Doas vacas e una truèja

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

À côté de quelques grands domaines et d’exploitations moyennes, il y avait autrefois un grand nombre de petits paysans qui vivaient en polyculture sur des propriétés morcelées.

Ce morcellement était dû en partie aux aléas successoraux et aux opportunités d’acquisition, mais également au souci d’utiliser au mieux la diversité des terroirs en fonction de la nature des sols et de leur exposition.

Ethnotexte

MARTHE CAVALIER

née Rodier en 1926 à Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« L’òme aviá aquela pichòta bòria que sos parents li avián laissada. El aviá crompada una vaca e sos parents n’i avián laissadas doas. Aquò fa que comencèrem pas que ambe doas vacas e una truèja qu’aviá crompada per porcelar.
Amb aquelses porcèls, viviam presque tot l’an. Quand vendiam los porcèls, crompàvem un pauc de vin, un pauc de sucre e un pauc d’òli benlèu. E encara nos caliá pagar un pauc d’aferme als parents, caliá lor anar amassar lo boès, lor anar portar de fromatges, de trufas, aquò qu’avián pas. Elses abitavan a Vernhòlas. Aviam dotze ectaras.
E encara aviam de comunals sens aquò auriam pas poscut viure. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...