut, quand dintrèron de far lor trabalh, pardí, totjorn pareil,sopèron e puèi la nuèch arribèt. Enfin, l'autre tòrna prendre lo fusilh, un cassa-crosta, una autra botilha de vin, tòrna partir.
Quand sia(gu)èt alai, pareil,fa(gu)èt un torn, apr'atí. Putain,vesiá pas res. Tot un còp s'assieta e l'idèia li ven de cassar la crosta. Cassa la crosta fot una autra bona tirada de vin e puèi tot un còp les uèlhs se barrèron. Et voilà,les volurs fa(gu)èron aquò que volguèron.
Alèra lo matin, pardí, tòrna a l'ostau e, còp sec, sos fraires, tot aquò :
“Alèra, son venguts les volurs ?
– Ai pas vist degús !
– A ben sente que i èran certenament…”
Lo paire tornèt far un autre torn enlai.
“A…, di(gu)èt, aquò's egal, ço ditz, pas la pena que i vengon, ço ditz, les volurs fan aquò que vòlon !”
E lo pichon èra un coquinàs. Aviá pas paur de res, paure enfant ! Aquò èra… O la, la ! Aquò èra un tipe formidable.
“A…, di(gu)èt, vautres… Ieu i vau anar aqueste ser. Vos faguètz pas de missant sang, que… N'an pas qu'a venir ! Durmirai pas, ieu…”
E, en efèt, lo sera part, pren lo fusilh e sa maire :
“Mès te cau prendre per manjar !
– Non, non, non, non, non ! Ieu n'ai pas besonh ! Mange pas la nuèch, ieu.”
Lo tipe se premenèt enlai puèi, èra mai de mièjanuèch, tot un còp, te'n vei alai un que montava pel pomièr per far tombar las pomas e les autres… N'i aviá autres dos per tèrra. I t'alinha un pet enlai, paure, aquel òme tombèt coma un bosat.
(Excusatz-me, aquò èra escrich atau sul libre…)
Tòrna partir a l'ostau, ditz :
“Papà !
– De qué i a ?
– Vèni de tuar un òme !
– A… malerós, de qu'as pas tu fach ! Podam pas plus te gardar aicí, pecaire, te cau partir pel país, lònh d'aicí e pas plus tornar dins aqueste vilatge… Aquò's pas possible.”
Alèra l'enfant di(gu)èt :
“Se cau partir, vau partir.”
Mès, di(gu)èt :
“Dabans de partir, te vòle donar quicòm. Te vòle donar un sac. Aquel sac es miraculós. I faràs dintrar dedins aquò que voldràs. E atí, aquel morcèl de boès, aquò's la barra de la crotz.”
E di(gu)èt :
“Amb aquelas doas causas, passaràs pertot, degús t'arrestarà pas.”
E lo voilàparti.Un brave moment qu'èra partit, benlèu quinze jorns, e puèi totjorn pareil,tòrna dintrar dins un vilatge.
(Aquò's un pèu coma l'autre [cònte], atí.)
Vei lo monde atristats, avián pas bien enveja de parlar. Mès al-dessús, amont, i aviá un castèl. Aquò brilhava, i aviá de lumièresdedins, aquò èra magnifique. Alèra di(gu)èt :
“Amont, i avètz un polit castèl !
– Et oui,ço ditz, mès…
– Mès de qué vòu dire ?
– E ben, aquel castèl, vesètz, lo diable se'n es emparat e, totes aquelses que i van, tòrnan pas sortir. I anessiatz pas !
– A…, ço ditz, veirem ben aquò…
– I anessiatz pas, vo'n pregue !
– Si ben, si ben, i anarai, amai tornarai sortir.”
Alèra, arriba amont a-n-aquel castèl. Aquò èra pròpre, aquò èra bien. Aquò sentiá pas mauvais. Aquò èra impecable. Tot èra dubèrt, totas las pòrtas dubèrtas e vesiá pas degús. Enfin, aquò sentiá enquèra melhor. Va veire. Aquò èra la coisina, quicòm que cosiá mès sai pas de qué. Mès se gardèt ben de tocar res. Se tòrna virar e se tròba un diabloton negre, atí. Ço ditz :
“Qué fas atí, tu ?
