La gestion de l'aiga

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L’eau était précieuse et on ne la gaspillait pas.

Quand on n'avait pas de citerne, il fallait aller la chercher à la source, au puits (potz) ou à la fontaine (fònt, grifol)

L’eau de la vaisselle était destinée aux cochons.

Ethnotexte

MARTHE CAVALIER

née Rodier en 1926 à Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« Nos caliá anar quèrre l’ai(g)a a la fònt, dos cents mèstres en bas ! I aviá ben dos poses aicí [Regausson] mès un èra particulièr e l’autre èra al mièg del vilatge. Mès aquò èra d’ai(g)a que podiam pas biure.
Sabètz que fasiam atencion de la vojar pas, la cantina, que nos auriá calgut tornar aval !
L’ai(g)a servissiá mai d’un còp : per biure pièi aprèssa quicòm mai, pièi per nos lavar las mans, pièi encara anava als pòrcs.
Quand arribàvem dels camps, aquò premièr que caliá far : anar cercar d’ai(g)a. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...