Los dalhaires

Collecté en 1996 Sur la Commune de Sévérac-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette pastorèla fut diffusée par la Jeunesse agricole catholique (JAC). On la trouve, au début du XXe siècle, dans les recueils La Bourrée et dans le collectage de Cantaloube sur Saint-Chély. Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) l'a publiée en 1907 dans l'Armanach roergàs. Joseph Cantaloube en a également collecté une version à Port d'Agrès en 1902.

Les faucheurs la chantaient en travaillant, se répondant d'un pré à l'autre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

SYLVAIN SOLIGNAC

né en 1910 à Campgros de Saint-Germain du Teil (48).

Transcription

Occitan
Français
« Aval, aval, lo lòng de l’aiga, (bis)
I a una prada a dalhar,
Mon lali, ton lalèra,
I a una prada a dalhar,
Mon lalai.

Son tres junes dalhaires que l’an presa a dalhar, (bis)
L’an presa a dalhar,
Mon lali, ton lalèra,
L’an presa a dalhar,
Mon lalai.

Son tres junas filhetas que l’an presa a afenar, (bis)
L’an presa a afenar,
Mon lali, ton lalèra,
L’an presa a afenar,
Mon lalai.

La plus juna de totas va cercar lo dinnar, (bis)
Va cercar lo dinnar,
Mon lali, ton lalèra,
Va cercar lo dinnar,
Mon lalai.

Quand ne seguèt al fons de la còsta : (bis)
“Venètz, venètz, venètz dalhaires,
Venètz, venètz aicí dinnar !
Mon lali, ton lalèra,
Venètz, venètz aicí dinnar !
Mon lalai.”

Lo plus june de totes ni posquèt pas dinnar, (bis)
Ni posquèt pas dinnar,
Mon lali, ton lalèra,
Ni posquèt pas dinnar,
Mon lalai.

“Mès de qu’avètz-vos dalhaire, que ni posquètz pas dinnar ? (bis)
Que ni posquètz pas dinnar ?
Mon lali, ton lalèra,
Que ni posquètz pas dinnar ?
Mon lalai.

– Mès vòstre cur, pichona, m’empacha de dinnar ! (bis)
M’empacha de dinnar !
Mon lali, ton lalèra,
M’empacha de dinnar !
Mon lalai.

– E a mon pèra, a ma mèra, vos cal lo demandar. (bis)
Vos cal lo demandar.
Mon lali, ton lalèra,
Vos cal lo demandar.
Mon lalai.” »
Les faucheurs
« Là-bas, là-bas, le long de l’eau, (bis)
Il y a une prairie à faucher,
Moun lali, toun lalère,
Il y a une prairie à faucher,
Moun lalaï.

Ce sont trois jeunes faucheurs qui l'ont prise à faucher, (bis)
L'ont prise à faucher,
Moun lali, toun lalère,
L'ont prise à faucher,
Moun lalaï.

Ce sont trois jeunes fillettes qui l'ont prise à faner, (bis)
Qui l'ont prise à faner,
Moun lali, toun lalère,
Qui l'ont prise à faner,
Moun lalaï.

La plus jeune de toutes va chercher le déjeuner, (bis)
Va chercher le déjeuner,
Moun lali, toun lalère,
Va chercher le déjeuner,
Moun lalaï.

Quand elle fut au fond de la côte : (bis)
“Venez, venez, venez, faucheurs,
Venez, venez ici déjeuner !
Moun lali, toun lalère,
Venez, venez ici déjeuner !
Moun lalaï.”

Le plus jeune de tous ne put pas déjeuner, (bis)
Ne put pas déjeuner,
Moun lali, toun lalère,
Ne put pas déjeuner,
Moun lalaï.

“Mais qu’avez-vous, faucheur, qui fait que vous ne puissiez pas déjeuner ? (bis)
Qui fait que vous ne puissiez pas déjeuner ?
Moun lali, toun lalère,
Qui fait que vous ne puissiez pas déjeuner ?
Moun lalaï.

– Mais votre cœur, petite, m’empêche de déjeuner ! (bis)
M’empêche de déjeuner !
Moun lali, toun lalère,
M’empêche de déjeuner !
Moun lalaï.

– À mon père, à ma mère, il vous faut le demander. (bis)
Il vous faut le demander.
Moun lali, toun lalère,
Il vous faut le demander.
Moun lalaï.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...