– E ben, ço ditz, me premene, ai vist qu'aquò èra tot dubèrt…
– Ah bone ben te vau quèrre lo chèf.”
Tòrna partir. S'amèna un autre fotral de diblatàs, paure enfant ! Aquò èra lo patron, pardí.
E alèra di(gu)èt :
“T'es perdut ? De qué fas atí ?
– E ben oui,soi pas perdut mès aquò's talament bien chas vautres, ço ditz, que aquò èra tot dubèrt, ma foi,me soi permetut de dintrar, agachar de qué se passa…
– Bon e ben vas manjar ambe nautres.
– A…, ço ditz, ieu mange pas. Vive sans manjar.
– Aquò's pas possible !”
Alèra ditz a…
(Aquí aquò's un pauc tragique… Aquò's bèstia.)
Ditz a maites diables :
“Anatz quèrre las quilhas e vam far una partida de quilhas dabans de manjar.”
Alèra pòrtan las quilhas. Coma quilhas, aquò èra dels òsses de mòrts, la bola aquò èra un crânede mòrt. Alèra fa(gu)èron a las quilhas. Di(gu)èt :
“Fai-z-i un pauc, tu !
– Non, non, non, ieu sabe pas faire. Tòque pas res.”
Alèra, pardí, di(gu)èt al mèstre diable…
Di(gu)èt :
“Aicí, es pas chas tu.
– Soi chas ieu pertot, ieu, aquò's pas tu que me sortirà !”
Li ditz :
“Mefi(s)a-te !”
Alèra i ditz :
“Vas partir d'aicí e vas me signar aquel papièr atí de ton sang, que cap de diable tòrne pas metre les pès dins aquel castèl.”
L'autre se fotèt a reire, lo diable :
“Se i as pas que tu !
– E ben vam veire aquò !”
Duèrb lo sac e ditz :
“Diable negre, dintra dins mon sac miraculós !
– I dintrarai pas.
– I dintraràs.
– Dintrarai pas.”
I fot un còp ambe la barra de la crotz per l'esquina. Fotèt una cridada…
“Ooo… que m'as fach mau !
– Dintra dins lo sac.
– Non.”
Pam !
“I dintres ?
– Oui.”
Lo conha dins lo sac. Quand sia(gu)èt dins lo sac :
“E ben ara, de ton sang vas me signar que cap de diable tornarà pas metre les pès aicí.
– Non pas !”
Pam ! un autre còp de barra.
“Signaràs ?
– Non !”
Pam ! un autre còp de barra.
“Signaràs ?
– Oui.”
Alèra signa e, tanlèu signat, aquò fa(gu)èt pas que coma un vent. Lo castèl sia(gu)èt liberat del diable.
Tòrna sortir dins lo vilatge. Alèra di(gu)èt aval, ço ditz :
“Podètz venir al castèl, venètz ambe ieu e anatz dire a Mossur lo còmte que venga.”
(Alèra pareil,aquò sia(gu)èt la mèma causa qu'a l'autre [cònte].)
Alèra lo còmte s'amèna. Avián pas esquintat res, l'avián quitat tal coma l'avián trobat.
“E ben, di(gu)èt, ara sètz tranquiles, i podètz viure atí.”
Alèra, lo monde, pareil,di(gu)èron :
“M'enfin, de qué podam far a-n-aquel òme per lo recomprensar coma aquò ?”
Lo rei di(gu)èt :
“N'a qu'a demorar al castèl e puèi pus tard veirem.”
Pensava ben de lo maridar ambe la filha, qu'aviá una polida filha atanben.
Mès Pierre sans Paur aviá dich que se maridariá pas que quand auriá trobada una filha que li fasiá paur. Alèra èran atí, pensatz, sabián pas de qué i faire… Mièlh que sia(gu)èsse estat lo filh del castèl. Aquela filha li èra totjorn après, enfin…
“Quora nos maridam ?” Aicí, alai…
Pierre disiá :
“Me cau téner ma promessa. Quand trobarai una filha que m'a facha paur, aquò serà còp sec.”
Assajavan de tot per li far paur, la nuèch, lo jorn… Pierre aviá pas jamai paur.
