Lo camin de Sant-Jaume

Collecté en 2000 Sur la Commune de Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Confronté à la rudesse de l’Aubrac, un seigneur flamand en route vers Compostelle fit vœu de fonder un établissement pour porter secours aux pèlerins. C’est l’origine de la domerie d’Aubrac (monastère fondé au début du XIIe s. par l’abbaye de Conques) qui se maintint, tant bien que mal, jusqu’à à la Révolution.

La cloche de la domerie (campana dels perduts) sonnait pour les pèlerins (romius) égarés dans le brouillard ou la tempête et les pèlerins de passage avaient droit à un pain qui leur est délivré à la Porte de la Miche (Pòrta de la Micha).

Vidéo

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Raymond CAPOULADE

né en 1943 à La Cristilie de Soulages.

Transcription

Occitan
Français
« La coquille Saint-Jacques, coma dison. Eh oui ! E ben aquò nos pròva que i aviá de pèlerins que passavan dins la region. Davalavan del Puy, anavan a Saint-Jacques de Compostelle. E aquò l’ai trobat dins un vièlh plancat d'una glèisa, dins la caminada bien-sûr del canton de Laguiòla. »
Le chemin de Saint-Jacques
« La coquille Saint-Jacques, comme ils disent. Eh oui ! Eh bien, cela nous prouve qu’il y avait des pèlerins qui passaient dans la région. Ils descendaient du Puy, ils allaient à Saint-Jacques de Compostelle. J’ai trouvé ça dans le vieux grenier d’une église, dans le presbytère bien sûr, du canton de Laguiole. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...