Lo lop e lo rainald

Collecté en 2000 Sur les Communes de St-Hippolyte, Ste-Geneviève-sur-Argence Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Antonin Champagnac tient ses contes d'un esclopièr (sabotier) de Saint-Hippolyte (près d'Entraygues) venu travailler chez son père dans le Cantal. Celui-ci lui a été transmis par sa grand-mère.

Les différentes séquences de ce conte animalier sont respectivement classées AT 15 (le renard parrain), AT 2A (la pêche à la queue), AT 2B (la pêche au panier), AT 40B (la queue soudée) et AT 2D (la queue de chanvre brûlée) selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Dans le cycle occitan du loup et du renard, le personnage du renard est flatteur, menteur et rusé, tandis que celui du loup, qui peut parfois incarner la cruauté, est ici fort naïf.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Antonin CHAMPAGNAC

né en 1913 au Cros de Ronesque (15).

Transcription

Occitan
Français
« Chas nautres, aquò èra d'ancien temps, tot a fèt vièlh, d'ancien temps, las bèstias parlavan. Alèra lo monde las emploiavan coma las personas.
Lo rainald èra campanièr e lo lop, pecaire, aquò èra un miserable. Alèra aviá fach una annada de secada, fa que trobavan pas grand causa a manjar. Alèra lo rainald, èra qu'èra un grand coquin, di(gu)èt :
“Sabes pas, ço ditz, cau far una fornilhièira.”
Una fornilhièira, aquò èra quauqu'un que vos prestava un tarrenh e que caliá tot defrichar a la man.
Alèra, pardí, se meton a anar defrichar aquò. Lo rainald disiá :
“Ten, semenarem de las rabas, semenarem de trefons, semenarem de peses… Aquò valdrà lo còp. Après, crebarem pas de fam.”
Mès que aquò èra per i arribar…
Mès lo rainald, aquò èra un grand coquin. Estent campanièr… Lo curat aviá bèlcòp d'abilhes e aviá metudas de… Sabiá pas end metre lo mèu, alèra al cloquièr i aviá de plaça, amont, i aviá metudas tres topinas de mèu. Aquò fa que lo rainald, estent campanièr, pardí, sabiá i faire !
Fotiá una calor, alai. Chas ieu, aquò penja coma aquò. Lo lop, pecaire, ne'n podiá plus. Èra atí sul margue del fessor.
Tot un còp l'autre :
“A ! ten, as pas entendut ?
– Non, ço ditz lo lop…
– E m'an apelat ! Cau anar far un batème.”
E alèra pardí, tornava partir. Montava dins lo cloquièr, manjava un pete de mèu e tornava partir. E tornava arribar aval, pardí. E lo lop, pareil, pi(g)assava ben un bocin mès podiá pas gaire…
Lo lendeman : la mèma comedia.
Lo rainald en tren de pi(g)assar, tot d'un còp :
“Ouiiiiii ! Veni !”
E lo lop, pecaire, èra atí coma un ase…
“Mès, ço ditz, ai pas entendut…
– A… pr'aquò an cridat pro fòrt, ço ditz, cau tornar partir. I a un autre batème.”
Alèra lo lop, quand li demandava cossí avián apelat aquel enfant qu'avián batejat, alèra lo rainald aviá començada la topina e disiá :
“Comencèmi !”
Bon, lo lendeman, pareil, tòrna far un pete de mèu, tranquile. L'autre èra aval.
