Joan lo nèci

Collecté en 1997 Sur la Commune de St-Hippolyte Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De nombreux contes mettent en scène des simples d'esprit à qui il arrive de multiples mésaventures. En Rouergue, cet anti-héros se nomme généralement Joan lo bèstia, Joan lo nèci, Tòni, Toèna ou bien encore Joan-Joan, c'est-à-dire Jean ou Antoine.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL FRIC

né en 1923 à Saint-Hippolyte.

Transcription

Occitan
Français
« La maire de Joan lo Nèci l'envòia al mercat per vendre de burre. Fasián de burre dins l'ostau e li di(gu)èt :
“Ten Joan, te cau m'anar vendre aquelas caucas de burre al mercat.”
Arriba al mercat…
Mès li di(gu)èt :
“Mesfi(s)a-te parce que trobaràs prossas femnas mès, aquelas que parlan tròp, mesfi(s)a-te parce que aquò's pas aquelas que te cromparàn.”
En arribent, li demandèron :
“E ben Joan, quant ne vòls d'aquelas caucas de burre ?
– N'i a pas per vos, parlatz tròp !”
Aquò durèt un moment.
Al cap d'un bocin, pardí, se'n anèt e i aviá una estatua dins lo vilatge. Èra un pauc vièlha e i aviá un vent d'altan coma fa uèi, aquí. Lo vent la fasiá saquejar e bojava lo cap totjorn coma aquò. Di(gu)èt :
“E vos, Madama, voldriatz pas de burre ?”
E l'estatua se metèt a far coma aquò… Fasiá “oui, oui”…
“E oui mès ço ditz, caldriá…”
I pausa lo burre aquí.
“Vos caldriá me pagar.”
Mès l'estatua bojava pas. E, al cap d'un bocin, Joan qu'aviá un pau a la man, ço ditz :
“E se aquò dura atau, te vau copar la codena !”
E efèt, atapa lo baston e fot un còp a l'estatua. L'estatua tòmba e totas las pèças que i aviá dedins s'escampilhèron per tèrra. Mès, coma Joan èra onèste, ramassèt aquelas qu'i caliá pel burre e pas mai. Aprèssa, lo monde del vilatge, di(gu)èron :
“Ten, lo vent a desrocada l'estatua !”
Anèron quèrre lo curat per amassar las pèças et voilà.

Un altre jorn, èra anat a la fièira e li disián de crompar un asenon o un polin. Alèra, sus lo mercat i aviá pas res mai qu'atau. I aviá un gars que vendiá de las cojas e de melons. Alèra li di(gu)èt, coma lo sabiá un pauc simplòt :
“Mès, amb aquò d'aquí auràs un polin. Te cau lo prendre e lo coar sai pas quant de temps.”
En tornent partir del mercat, s'arrestèt per un besonh premsat atanben e pausa son melon o sa coja sul bòrd del tèrme aquí. Un còp de vent arriba, se'n va. Se lèva, en mème temps, aquò penjava, sa coja anèt petar per un aure, truquèt un aure. Al mème moment, una lèbre se'n va, que sia(gu)èt desrenjada, e el se metèt a cridar :
“Polinon ! Polinon ! Polinon !”
Mas que lo polinon camina totjorn… »
Jean le Niais
« La mère de Jean le Niais l’envoie au marché pour vendre du beurre. Ils faisaient du beurre chez eux et elle dit :
“Tiens Jean, il te faut aller vendre ces mottes de beurre au marché.”
Il arrive au marché...
Mais elle lui dit :
“Méfie-toi parce que tu rencontreras assez de femmes mais, celles qui parlent trop, méfie-toi d’elles parce que ce ne sont pas elles qui achèteront quelque chose.”
En arrivant, elles lui demandèrent :
“Eh bien, Jean, combien veux-tu pour ces mottes de beurre ?
– Il n’y en a pas pour vous, vous parlez trop !”
Cela dura un moment.
Au bout d’un moment, bien sûr, il s’en alla et il y avait une statue dans le village. Elle était un peu vieille et il y avait du vent d’autan comme aujourd’hui. Le vent la secouait et elle bougeait la tête toujours comme ça. Il dit :
“Et vous, Madame, vous ne voudriez pas du beurre ?”
Et la statue se mit à faire comme ça... Elle faisait “oui, oui”...
“Eh oui, mais, dit-il, il faudrait...”
Il pose le beurre là.
“Il vous faudrait me payer.”
Mais la statue ne bougeait pas. Et, au bout d’un moment, Jean qui avait un bâton à la main dit :
“Si ça dure comme ça, je vais te casser la couenne !”
En effet, il attrape le bâton et il met un coup à la statue. La statue tombe et toutes les pièces qu’il y avait dedans se répandirent par terre. Mais, comme Jean était honnête, il ramassa celles qu’il lui fallait pour le beurre et pas plus. Ensuite, les gens du village dirent :
“Tiens, le vent a renversé la statue !”
Ils allèrent chercher le curé pour ramasser les pièces et voilà.

Un autre jour, il était allé à la foire et il devait acheter un petit âne ou un poulain. Alors, sur le marché il n’y avait rien de tout cela. Il y avait un gars qui vendait des courges et des melons. Alors il lui dit, comme il le savait un peu simplet :

“Mais avec ça tu auras un poulain. Il te faut le prendre et le couver je ne sais combien de temps.”
En repartant du marché, il s’arrêta pour un besoin pressé et il pose son melon ou sa courge sur le bord du talus. Un coup de vent arrive, il s’en va. Il se lève, en même temps, ça penchait, sa courge alla heurter un arbre, elle cogna un arbre. Au même moment, un lièvre s’en va, qui fut dérangé, et lui il se mit à crier :
“Poulain ! Poulain ! Poulain !”
Mais le poulain court toujours... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...