Lo molin dels Cambons

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Quand on apportait son grain au moulin, on attendait généralement la fin de la mouture pour reprendre sa farine. Ainsi, souvent, la molinièira tenait une petite auberge.

Autrefois, les meuniers (molinièrs) étaient payés en nature. Ils prélevaient soit le son, soit une part de la mouture : la moldura. À cause de ce prélèvement, leur réputation n'était pas des meilleures.

Régulièrement, il fallait entretenir les meules (picar las mòlas).

Lo molin dels Cambons était équipé d'une scie hydraulique (rèssa).

Ethnotexte

PAUL CHASSAN

né en 1920 aux Cambous de Saint-Chély d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò’s de familha, aquel molin. Mon pèra èra nascut aicí, mon grand-pèra i èra aquí tornar.
Aquò’s mon pèra qu’aviá fach montar la rèssa. Aquò èra una rèssa redonda.
Lo molin virava a l’ai(g)a amb un rodet. I aviá un aure e la mòla del dessús tornejava sus l’altra. Aquel aure èra ajustat a la mòla del dessús.
Per picar las mòlas, las caliá levar. Caliá far los reions aquò premièr. Una, la fasiái ambe de picas ponchudas, e l’altra, ambe de picas platas.
L’estiu, la caliá tota, l’ai(g)a, la li metiam tota.
Dins lo temps, n’i a que venián mòldre lo ser e, lo lendeman, tornavan partir. Portavan lor museta e manjavan aquí dins l’ostal. Ieu, la nuèch jasiái suls sacs, anave pas al lièch. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...