Un jorn, temptèt una causa… Fasián lo pan, d'aquel temps, alèra avián de las mags, sabètz de qu'es aquò una mag. Alèra rempli(gu)èt aquela mag de pijons, des pigeons.Alèra apèla Pierre :
“Vos caldriá venir m'ajudar a levar l'acaptador d'aquela mag, atí, que deman nos cau far de pan.
– Oui, oui.”
Atapan l'acaptador, un de cada costat, totes aquelses pijons, roooom ! N'i aviá benlèu cinquanta. Benlèu mai. Aquò li venguèt dessús.
“A… m'an faches paur !”, ço ditz.
Paure enfant, aquela filha li sautèt al còl, contenta !
“Nos vam maridar !
– A ben oui.”
Alèra se maridèron e sia(gu)èron talament uriós ! Agèron dels enfantons que non agèron pas jamai paur de la ratapenada.

E ben lo cònte d'un poèta que i aviá avut dins lo Cantau mès aquò's trèsvièlh. S'apelava Vermenouze. A l'epòca, dins l'Avairon, aviatz François Fabié mès lo nòstre escriviá en patoès, bèlcòp. Mès aviá escrich de las poésies,mème quand anave en classa aviái estudiat de poésie d'Arsène Vermenouze. »
Pierre sans Peur
« Bon alors, Pierre sans Peur.
Ouais, alors il y avait une ferme, pas loin d’ici, où ils avaient beaucoup de pommes. Ils avaient un verger, devant, il y avait je ne sais pas, plusieurs hectares, tout recouvert de pommiers. Et il y avait des pommes et ils les vendaient, bien sûr. Mais, tous les ans, il y avait toujours des voleurs qui venaient la nuit, ils en prenaient des pleins sacs et puis ils s’en allaient.
Et alors, dans cette maison, il y avait trois garçons. Ça fait que l’aîné alla faire le régiment et, quand il revint du régiment, il avait appris à tirer avec un fusil. Alors il acheta un fusil et il leur dit :
“Eh bien, cette année les voleurs de pommes n’auront pas beau temps.”
Bon, le père, cela lui plaisait mais à peine. Enfin...
Quand ce fut la saison, car le père tous les jours allait se promener pour voir, il commença à voir que les voleurs commençaient à venir.
“Eh bien, dit-il, ça va bien !”
Le soir, comme ils allaient au lit lui, bien sûr, il prend un bon casse-croûte, une bouteille de vin, son fusil chargé et il s’en va. Il se promène un peu entre les pommiers. Il ne voit personne. La lune brillait. Alors il se retourne un peu au fond... derrière un gros arbre qu’il y avait là. Il resta là un bon moment, il ne voyait rien. L’idée lui vint de casser la croûte. Il casse la croûte, il but une bonne rasade de vin. Et puis tout à coup, ma foi, ses yeux se fermèrent et il resta là. Ensuite, le jour était levé, il dit :
“Maintenant, ils ne viendront pas.”
Il repart à la maison. Alors son père lui dit :
“Alors, tu n’as pas vu de voleurs ?
– Non, non, je n’ai vu personne.
– Hum..., dit le père, il me faut aller voir ça.”
Il va voir et, en effet, il constata qu’ils avaient pris des pommes encore, comme d’habitude.
“Eh !, dit-il, tu n’as pas bien gardé, ils sont venus !”
Le cadet dit :
“Ah ! moi j’ai bien pensé que si tu y allais, les voleurs feraient ce qu’ils voudraient. Moi je vais y aller ce soir, tu vas voir que...”
Bon, le soir venu, quand ils rentrèrent de leur travail, bien sûr, toujours pareil, ils soupèrent et puis la nuit arriva. Enfin, l’autre reprend le fusil, un casse-croûte, une autre bouteille de vin, il repart.
Quand il fut là-bas, pareil, il fit un tour, par là. Putain, il ne voyait rien. Tout à coup, il s’assied et l’idée lui vient de casser la croûte. Il casse la croûte, il boit une autre bonne rasade de vin et puis tout à coup ses yeux se fermèrent. Et voilà, les voleurs firent ce qu’ils voulurent.
Alors le matin, bien sûr, il rentre à la maison et, de suite, ses frères, tout ça :
“Alors, les voleurs sont venus ?
– Je n’ai vu personne !