“Cossí l'an apelat, aquel enfant ?
– Demiegèmi,” ço ditz.
Parce que èra arribat al mièg de la topina.
Aquò contunhèt totjorn, pardí. E lo lop, d'ont mai anava, d'ont mai, pecaire, d'ont mai baissava. Ne'n podiá plus… E aquò manquèt pas. L'autre :
“Ouiiiiii ! Veni !”
Lo lop :
“Mès ai pas entendut…
– A… pr'aquò cridan pro fòrt ! Es sord, alèra ?”
Tornava partir e lecava la topina jusca la fin. E tornava arribar aval. Lo lop, lo paure colhon, totjorn li demandava :
“Cossí l'an apelat, uèi, aquel enfant ?
– Acabèmi,” ço ditz.
Aviá acabat lo mèu.
Bon, aquò anèt ben mès que lo lop, a la fin, se revoltèt, di(gu)èt :
“Paure enfant, ieu ne'n pòde plus. Tu, as la borra fina, es polit coma tot, ço ditz. Agacha ieu, t'ai la pèl que penja, atí, ne'n pòde pas plus… Alèra, ço ditz, te vau manjar !”
Lo rainald :
“Bota, me manges pas, te'n fagues pas, vau trobar… Sabe una combina. N'i a un aval que fa dels panièrs, vau anar cercar un panièr e vam anar a la pesca.”
Lo riu èra pas lònh, d'aquel temps las trochas se tocavan, pardí. Alèra i di(gu)èt :
“Bon, ieu vau atapar las trochas e, tu, te vau estacar lo panièr a la cua, a la coeta, et puis voilà. Passaràs davant.”
Alèra lo rainald, quand atapava una trocha :
“A(g)acha aquela s'es polida, ten !”
La manjava e metiá una pèira dins lo panièr a la plaça. Aquò durèt un brave moment mès après i aviá una presa d'ai(g)a…
(Sabètz, dins les rius, benlèu coneissètz pas bien aquò, fasián una presa per anar prendre l'ai(g)a per anar arrosar les prats, atí.)
Atí, aquò montava, caliá sautar. Lo paure lop… Lo rainald montèt d'un saut, l'autre, lo lop, t'assagèt ben de sautar mès que la coeta… Lo panièr èra plen de pèiras. La coeta i peta, lo panièr demòra atí. Lo lop se tòrna virar, plorava :
“E ben soi crane, ara… Soi fotut ! Te vau manjar !”
Lo rainald :
“Non, non, non, non, non ! Ten, ço ditz, i a las pastoressas amont que gardan, an abandonat lo tropèl, veses totas an lo panièr per despertinar, per manjar, vam montar amont e n'ajas pas paur, n'i a que fialan a la conolha, fialan las estopas, te vau far una polida coeta, en mèma temps, manjaràs lo panièr de las pastoressas. E an alumat lo fuòc, amont i fa pas freg, son bien.”
Èra l'ivèrn, atí.
Mòntan amont, alèra pardí, prenon las estopas dins las conolhas. Las autras èran partidas enlai sai pas end ont. Las pastoressas èran pas atí. Fa una polida cua.
“A(g)acha aquela, s'es polida, ten ! E ben ara la te vau metre,” ço ditz.
Alèra avián alumat lo fuòc, las pastoressas, i di(gu)èt :
“Recula bien, atí, parce que cau de la calor per que còle bien,” ço ditz.
Alèra te fa aquò.
(Sai pas cossí l'aviá estacada, ne'n sabe pas res. Aquò's un cònte.)
E ditz :
“A(g)acha quana polida coeta ! Veses s'es polit ara ! Mès laissa-la caufar un pèu, atí. Recula ! recula !”
Recula talament que puèi lo fuòc i sauta e cramèt lo paure lop. Tot sia(gu)èt acabat.

