Lo rodièr de Sent-Cosme

Collecté en 1997 Sur la Commune de St-Côme-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La fabrication des roues associait les métiers du bois et ceux du fer.

Le charron était appelé lo rodièr et le forgeron lo fabre.

Auguste était rodièr et possédait également une scierie pour l'exploitation forestière.

Il abattait les arbres en hiver et tenait compte du cycle lunaire et de l'orientation du vent.

En fin de séquence, Auguste évoque les trois confréries (saint Joseph, saint Eloi et les Pénitents) de Saint-Côme.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

AUGUSTE BESSODES

né en 1907 à Saint-Côme d'Olt.

Transcription

Occitan
Français
« Mon grand-paire, èran tres fraires, dos charrons e un forgeron. Totes tres. Lo fabre e lo charron, un pòt pas far sens l'altre !
Naltres, fasiam pas que las ròdas, fasiam pas lo fèrre, fasiam pas que lo boès.
Mès lo fabre fasiá mai qu'aquò, fasiá marechal-ferrant atanben, farrava las ègas, las vacas, los buòus… A ! pardí, i aviá… A Sent-Cosme, i aviá quaranta artisans.
Quand farràvem de ròdas, ni farràvem pas jamai una… Aquò se passava sus la plaça, au feu de bois. Totjorn farràvem uèch, dètz, quinze parelhs, quinze paires de roues. Parce que caufàvem pas un forn, fasiam pas un forn per quatre o cinc ròdas, aquò anava pas ! E totes los artisans, los fabres e los charrons, èrem aquí per farrar las ròdas.
Cadun s'ocupava… Lo fabre s'ocupava de caufar los fèrres e, naltres, los charrons, nos ocupàvem de los plaçar sus la ròda. E pièi i aviá sustot de monde per efregir lo fèrre parce que caliá pas que brutlèsse lo boès. Mès aquí aviam totjorn de volontaris ! O oèi, oèi ! Sabètz que se'n son farradas de ròdas aicí ! En moièna cent parelhs cada ans.
A ! aquò d'aquí es un mestièr un pauc a part… Sabètz que caliá èstre qualifiat per aquò parce que i a de mesuras, aquí ! Caliá pas que lo fèrre sia(g)èssa ni tròp bèl, ni tròp pichon. Lo fasián a la rotleta. I aviá pas de mesura, una rotleta tot lo torn.
La ròda per que sia(g)a exactament utilizada, cal far… Aquò mònta sus aquel moyeu. I a una candèla, aquí, e cal que totes los riats enfonçats tocan totes pareil. Cal que totes, tot lo torn, sia(g)an pareil. Aquí i a lo montatge de la ròda. Pièi après, selon la dimension de la ròda, òm pren lo compàs. Voilà lo campàs de proporcion. Alara aquí, traças ta ròda coma aquò selon la dimension e totes centrats. Aquí, aquò's per marcar per far lo tenon per enfonçar dins la janta, la broche qu'on appelle. E alara aquí, après, selon la dimension, aquò's dotze riats, catòrze riats, setze riats. E aquò depen lo país. Alara, une fois qu'as fach tot lo torn, mòntas far los tenons dedins tas jantas e las assemblas, pièi las perchas e las mòntas.
Solament, un ròda es pas completament ronda. Non, a non ! Voilà. Aquel d'aquí, aquò's lo gabarit. Aquel gabarit, alara voilà. Metes lo gabarit aquí dessús, traças ta ròda coma aquò. Alara aquí, d'aquí del centre, aquí, aquí, i a un mèstre vint mès d'aquí aquí i a un mèstre vint-a-un. Parce que, se la ròda èra ronda, seriá pas solida. Una ròda completament ronda, quand seriá montada, tanplan montariá a drecha, a gaucha, seriá pas solida. On appelle ça lo renvèrs. Los riats son pas d'aplomb. I a de diferença bèlcòp aquí. D'aquí aquí i a de còps dos centimèstres e mièg, tres centimèstres. Vos rapèle que la ròda es plegada en avant per la bona rason que, s'èra d'aplomb, poiriá tombar a drecha o tombar a gaucha. Après quand es farrada, la ròda fa pas que un blòc, parce que es reünida ambe de gojons, las jantas. Las jantas bot per bot i a un gojon e las assemblàvem. Alara aquò fa que, per far una ròda solida, cal que aja un pauc de renvèrs. Lo renvèrs aquò fa que pinja sul davant, dos centimèstres, dos centimèstres e mièg, tres centimèstres, aquò depend lo país.
Lo copàvem sustot al mes de decembre jusc'al mes de febrièr e març parce que lo boès copat l'ivèrn vos coissona pas. Copat ambe la luna vièlha e ambe la bisa. Aquò, li cal far atencion. Quand copàvetz un aure, coma aquò, se lo capàvetz amb un temps sec e freg alara aquel d'aquí se vendiá pas, se conservava, aquel.
Ère forestièr. En mème temps fasiái mon mestièr mès aviá lo de forestièr. Aviái una rèsse per debitar lo boès e fasiái de copas de boès. E, dins l'ivèrn, fasiam de copas de boès per avure de boès per trabalhar per nautres. Crompàvem d'aures als païsans o mème fasiam dels escambis ambe los païsans pel trabalh. Me balhavan de boès, ieu lor fornissiái de materiel. Lor fornissiá los tombarèls, los carris, ainsi de suite. Oui, sovent, e pièi crompave de boès parce que aviái la rèsse, ieu, per debitar lo boès. Fasiái un pauc lo forestièr. Aquò fasiá partida del boès, quoi.
I aviá de confrariás aicí. I aviá la confrariá de sent Josèp, totes los artisans del boès trabalhavan, fasián partida de la confrariá de sent Josèp. Sent Eloè, aquò èra los artisans del fèrre, dels serrurièrs e de tot aquò. Pièi i aviá los Penitents atanben, tot aquò. I aviá tres confrariás a Sent-Cosme. »
