La vielhòta

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson, dont la matrice remonterait au XVIIe siècle, est très répandue dans le domaine occitan où il en existe de nombreuses versions.

Dans certaines de ces versions, la vieille décrit longuement son cheptel.

La précipitation des événements et des rites liés au deuil renforce l'effet comique de la chanson. La neuvaine a normalement lieu neuf jours après les funérailles et lo cap de l'an le jour anniversaire de la mort.

Ethnotexte

Raymond CAPOULADE

né en 1943 à La Cristilie de Soulages.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp i aviá una vielhòta, (bis)
Que se voliá maridondar,
Dolarim, brandom, brandom la vièlha,
Que se voliá maridondar,
Dolarim, brandom.

E rencontrèt un violonaire, (bis)
Que se voliá maridondar…
Dolarim, brandom, brandom la vièlha,
Que se voliá maridondar,
Dolarim, brandom.

“Ai cinc chavals dins mon estable…” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...