– Eh bien, je sens qu’ils y étaient certainement...”
Le père retourna faire un tour là-bas.
“Ah..., dit-il, c’est pareil, pas la peine qu’ils viennent, dit-il, les voleurs font ce qu’ils veulent !”
Et le petit était un coquin. Il n’avait peur de rien, mon pauvre ! C’était... Oh là là ! C’était un type formidable.
“Ah..., dit-il, vous... Moi je vais y aller ce soir. Ne vous faites pas de mauvais sang... Ils n’ont qu’à venir ! Je ne dormirai pas, moi...”
Et, en effet, le soir il part, il prend le fusil et sa mère :
“Mais il te faut prendre à manger !
– Non, non, non, non, non ! Je n’en ai pas besoin ! Je ne mange pas la nuit, moi.”
Le type se promena là-bas puis, il était plus de minuit, tout à coup, il en voit un là-bas qui montait sur le pommier pour faire tomber les pommes et les autres... Il y en avait deux autres par terre. Il lui aligne un tir, mon pauvre, cet homme tomba comme une bouse.
(Excusez-moi, c’était écrit comme ça sur le livre...)
Il repart à la maison, il dit :
“Papa !
– Qu’y a-t-il ?
– Je viens de tuer un homme !
– Ah... malheureux, qu’as-tu fait ! Nous ne pouvons plus te garder ici, mon pauvre, il te faut partir loin d’ici et ne plus revenir dans ce village... Ce n’est pas possible.”
Alors l’enfant dit :
“S’il faut partir, je vais partir.”
Mais il dit :
“Avant de partir, je veux te donner quelque chose. Je veux te donner un sac. Ce sac est miraculeux. Tu y feras entrer ce que tu voudras. Et là, ce morceau de bois, c’est la barre de la croix.”
Et il dit :
“Avec ces deux choses, tu passeras partout, personne ne t’arrêtera.”
Et le voilà parti. Un bon moment après son départ, peut-être quinze jours, et puis toujours pareil, il entre à nouveau dans un village.
(C’est un peu comme l’autre [conte], là.)
Il voit les gens attristés, ils n’avaient pas très envie de parler. Mais au-dessus, là-haut, il y avait un château. Ça brillait, il y avait des lumières dedans, c’était magnifique. Alors, il dit :
“Vous avez un joli château, là-haut !
– Eh oui, dit-il, mais...
– Mais qu’est-ce que ça veut dire ?
– Eh bien, ce château, voyez-vous, le Diable s’en est emparé et, tous ceux qui y vont, n’en ressortent pas. N’y allez pas !
– Ah..., dit-il, nous verrons bien ça...
– N’y allez pas, je vous en prie !
– Si, si, j’irai, et j’en ressortirai même.”
Alors, il arrive là-haut à ce château. C’était propre, c’était bien. Ça ne sentait pas mauvais. C’était impeccable. Tout était ouvert, toutes les portes ouvertes et il ne voyait personne. Enfin, ça sentait encore meilleur. Il va voir. C’était la cuisine, quelque chose qui cuisait, mais je ne sais pas quoi. Mais il se garda bien de toucher quoi que ce soit. Il se retourne et il y avait un diablotin noir, là. Il dit :
“Que fais-tu là, toi ?
– Eh bien, dit-il, je me promène, j’ai vu que c’était tout ouvert...
– Ah bon, eh bien, je vais chercher le chef.”
Il repart. Un autre gros diable arrive, pauvre enfant ! C’était le patron, bien sûr.
Et alors, il dit :
“Tu t’es perdu ? Que fais-tu ici ?
– Eh bien, oui, je ne suis pas perdu, mais c’est tellement bien chez vous, dit-il, tout était ouvert, ma foi, je me suis permis d’entrer, regarder ce qui se passe...
– Bon, eh bien, tu vas manger avec nous.
– Ah..., dit-il, je ne mange pas. Je vis sans manger.
– Ce n’est pas possible !”
Alors, il dit à...
(Là, c’est un peu tragique... C’est bête.)
Il dit à d’autres diables :
“Allez chercher les quilles et nous allons faire une partie de quilles avant de manger.”
Alors, ils portent les quilles. Comme quilles, c’était des os de morts, la boule, c’était un crâne de mort. Alors, ils jouèrent aux quilles. Il dit :
“Joue un peu, toi !
