Lo lobatièr, lo conjuraire de lops

Collecté en 1997 par IOA Sur la Commune de Sévérac-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans l’est et le sud du département, des marginaux, les lobatièrs, lobatiás, lobtaires ou conjuraires de lops, apprivoisaient des loups et venaient rançonner les éleveurs dans leur ferme. Il est ici question de Saint-Saturnin Tartaronne en Lozère, près de Banassac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND VIALA

né en 1927 à Bellas de Sévérac le Château, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's l’istoèra d’un òme que voliá anar a Tartarona, Sent-Adornin de Tartarona. Tartarona, aquò’s aquí, al ras d’un trauc, al ras de La Canorga, pas luènh de Banassac. E pardí èra enç’amont al Duc. E d’aquí, en anent vas Las Parets, per davalar per una dralha que benlèu i es encara, e pardí se perdèt. I aviá una nèbla ! Aquò èra dejà tard, benlèu dètz oras, onze oras del seras. Una nèbla ! S’i vesiá pas res. Se perdèt.
Al cap d’un moment, di(gu)èt :
“Mès cossí far ?”
Montèt a la cima d’un pin. Te vegèt un fuòc, açai. Bogre… Aquò èra ben un fuòc, pardí.
Davalèt, se sarrèt tant que poguèt pièi arribèt al ras d’aquel fuòc. Te vegèt un òme, aquí, i aviá una cavala crebada, ambe lo cotèl, ne copava de bocins, los fasiá rostir e fasiá manjar de lops.
“Fotre, di(gu)èt, de qu’es aquò ?”
Mès se pensèt qu’aquò èra lo conjuraire del país, apr’aquís, quand vegèt aquò, per çò que aquò èra pas rare talament, se sarrèt e demandèt a l’òme :
“Soi perdut, sai pas bien end soi.
– Ende volètz anar, brave òme ?
– Voliái davalar açai a Tartarona mès, sai pas, me soi plan perdut.
– Òc a ben sètz perdut ! Mès, anem, i a una carral aquí pas luènh, sai que vos trobaretz ben… O… sai pas se vos trobaretz… Non, amb aquela nèbla, es pas prudent, aquò. Vos vau far menar.
– Bogre mès, cossí me far menar ?
– Mès si, si, si, si !”
Sonèt tot en un còp, aquí, aqueles lops a l’entorn, aquí :
“Bartassièr !”
E i a un lop que se sarrèt aquí.
“Vai lo menar !” ço di(gu)èt.
Fotre ! L’altre t’agachèt aquel fotral de lopàs. Èra tot gris… Lo t’agachèt. Sabètz que…
Di(gu)èt :
“Quand mème…”
Aviá un baston farrat coma avián d’aquel temps e lo cotèl a la pòcha e di(gu)èt :
“Sai que, veirem ben…
– E ben avètz pas qu’a lo sègre, vos menarà. Segretz la carral, aquí, e quand seretz en vista de Tartarona, veiretz lusir los fuòcs, açai, veiretz aquò. Las fenèstras, encara i a un pauc de lum, d’aquesta ora, encara n’i a d’alucadas, veiretz Tartarona.”
E, pardí, de qué far mai ?
Se metèt a sègre lo lop. Quand arribèron en vista de Tartarona, ço disiá mon traspapeta, quand arribèron açai, te vegèt las fenèstras alucadas açai, lo lop, tot en un còp, se virèt, li fotèt un còp de coeta per las cambas e se'n tornèt. E arribèt atal a Tartarona.
O contavan atal, ara, ieu soi pas anat veire… Mès aquò èra pas rare de trobar de conjuraires atal. Voilà. »
L'éleveur de loups, le conjurateur de loups
« C'est l'histoire d'un homme qui voulait aller à Tartaronne, Saint-Saturnin de Tartaronne. Tartaronne, c'est là, au bord d'un trou, près de La Canourge, pas loin de Banassac. Et bien sûr il était là-haut au Duc. De là, en allant vers Les Parets, pour descendre par une draille qui y est peut-être encore, bien sûr il se perdit. Il y avait un brouillard ! Il était déjà tard, peut-être dix heures, onze heures du soir. Un brouillard ! On n'y voyait rien. Il se perdit.
Au bout d'un moment, il dit :
“Mais comment faire ?”
Il monta au sommet d'un pin. Il vit un feu, là-bas. Bougre… C'était bien un feu, bien sûr.
Il descendit, il s'approcha tant qu'il put et il arriva près de ce feu. Il vit un homme, là, il y avait une jument morte, avec son couteau, il en découpait des morceaux, il les faisait rôtir et il faisait manger des loups.
“Bon sang, dit-il, qu'est-ce que c'est ?”
Mais il pensa que c'était le conjurateur de loups du pays, par-là, quand il vit ça, parce que ce n'était pas tellement rare, il s'approcha et demanda à l'homme :
“Je suis perdu, je ne sais pas bien où je suis.
– Où voulez-vous aller, brave homme ?
– Je voulais descendre là-bas à Tartaronne mais, je ne sais pas, je me suis bien perdu.
– Ah ça oui, vous êtes perdu ! Mais, allons, il y a un chemin là pas loin, vous vous retrouverez bien sans doute… Oh… je ne sais pas si vous vous retrouverez… Non, avec ce brouillard, ce n'est pas prudent, ça. Je vais vous faire conduire.
– Bougre mais, comment me faire conduire ?
– Mais si, si, si, si !”
Il appela tout à coup ces loups autour, là :
“Bartassier !”
Et un loup s'approcha.
“Va le conduire !” dit-il.
Bon sang ! L'autre regarda ce gros loup. Il était tout gris… Il le regarda. Vous savez que…
Il dit :
“Quand même…”
Il avait un bâton ferré comme ils avaient en ce temps-là et son couteau à la poche et il dit :
“Sans doute, nous verrons bien…
– Eh bien vous n'avez qu'à le suivre, il vous conduira. Suivez le chemin, là, et quand vous serez en vue de Tartaronne, vous verrez la lueur des feux, là-bas, vous verrez ça. Les fenêtres, encore il y a un peu de lumière, à cette heure-ci, encore il y en a d'allumées, vous verrez Tartaronne.”
Et, bien sûr, que faire de plus ?
Il se mit à suivre le loup. Quand ils arrivèrent en vue de Tartaronne, d'après ce que disait mon arrière-grand-père, quand ils arrivèrent là-bas, il vit les fenêtres allumées là-bas, le loup, tout à coup, se retourna, il lui mit un coup de queue dans les jambes et il s'en retourna. Et il arriva ainsi à Tartaronne.
Ils le racontaient comme ça, maintenant, moi je ne suis pas allé voir… Mais il n'était pas rare de trouver de tels conjurateurs. Voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...