Lo pargue

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jadis, on montait aussi des ovins en estive sur les montagnes d'Aubrac.

Beaucoup de fermes avaient un petit troupeau de moutons pour le lait, la laine et l’agneau.

Avant l’avènement de la Lacaune et du roquefort, il existait des races locales.

Le terme de comunals ou comuns désigne les parcelles communales (lo patus, lo codèrc…). On y gardait naguère le bétail : pòrcs, vacas, fedas, cabras, aucas… Les pays montanhòls avaient en général des communaux assez étendus. Il pouvait y avoir un pastre comun.

À la belle saison, quand on parquait les ovins pour la nuit, le berger couchait à proximité, dans une cabane montée sur roue. On changeait régulièrement le parc de place afin d’amender la parcelle.

Ethnotexte

ROBERT CARRIÉ

né en 1924 à Bonnefon de Saint-Chély d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Avián un pastre que dintrava pas a l’ostal de tot l’estiu. Lo matin, montava ambe sas fedas per anar gardar al comunal. I aviá tres gròsses proprietaris [de Bonafònt], avián lor tropèl de fedas. Lo ser, davalavan e anavan pargar dins los camps per fumar per far la sega l’auton. Las fedas passavan la nuèch dins lo pargue.
I aviá un afaire ambe de ròdas, coma una cabana, que lo pastre jasiá dedins. Lo matin, passava per la torre, preniá sa sopa e un bocin de lard, de pan e de fromatge e, lo ser, li donavan la sopa, de lach e de pan. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...