Los angèlus e las trèvas

Collecté en 1989 Sur la Commune de St-André-de-Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens se souvenaient des peurs (paurs, pors) dont parlaient leurs grands-parents et que certains savaient entretenir.

Les trèvas ou trèves sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre les héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme du défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer.

La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Son

MARIA NOËLISE COUFFIN

née Dalet le 8 decembre 1905 à La Pendarie de Saint-André de Najac. Décédée le 22 août 2000.

Transcription

Occitan
Français
« “Mès èra l'angèlus del ser. Acampava las trèvas per la nèch !
Acampava las trèvas per la nèch, perque se passejan la nèch, las trèvas. Se passejan pas lo jorn, comprenètz !
– Et oui, me sembla que l'ai entendut dire mai d'un còp aquò qu'acampava las trèvas…
– Es coma lo matin, quand l'angèlus es sonat, on peut sortir, les anges sont par les chemins.
Lo matin, quand an sonat l'angèlus, – de còps, lo pòdon sonar qu'es pas jorn tròp, es coma ara sabètz de còps –, e alèra dison que aprèp lo monde podián sortir, les anges sont par les chemins.” »

Pas de traduction pour le moment.

© Centre d’animation de loisirs en Rouergue (CALER) - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...