Vesètz les rainalds s'aquò's coquin !

Ne sabiá de polits, la grand-maire, mès les ai doblidats totes… »
Le loup et le renard
« Chez nous, autrefois, il y a très longtemps, les bêtes parlaient. Alors, les gens les employaient comme les personnes.
Le renard était sonneur et le loup, pauvre, c'était un misérable. Alors, il avait fait une année de sécheresse, ça fait qu’ils ne trouvaient pas grand-chose à manger. Alors, le renard, qui était un grand coquin, dit :
“Tu ne sais pas, dit-il, il faut travailler une friche.”
Travailler une friche, c’était quelqu’un qui vous prêtait un terrain et il fallait tout défricher à la main.
Alors, bien sûr, ils se mettent à défricher ça. Le renard disait :
“Tiens, nous sèmerons des raves, nous sèmerons des pommes de terre, nous sèmerons des pois... Ça vaudra le coup. Ensuite, nous ne crèverons pas de faim.”
Mais c’était pour y arriver...
Mais le renard, c’était un grand coquin. Comme il était sonneur... Le curé avait beaucoup d’abeilles et il avait mis des... Il ne savait pas où mettre le miel, alors, dans le clocher, il y avait de la place, en haut, il y avait mis trois pots de miel. Ça fait que le renard, étant sonneur, bien sûr, il savait y faire !
Il faisait une chaleur, là-bas. Chez moi, ça penche comme ça. Le loup, le pauvre, n’en pouvait plus. Il était là sur le manche de la houe.
Tout à coup, l’autre :
“Ah, tiens, tu n’as pas entendu ?
– Non, dit le loup...
– Ils m’ont appelé ! Il me faut aller faire un baptême.”
Et alors, bien sûr, il repartait. Il montait dans le clocher, il mangeait beaucoup de miel et il repartait. Et il arrivait à nouveau là-bas, bien sûr. Et le loup, pareil, il piochait bien un peu, mais il ne pouvait pas tellement...
Le lendemain : la même comédie.
Le renard en train de piocher, tout à coup :
“Ouiiii ! Je viens !”
Et le loup, le pauvre, était là comme un âne...
“Mais, dit-il, je n’ai pas entendu...
– Ah... pourtant ils ont crié assez fort, dit-il, il faut repartir. Il y a un autre baptême.”
Alors le loup, quand il lui demandait comment ils avaient appelé cet enfant qu’ils avaient baptisé, alors le renard avait commencé le pot et disait :
“Commencemi !”
Bon, le lendemain, pareil, il refait une ventrée de miel, tranquille. L’autre était là-bas.
“Comment l’ont-ils appelé, cet enfant ?
– Demimi,” dit-il.
Parce qu’il était arrivé à la moitié du pot.
Ça a continué, bien sûr. Et le loup, plus ça allait, plus, le pauvre, il baissait. Il n’en pouvait plus... Et ça ne manqua pas. L’autre :
“Ouiiiiii ! Je viens !”
Le loup :
“Mais je n’ai pas entendu...
– Ah... pourtant ils crient assez fort ! Tu es sourd, alors ?”
Il repartait et il léchait le pot jusqu’à la fin. Et il arrivait à nouveau là-bas. Le loup, le pauvre couillon, lui demandait toujours :
“Comment l’ont-ils appelé, aujourd’hui, cet enfant ?
– Achèvemi,” dit-il.
Il avait achevé le miel.
Bon, ça allait bien, mais le loup, à la fin, se révolta, il dit :
“Pauvre enfant, je n’en peux plus. Toi, tu as le poil fin, tu es beau comme tout, dit-il. Regarde-moi, j’ai la peau qui pend, là, je n’en peux plus... Alors, dit-il, je vais te manger !”
Le renard :
“Allez, ne me mange pas, ne t’en fais pas, je vais trouver... Je connais une combine. Il y en a un là-bas qui fait des paniers, je vais aller chercher un panier et nous allons aller à la pêche.”
Le ruisseau n’était pas loin, à cette époque, les truites se touchaient, pardi. Alors, il dit :
“Bon, moi je vais attraper les truites et, toi, je vais t’attacher le panier à la queue, et puis voilà. Tu passeras devant.”
Alors le renard, quand il attrape une truite :
“Regarde celle-là si elle est jolie, tiens !”
Il la mangeait et il mettait une pierre dans le panier à la place. Cela dura un bon moment, mais ensuite, il y avait une prise d’eau...
(Vous savez, dans les ruisseaux, peut-être ne connaissez-vous pas bien ça, ils faisaient une prise d’eau pour aller prendre de l’eau pour arroser les prés, là.)
Là, ça montait, il fallait sauter. Le pauvre loup... Le renard monta d’un saut, l’autre, le loup, essaya bien de sauter mais sa queue... Le panier était plein de pierres. Sa queue casse, le panier reste là. Le loup se retourne, il pleurait :
“Eh bien, je suis beau, maintenant... Je suis foutu ! Je vais te manger !”
Le renard :
“Non, non, non, non, non ! Tiens, dit-il, il y a des bergères en haut qui gardent, elles ont abandonné leur troupeau, tu vois elles ont toutes un panier pour manger, nous allons monter et n’aie pas peur, il y en a qui filent à la quenouille, elles filent de l’étoupe, je vais te faire une belle queue, en même temps, tu mangeras le panier des les bergères. Et elles ont allumé le feu, là-haut il n’y fait pas froid, elles sont bien.”
C’était l’hiver.
Ils montent, alors bien sûr, ils prennent l’étoupe dans les quenouilles. Les autres étaient parties je ne sais où. Les bergères n’étaient pas là. Il fait une jolie queue.
“Regarde celle-là, si elle est jolie, tiens ! Eh bien, maintenant, je vais te la mettre,” dit-il.
Alors, elles avaient allumé le feu, les bergères, il lui dit :
“Recule bien, là, parce qu’il faut de la chaleur pour que ça colle bien,” dit-il.
Alors, il fait ça.
(Je ne sais pas comment il l’avait attachée, je n’en sais rien. C’est un conte.)
Et il dit :
“Regarde, quelle jolie queue ! Vois comme tu es joli maintenant ! Mais laisse-la chauffer un peu, là. Recule ! recule !”
Il recule tellement qu’ensuite le feu lui saute dessus et brûla le pauvre loup. Tout fut fini.

Vous voyez comme les renards sont coquins !

Elle en savait des jolis, ma grand-mère, mais je les ai tous oubliés... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...