Cònta-me'n una !

Collecté en 2000 Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'hiver, les veillées étant longues, la grand-mère de Pierre avait le temps de transmettre des éléments de littérature orale à ses petits-enfants. Des formules comme celle-ci aidaient les enfants à apprendre à compter.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE NIEL

né en 1932 à Aulos de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« “Cònta me'n una !
– Lo solelh es pus clar que la luna.
– Cònta me'n doas !
– La carn es melhora que l’òs.
– Cònta me'n tres !
– T'ai pagat, te duve pas res.
– Cònta me'n quatre !
– La femna e l'òme se volián batre.
– Cònta me'n cinc !
– Tu siás defòra, ieu soi dedins.
– Cònta me'n sièis !
– Vaca molza a pas ges de pièch.
– Cònta me'n sèt !
– Lo vedèl la tetèt.
– Cònta me'n uèch !
– Lo solelh es passat darrèr lo puèg.
– Cònta me'n nòu !
– Lo solelh passa darrèr Castèlnòu.
– Cònta me'n dètz !
– Un sens es cuèch.
– Cònta me'n onze !
– Mangèt la sopa amb un culhièr de bronze.
– Cònta me'n dotze !
– Vai te far fotre !”

Aquò's nòstres grands-parents, ma grand-mèra sustot. Totjorn pareil, dins las vilhadas, aviam pas mai a far. E las vilhadas començavan de bona ora puisque l'ivèrn es nuèch a sièis oras, amai a cinc oras. Alara aviá lo temps de nos contar d'istoèras. E nos rapelam pas de totas malerosament ! »
Raconte-m’en une !
« “Raconte-m’en une !
– Le soleil est plus clair que la lune.
– Raconte-m’en deux !
– La viande est meilleure que l’os.
– Reconte-m’en trois.
– Je t’ai payé, je ne te dois rien.
– Raconte-m’en quatre !
– La femme et l’homme voulaient se battre.
– Raconte-m’en cinq !
– Tu es dehors, je suis dedans.
– Raconte-m’en six !
– Vache traite n’a pas de pis.
– Raconte-m’en sept !
– La veau l’a tétée.
– Raconte-m’en huit !
– Le soleil est passé derrière la colline.
– Raconte-m’en neuf !
– Le soleil passe derrière Castelnau.
– Raconte-m’en dix !
– Un sens est cuit.
– Raconte-m’en onze !
– Il a mangé la soupe avec une cuillère en bronze.
– Raconte-m’en douze !
– Va te faire foutre !”

Ce sont nos grands-parents, ma grand-mère surtout. Toujours pareil, dans les veillées, nous n’avions rien d’autre à faire. Et les veillées commençaient de bonne heure puisque l’hiver il fait nuit à six heures, et même à cinq heures. Alors, elle avait le temps de nous raconter des histoires. Et nous ne nous rappelons pas de toutes malheureusement ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...