Los montanhièrs

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Le nombre de montanhièrs employés dans un masuc dépendait du nombre de vaches à traire. Le préfixe tras signifie “second”, “assistant”, littéralement “derrière”.

La taille de la montanha se définissait en fonction du nombre de montanhièrs qui y travaillaient. On disait : “Una montanha de cinc òmes.”

Ethnotexte

PIERRE NIEL

né en 1932 à Aulos de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá un cantalés, un pastre, un traspatre, un vedelièr, un trasvedelièr, un rol. Aquò dependiá de las montanhas.
Lo cantalés, aquò èra aquel que ganhava lo mai mès, un bon vedelièr ganhava bien. Dins una montanha pro importenta, un vedelièr ganhava pas luènh del cantalés.
Lo pastre fasiá la toma e gardava las vacas.
Lo rol gardava las vacas ambe lo pastre e sortiá los vedèls del pargue e los gardava un pauc.
Aviam las montanhas dins la bòrias e aviam dos masucs. Mès, de còps, la plangièira, los òmes davalavan per adujar a fenar, un parelh d’oras. Aquò èra convengut un pauc quand fasiam la pacha, la prima. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...