Los lops e lo musicaire

Collecté en 2000 Sur la Commune de St-Amans-des-Cots Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les récits d’expérience relatifs au loup mis en fuite par le bruit du frottement de sabots ferrés ou par le son fortuit d’un instrument de musique sont nombreux en Rouergue. En pays montanhòl c'est souvent la cabreta. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRI BOSC

né en 1926 à Servoles de Saint-Amans.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra un musicien, s’apelava Moisset, e aquò’s… Aquò’s vièlh aquò que vos explique parce que lo premièr instrument que venguèt aquò èra lo violon, aprèssa venguèt la cabreta que conflavan ambe la boca, encara lo diatonique èra pas estat sortit. Vesètz aquò’s un moment.
Alara un bon jorn, aquel Moisset va jo(g)ar a Solatges-Bonaval amont e quand… Aquò èra una nuèch, fasiá de nèu e, a quatre oras del matins o tres-a-mièja, aquel òme tornava dintrar chas el. I aviá una cagada… I aviá un bocin de nèu e traversava les prats de La Gardèla. Aquò’s bèl. Alara, tot en un còp, sia(gu)èt al mièg del prat : dos lops, presque a li montar dessús ! El se tenguèt drich. Una por ! Mas que di(gu)èt :
“Aqueste còp, çò ditz, de qué vau far ieu ? An por del tustar de las galòchas mès ieu, se me corbe, me saltaràn dessús…”
Alara arriba pas luènh de la levada, aval, alara un lop salta a l’avant e l’altre demòra darriès Moisset. Lo Moisset, la por l’atapa, atapa la cabreta e jò(g)a un èrt. Aquelses dos lops parti(gu)èron e aquel òme saltèt aquela levada que fasiá un mèstre de largi e arribèt chas el. Jo(gu)èt d’amont d’a Solatges, dels prats de La Gardèla, jusc'al Puèg d’a Montabèç. Arrestèt pas de jo(g)ar e tornèt pas veire cap de lop. »
Le loup et le musicien
« C’était un musicien, il s’appelait Mouysset, et c’est... C’est vieux ce que je vous explique parce que le premier instrument qu’on a connu, c’était le violon, ensuite il y a eu la cabrette qu’ils gonflaient avec la bouche, le diatonique n’existait pas encore. Vous voyez, ça fait un moment.
Alors un beau jour, ce Mouysset va jouer à Soulages-Bonneval là-haut et quand... C’était une nuit, il neigeait et, à quatre heures du matin ou trois heures et demie, cet homme rentrait chez lui. Il y avait une couche… Il y avait un peu de neige et il traversait les prés de La Gardelle. C’est grand. Alors, tout à coup, il fut au milieu du pré : deux loups, presque sur lui ! Il se tint droit. Une peur ! Mais il dit :
“Cette fois, dit-il, que vais-je faire ? Ils ont peur du bruit fait par les galoches entrechoquées mais moi, si je me penche, ils me sauteront dessus...”
Alors, il arrive pas loin de la rigole là-bas, alors un loup saute devant et l’autre reste derrière Mouysset. La peur attrape Mouysset, il prend la cabrette et joue un air. Ces deux loups partirent et cet homme sauta cette rigole qui faisait un mètre de large et il arriva chez lui. Il joua de là-haut, de Soulages, des prés de La Gardelle, jusqu’au Puech de Montabez. Il n’arrêta pas de jouer et il ne revit aucun loup. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...