– Non, non, non, moi je ne sais pas faire. Je ne touche rien.”
Alors, bien sûr, il dit au maître diable...
Il dit :
“Ici, tu n’est pas chez toi.
– Je suis chez moi partout, moi, ce n’est pas toi qui me feras sortir !”
Il lui dit :
“Méfie-toi !”
Alors, il lui dit :
“Tu vas partir et tu vas signer ce papier de ton sang, qu’aucun diable ne reviendra mettre les pieds dans ce château.”
L’autre s’est foutu à rire, le diable :
“S’il n’y a que toi !
– Eh bien, on va voir ça !”
Il ouvre le sac et dit :
“Diable noir, entre dans mon sac miraculeux !
– Je n’y entrerai pas.
– Tu y entreras.
– Je n’entrerai pas.”
Il lui fout un coup avec la barre de la croix dans le dos. Il poussa un cri...
“Oh... que tu m’as fait mal !
– Entre dans le sac.
– Non.”
Pam !
“Tu y entres ?
– Oui.”
Il le fourre dans le sac. Quand il fut dans le sac :
“Eh bien, maintenant, de ton sang, tu vas me signer qu’aucun diable ne reviendra mettre les pieds ici.
– Non !”
Pam ! un autre coup de barre.
“Tu signeras ?
– Non !”
Pam ! un autre coup de barre.
“Tu signeras ?
– Oui.”
Alors, il signe et, aussitôt signé, ça ne fit que comme un coup de vent. Le château fut libéré du diable.
Il ressort dans le village. Alors, en bas, il dit :
“Vous pouvez venir au château, venez avec moi et allez dire à Monsieur le comte qu’il vienne.”
(Alors, pareil, ça a été la même histoire que dans l’autre [conte].)
Alors le comte arrive. Ils n’avaient rien abîmé, ils l’avaient laissé comme ils l’avaient trouvé.
“Eh bien, dit-il, maintenant, vous êtes tranquilles, vous pouvez vivre là.”
Alors, les gens, pareil, dirent :
“Mais enfin, que pouvons-nous faire à cet homme pour le récompenser ?”
Le roi dit :
“Il n’a qu’à rester au château et nous verrons plus tard.”
Il pensait bien le marier avec sa fille, car il avait une jolie fille aussi.
Mais Pierre sans Peur avait dit qu’il ne se marierait que quand il aurait trouvé une fille qui lui ferait peur. Alors, ils étaient là, pensez-vous, ils ne savaient pas quoi faire... Mieux que s’il avait été le fils du château. Cette fille était toujours après lui, enfin...
“Quand nous marions-nous ?” Ainsi de suite…
Pierre disait :
“Il me faut tenir ma promesse. Quand je trouverai une fille qui m’a fait peur, ce sera tout de suite.”
Ils essayaient tout pour lui faire peur, la nuit, le jour... Pierre n’avait jamais peur.
Un jour, elle tenta une chose... Ils faisaient le pain, à cette époque, alors ils avaient des maies, vous savez ce qu’est une maie. Alors, elle remplit cette maie de pigeons. Alors, elle appelle Pierre :
“Il vous faudrait venir m’aider à lever le couvercle de cette maie, là, car demain il nous faut faire du pain.
– Oui, oui.”
Ils attrapent le couvercle, un de chaque côté, tous ces pigeons, rouuum ! Il y en avait peut-être cinquante. Peut-être plus. Ils vinrent sur lui.
“Ah... ils m’ont fait peur !”, dit-il.
Pauvre enfant, cette fille lui sauta au cou, contente !
“Nous allons nous marier !
– Eh bien, oui.”
Alors, ils se marièrent et ils furent tellement heureux ! Ils eurent des enfants qui n’eurent jamais peur de la chauve-souris.

Eh bien, le conte d’un poète qu’il y avait dans le Cantal, mais c’est très vieux. Il s’appelait Vermenouze. À l’époque, dans l’Aveyron, vous aviez François Fabié, mais le nôtre écrivait en patois, beaucoup. Mais il avait écrit des poésies, quand j’allais en classe, j’avais étudié de la poésie d’Arsène Vermenouze. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...