L'altre jorn me maridère…

Collecté en 1993 par CORDAE Sur la Commune de St-Félix-de-Lunel Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons recueilli d'autres versions de cette chanson de mal-mariée, notamment sur la commune de Castanet (près de Sauveterre de Rouergue), à Longue-Gineste (Tarn) et à Saint-Saturnin de Lenne (Aveyron).

Thérèse Quintard entendit cette chanson en 1945 aux cours ménagers. Elle était chantée par une religieuse originaire de Golinhac.

La chanson est ici moins irrévérentieuse que celle collectée à St-Saturnin de Lenne. En effet, dans cette version, l'héroïne ne pleure pas son mari décédé et va même jusqu'à piétiner sa tombe et prier pour qu'il ne ressorte pas. (CORDAE)

Son

THÉRÈSE QUINTARD

née en 1925 à Saint-Félix de Lunel.

Transcription

Occitan
Français
« L’altre jorn me maridère,
Tra la la tirolirolin,
L’altre jorn me maridère,
Ne prenguère un sans-socí. (bis)

Lo lendeman de la nòça,
Tra la la tirolirolin,
Lo lendeman de la nòça,
Tombèt malaute a morir. (bis)

Partiguère a la vila,
Tra la la tirolirolin,
Partiguère a la vila,
Per cercar lo medecin. (bis)

Quand tornère d’a la vila,
Tra la la tirolirolin,
Quand tornère d’a la vila,
Venián de l’ensevelir. (bis)

Lo plorère, lo roflère,
Tra la la tirolirolin,
Lo plorère, lo roflère,
Jusc’al lendeman matin. (bis)

De m’avere laissada viusa,
Tra la la tirolirolin,
De m’avere laissada viusa,
Sans me faire tròp sofrir. (bis) »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...