Le charron de Saint-Côme
« Mon grand-père avait deux frères, ils étaient deux charrons et un forgeron. Tous les trois. Le forgeron et le charron ont besoin l’un de l’autre !
Nous, nous ne faisions que les roues, nous ne faisions pas le fer, nous ne faisions que le bois.
Mais le forgeron faisait plus que ça, il faisait maréchal-ferrant aussi, il ferrait les juments, les vaches, les bœufs... Ah ! bien sûr, il y avait... À Saint-Côme, il y avait quarante artisans.
Quand nous ferrions des roues, nous n’en ferrions jamais qu'une seule... Ça se passait sur la place, au feu de bois. Nous ferrions toujours huit, dix, quinze paires, quinze paires de roues. Parce que nous ne chauffions pas le four pour quatre ou cinq roues, ça n’allait pas ! Et tous les artisans, les forgerons et les charrons, nous étions là pour ferrer les roues.
Chacun s’occupait... Le forgeron s’occupait de chauffer les fers et, nous, les charrons, nous nous occupions de les placer sur la roue. Et puis il y avait surtout des gens pour refroidir le fer parce qu’il ne fallait pas qu’il brûle le bois. Mais là nous avions toujours des volontaires ! Oh oui, oui ! Vous savez qu’on en a ferré des roues ici ! En moyenne cent paires tous les ans.
Ah ! ça, c’est un métier un peu à part... Vous savez qu’il fallait être qualifié pour ça parce qu’il y a des mesures à prendre, là ! Il fallait que le fer soit ni trop grand, ni trop petit. Ils le faisaient à la roulette. Il n’y avait pas de mesure, une roulette tout le tour.
Pour que la roue soit exactement utilisée, il faut faire... Ça monte sur ce moyeu. Il y a un poinçon, là, et il faut que tous les rayons enfoncés touchent de la même façon. Il faut que tous, tout le tour, soient les mêmes. Là il y a le montage de la roue. Puis ensuite, selon la dimension de la roue, on prend le compas. Voilà le compas de proportion. Alors là, tu traces ta roue comme ça selon la dimension et tous centrés. Là c’est pour marquer pour faire le tenon qu’on enfonce dans la jante, la broche comme on l’appelle. Et alors là, ensuite, selon la dimension, c’est douze rayons, quatorze rayons, seize rayons. Ça dépend de la région. Alors, une fois que tu as fait tout le tour, tu mets les tenons dans tes jantes et tu les assembles, puis les perches et tu les montes.
Seulement, une roue n’est pas complètement ronde. Non, non ! Voilà. Celui-là, c’est le gabarit. Ce gabarit, alors voilà. Tu mets le gabarit là-dessus, tu traces ta roue comme ça. Alors là, de là au centre, là, là, il y a un mètre vingt mais de là à là il y a un mètre vingt et un. Parce que, si la roue était ronde, elle ne serait pas solide. Une roue complètement ronde, quand elle serait montée, elle monterait à droite, à gauche, elle ne serait pas solide. On appelle ça le renvèrs. Les rayons ne sont pas d’aplomb. Il y a beaucoup de différence là. De là à là, il y a parfois deux centimètres et demi, trois centimètres. Je vous rappelle que la roue est pliée en avant pour la bonne raison que, si elle était d’aplomb, elle pourrait tomber à droite ou à gauche. Ensuite quand elle est ferrée, la roue fait un bloc, parce qu’elle est assemblée avec des goujons, les jantes. Les jantes bout par bout ont un goujon et nous les assemblions. Alors ça fait que, pour faire une roue solide, il faut qu’elle ait un peu de renvèrs. Le renvèrsfait qu’elle penche sur le devant, de deux centimètres, deux centimètres et demi, trois centimètres, ça dépend de la région.
Nous le coupions surtout au mois de décembre jusqu’au mois de février et mars parce que le bois coupé l’hiver ne se vermoule pas. Coupé avec la lune vieille et avec la bise. Ça, il faut y faire attention. Quand vous coupiez un arbre, comme ça, si vous le coupiez avec un temps sec et froid alors celui-là on ne le vendait pas, on le conservait, celui-là.
J’étais bûcheron. En même temps, je faisais mon métier mais j’étais aussi bûcheron. J’avais une scie pour débiter le bois et je faisais des coupes de bois. Et, dans l’hiver, nous faisions des coupes de bois pour avoir du bois pour nous. Nous achetions des arbres aux paysans ou nous faisions des échanges avec les paysans pour le travail. Ils me donnaient du bois, moi je leur fournissais du matériel. Je leur fournissais des tombereaux, des chars, ainsi de suite. Oui, souvent, et puis j’achetais du bois parce que j’avais une scie, moi, pour débiter le bois. Je faisais un peu bûcheron. Ça faisait partie du bois, quoi.
Il y avait des confréries, ici. Il y avait la confrérie de saint Joseph, tous les artisans du bois travaillaient, faisaient partie de la confrérie de saint Joseph. Saint Éloi, c’était les artisans du fer, des serruriers et tout ça. Puis il y avait les Pénitents aussi, tout ça. Il y avait trois confréries à Saint-Côme. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...