Cançon de Sent-Jan

Collecté en 1993 par CORDAE Sur la Commune de St-Félix-de-Lunel Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson était souvent chantée à l'occasion des feux de la Saint-Jean appelés radals dans le pays. Ces feux connaissaient ici un retentissement particulier. Ils étaient la plupart du temps organisés par les domestiques et avaient lieu le 23 juin. Ce jour-là en effet, les domestiques qui changeaient de patron allumaient des feux dans tous les villages.

Autrefois, à Lunel, comme dans d'autres communes, les prêtres venaient bénir ces radals.

On prétendait que les jeunes gens qui arrivaient à sauter le feu devaient se marier dans l'année. Les jeunes exécutaient des rondes autour du brasier en chantant notamment "La bèla lon lè".

A Noailhac, le 23 juin, tous les domestiques de la commune se réunissaient au Pargadou et allumaient un grand feu. Ils chantaient et, nous dit-on, se répondaient d'une montagne à l'autre. Le bûcher était dressé le plus haut possible de façon à ce que le feu puisse être aperçu de très loin. (CORDAE)

Son

MARINETTE LAYRAC

née Maurel en 1909 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Canta tus, tortorèla,
Aduja-z-i, cocut !
Ara Sent-Jan s’apròcha, iè, iè,
De mèstre canjarem.

Lo matin, quand me lève,
Vau gardar mos motons,
Aval, al prat de Galis, iè, iè,
A l’ombra d’un no(gu)ièr.

Les motons paisson l’èrba,
Las abilhes la flor,
Les peisses buvon l’ai(g)a, iè, iè,
Las pastras fan l’amor.

Lo ser, quand me’n vau claure,
Lo mèstre es al portal,
Me’n còmpta las fedòtas, iè, iè,
Me ditz qu’ai pas sadol.

“Se las trobatz pas sadolas,
Anatz las vos gardar !
Vòle pas far plus pastra, iè, iè,
Me vòle maridar.

– Ne vendrai pas las fedas,
Ni las anarai pas gardar,
N’ai ben lo(g)ada una autra, iè, iè,
Que las anarà gardar.

Ara que l’ai logada,
Ara vòl pas venir,
I envoiarai lo baile, iè, iè,
La farai ben venir.

– L’avètz ben envoiat a maitas,
Amai son pas vengudas,
Atal farà ben aquela, iè, iè,
Que la faretz pas venir.
Per çò qu’a entendut dire, iè, iè,
Que las fasiatz aganir.”

Quand dintre sus la pòrta,
La mèstra es al canton,
Me’n còmpta las fusadas, iè, iè,
Me repròcha lo croston.

Mete la man a la pòcha,
Lo li gite pels talons :
“L’as aquí, vièlha rabinada, iè, iè,
L’as aquí, manja-lo !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...