Lo masuc

Collecté en 2000 Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les paroles de cette chanson écrite par l'abbé Célestin Aygalenc (1915-1959), curé de La Terrisse, né au Monastère-Cabrespine (Coubisou), illustrent l’attachement des montanhièrs (buronniers) à leur culture.

L'air est celui du Rossinhòl que certains font remonter aux guerres napoléoniennes.

L'aüc ou aluc (verbe : aücar, alucar), que l'on entend à la fin de la chanson, est un cri de joie qui se poussait au retour des veillées ou entre montanhièrs, d'un masuc à l'autre. Il ponctue également le rythme de la bourrée.

La forme "cantaués” pour "cantalés” procède de la vocalisation du "l" en "u" très courante dans l'extrême nord du département : "ola" / "oua”, "ostalada” / "ostauada”.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean-Daniel TARAYRE

né en 1951 à Renjard de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« Plan luènh amont sur la montanha,
Al mièg de cada pastural,
Dins l’èrba espessa e la ginçana,
Trobaretz un traça d’ostal.
Lo cantalés, lo vedelièr,
Ambe lo pastre,
I butan de cranes alücs,
Aquí l’avèm nòstre masuc.

Quand dintraretz dins la cosina,
I veiretz coma mobilièr,
Al torn d’una taula pauc fina,
Los badinhons e los colièrs.
E sul darrèr, dins lo tarrièr,
La bona cava,
Dins la frescor e dins l’escup,
Garda la forma del masuc.

E tot amont jost la tiulada,
Al ras del fen pels vedelons,
Cadun plegat dins sa fleçada,
Los òmes barran los uèlhons.
Quand dins la nuèch bufa en gisclent,
La Cantauesa,
Darrèr lo pargue rescondut,
S’enduèrm lo tropèl del masuc.

E lo matin plan revilhats,
Dins l’aubièira e los pès nuds,
Ambe la gèrla e los farrats,
Se'n van los òmes del masuc.
Quand los vedèls an fach un brial,
Una tetada,
Cada tetina sul farrat,
Es una brava fònt de lach.

Quand a la fin d’un despertin,
Tastaretz la forma d’Aubrac,
Pensaretz que ser e matin,
Los cantaueses an trimat,
Per vos donar coma dessèrt,
Lo bon fromatge,
E cridaretz dins un alüc :
“Viva los òmes del masuc !”

Viva totes los cantaueses,
Que fan la forma e l’encalat,
E los pastres de las devesas,
Al mièg de lor tropèl daurat.
Viva lo rol, lo vedelièr,
De la montanha,
E que totjorn sus cada truc,
Demòren dreches los masucs.
[Alüc] »
Le buron
« Très loin, là-haut, sur la montagne,
Au milieu de chaque pâturage,
Dans l’herbe épaisse et la gentiane,
Vous trouverez une petite maison.
Le cantalés,le vedelièr,
Avec le berger,
Y poussent de fiers cris,
Nous l’avons là notre buron.

Quand vous entrerez dans la cuisine,
Vous verrez comme mobilier,
Autour d’une table grossière,
Les baquets et les colliers.
Et sur l'arrière, dans le terrier,
La bonne cave,
Dans la fraîcheur et dans l'obscurité,
Elle garde la fourme du buron.

Et tout en haut sous la toiture,
À côté du foin pour les petits veaux,
Chacun enveloppé dans sa couverture,
Les hommes ferment les yeux.
Quand dans la nuit souffle en hurlant,
Le vent du Cantal,
Caché derrière le parc,
S’endort le troupeau du buron.

Et le matin, bien réveillés,
Dans la gelée blanche et les pieds nus,
Avec la gerleet les seaux,
S’en vont les hommes du buron.
Quand les veaux ont quelque peu
Tété,
Chaque tétine sur le seau,
Est une belle fontaine de lait.

Quand à la fin d’un repas,
Vous goûterez la fourme d’Aubrac,
Vous penserez que soir et matin,
Les cantalésont trimé,
Pour vous donner comme dessert,
Le bon fromage,
Et vous hurlerez dans un cri :
“Vive les hommes du buron !”

Vive tous les cantalés,
Qui font la fourme et le fromage,
Et les bergers des pâturages,
Au milieu de leur troupeau doré,
Vive le rol,le vedelièr,
De la montagne,
Et que toujours sur chaque hauteur,
Restent dressés les burons. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...