Lo flagèl

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans les temps anciens, on battait (escodre) le grain à la latte (lata) d’origine celtique ou au fléau (flagèl) d’origine latine.

Les fermes disposaient en général d'une aire de battage pavée (sòl). Dans les villages, il y avait parfois un sol commun.

Les hommes actionnaient les fléaux et les femmes retournaient les épis (virar la solada). On ne battait pas au hasard, il fallait suivre des rythmes imposés.

Après, on ventait le grain au tarare (ventador, ventaire). Dans les temps anciens, on séparait le grain de ses poussières au vent, dans un tamis (curvèl).

La paille était transportée dans un drap appelé borràs.

Le grain était conservé dans des coffres au grenier.

Les premières machines, appelées cròca-palhas, étaient actionnées par un manège de bœufs ou de juments. Vinrent ensuite les batteuses utilisant l’énergie produite par une machine à vapeur.

Ethnotexte

PHILIPPE MIQUEL

né en 1917 à Verminière de Saint-Chély d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Fasiam d’un sòl a l’altre. Naltres [de Verminièira], nos adujàvem ambe Los Enfruts. Fasiam d’equipas de sièis o de uèch.
Ambe lo flagèl, caliá tenér lo còp coma cal, coma quand dançan. I aviá lo còp de quatre e lo còp de sièis. Caliá pas que los quatre còps tombèsson ensemble.
Caliá durbir las garbas, las espandir e caliá passar ambe lo flagèl, virar e tornar passar.
Metiam aquò dins de borràs per far de cluèges ambe la palha.
I aviá de sòls faches ambe de tiulasses e los altres ambe la glèva. La glèva, aquò èra melhor que non pas suls tiulasses. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...