La molza al pargue

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Le parc était composé de claies (las cledas) ramées (ramadas) et de claies nues (cledas de tavèlas). On le changeait de place pour amender la terre et pour protéger les bêtes du vent, notamment au moment de la traite. Dans le temps, il servait aussi à protéger les veaux des attaques de loups. En général, le parc avait trois compartiments : un megièr et deux cornièrs.

La traite (molza) des vaches avait lieu deux fois par jour, matin et soir.

Avant la traite, le vedelièr et le rol laissaient téter un peu le veau (amairar ou mairejar, de maire : mère) puis ils l'attachaient à la patte antérieure de sa mère (cambilhar). Le cantalés et le pastre commençaient alors à traire (mólzer). Ce leurre permettait à la vache de délivrer son lait. Petit à petit on laissait de moins en moins de lait au veau.

On trayait, assis sur un tabouret à pied unique (sèla, selon) attaché à la ceinture (cencha), dans des seaux (farrats) de 20 litres que l’on allait vider dans un grand récipient également en bois appelé gèrla.

Ethnotexte

PIERRE NIEL

né en 1932 à Aulos de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« Lo matin, los vedèls èran dins lo pargue e las vacas se sarravan. I aviá pas gaire besonh de las amassar. De suita, se metián a mólzer.
La premièira causa, aquò èra lo vedelièr que començava son trabalh, a far amairar. Dins lo pargue, i aviá totjorn una vaca que passava la premièira. Aquò èra la del cantalés, la segonda anava al pastre. Sortián dos tres vedèls, fasián amairar, fasián tetar un pauc lo vedèl per que la vaca donèssa lo lach. Las vacas aimavan bien de gardar lo lach pels vedèls. Aprèssa, estacavan lo vedèl a la camba de davant de la vaca, del caire gauche, amb un cordèl de crin. Apelavan aquò cambilhar la vaca. Caliá far passar lo cordèl al cap de la camba de la vaca, a l’espatlon, e lo crosar per pas que davalèsse. Totas las vacas tenián pas bien la cambilhe. Tenián lo vedèl a dètz, quinze, vint centimèstres de la vaca. Anavan quèrre lo vedèl ambe la man drecha, passavan la man jos la vaca doçament e, ambe la camba drecha, coençavan lo vedèl. Aquí, tornejavan ambe lo cordèl. Alara, suivant que lo vedèl aviá escapat un còp o dos còps, fasián un torn de mai al noet. Sabètz que aquò sarrava.
Començavan de mólzer lo vint-a-sièis o lo vint-a-sèt de mai. Lo premièr jorn, ne molzián la mitat e pièi, quand arribava Sent-Joan, laissavan una tetina al vedèl mès pas mai. Après Sent-Joan n’i demorava pas pus, fasiá pas que rebotunhar coma disiam, tirava lo pauc de lach que demorava.
Avián un farrat de boès e una sèla pas que d’un pè. Las vacas que èran joves, la premièira annada que se molzián, amb una sela pas que d’un pè, s’arrucavan bien de la vaca e la vaca fotiá pas lo pè dins lo farrat.
Se metián a dos per mólzer : lo cantalés e lo pastre.
Aprèssa, destacavan los vedèls que lo rol fasiá tornar dintrar.
Lo pargue èra divisat en dos : un compartiment dels vedèls que èran pas passats al pièch de la vaca e l’autre compartiment pels autres. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...