La campana d'Aubrac (La campana dels perduts)

Collecté en 2000 Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On sonnait la cloche de la domerie d'Aubrac pour aider les pèlerins égarés dans le brouillard ou la neige à se repérer.

Notre informateur fait référence à Mme Germaine Gros (1907-2000), propriétaire de l'établissement “Chez Germaine" au village d'Aubrac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

EMILIEN MAGNE

né en 1919 à Saint-Amans (48), décédé en 2017.

Transcription

Occitan
Français
« Voilà ! Montam al quartièr nalt. Lo cloquièr aquò’s una tor dins la construccion mèma. Òm i vei pas bien clar ! Voilà ! Aquí i a totjorn la còrda que mònta d’en bas. E aquí, i aviá un forn. I avián fach un forn, dins lo temps.
Aicí fa d’èrt totjorn !
Aquí vene de sonar la campana amont, del cloquièr. La campana que les moenas sonavan quand fasiá missant temps o que i aviá de brolhard per que los tipes qu’èran perduts enlai a la montanha, que poguèsson se retrobar, al son. Venián sus Aubrac a-n-aquel moment.
Alors, quand i a de messas a la glèisa de Sant-Chèli, s'i soi, me demandan de venir sonar la campana o alara la fan sonar per d’altres que son un pauc pus fòrts que ieu. Aquò arriba. E quand la tiran d’en bas, se penjan a dos o tres e aquò les far rire, de còps que i a. M’enfin, la sònan quand mème. Mès se sòna pas que quand i a quicòm : de messas a la glèisa e una o l’altra. Altramensas sens aquò d'enterraments per çò que encara se fan aicí a-z-Aubrac, los gents de Sant-Chèli. E la darnièira aquò èra Germena, aquí. Aquò fa qualques jorns dejà.
Ère factur aicí alara fa que l’aviái frequentada pendent vint-a-uèch ans, alara la coneissiái bien. Aquò èra la darnièira dels abitents que damorava, d’aquelses qu’aviái coneissuts a-z-Aubrac. Èra la darnièira de totes. E aviá quatre-vint-dètz ans passats dejà. »
La cloche d’Aubrac
« Voilà ! Nous montons au quartier haut. Le clocher, c’est une tour dans la construction même. On n’y voit pas bien clair ! Voilà ! Là, il y a toujours la corde qui monte d’en bas. Et là, il y avait un four. Ils y avaient fait un four, dans le temps.
Ici, il y a toujours du vent !
Là, je viens de sonner la cloche en haut, du clocher. La cloche que les moines sonnaient quand il faisait mauvais ou qu’il y avait du brouillard pour que les types qui étaient perdus là-bas dans la montagne puissent se retrouver, grâce au son. Ils venaient sur l'Aubrac à cette époque.
Alors, quand il y a des messes à l’église de Saint-Chély, si j’y suis, ils me demandent de venir sonner la cloche ou alors ils la font sonner par d’autres qui sont un peu plus forts que moi. Ça arrive. Quand ils la tirent d’en bas, ils se suspendent à deux ou trois et ça les fait rire, parfois. Mais enfin, ils la sonnent quand même. Mais on ne sonne que quand il y a quelque chose : des messes à l’église et ceci ou cela. Autrement, sans ça, des enterrements parce qu’on les fait encore ici à Aubrac, les gens de Saint-Chély. Et la dernière c’était Germaine, là. Ça fait quelques jours déjà.
J’étais facteur ici, je l’avais donc fréquentée pendant vingt-huit ans, alors je la connaissais bien. C’était la dernière des habitants qui restait, de ceux que j’avais connus à Aubrac. C’était la dernière de tous. Et elle avait déjà quatre-vingt-dix ans passés. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...