Lo cordonièr, lo lop, lo rainald e la lèbre

Collecté en 2000 Sur la Commune de Sénergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 159A (le charbonnier et les animaux qui viennent se chauffer chez lui) et AT 160 (animaux reconnaissants, homme ingrat) dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Dans la version de Robert, il s'agit d'un cordonnier.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT BLANADET

né en 1927 à Pomiès de Sénergues.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá un cordonièr que demorava aval, dins un ostal, tot sol, al fons dels bòsces.
Un ivèrn, se venguèt a far freg, tombèt una cagada de nèu de mai d'un mèstre e la temperatura davalèt a mens vint. Aquò durèt mai d'un mes. Lo cordonièr podiá pas sortir, degús li portava pas de calçuras a reparar, aviá pas res a manjar. Di(gu)èt :
“Aqueste còp, vau crebar de fam !”
Un jorn, t'entend tustar a la pòrta. Entend quauqu'un que disiá :
“Cordonièr, cordonièr ! Duèrb-me ! Sabes que fa freg ! Laissa-me venir me caufar un bocin !”
Cossergon, tot estonat, duèrb la pòrta : aquò èra lo lop.
Di(gu)èt al lop :
“E ben, escota, vai te caufar un bocin al pè del fuòc, se vòls.”
Un moment après, pareil, entend tustar.
“Di(g)a, cordonièr ! Di(g)a, cordonièr ! Duèrb-me ! Sabes que fa freg ! Laissa-me venir me caufar un bocin !”
Lo cordonièr di(gu)èt :
“Qual es aquò enquèra !”
Va duèrbe la pòrta : aquò èra lo rainald.
Di(gu)èt :
“E ben dintra, rainald, vai te caufar un bocin mès atencion, i a dejà lo lop alai. E sustot pas de bagarra !”
Se fotèron un de cada costat, aquí, lo lop d'un costat de la chiminèia, lo rainald de l'autre. Comencèron de se caufar las patas.
Al cap d'un bocin, lo cordonièr entend gratar a la pòrta.
Di(gu)èt :
“Qu'es aquò ?”
Entendèt una pichòta voès que fasiá :
“Cordonièr, cordonièr ! Duèrb-me ! Sabes que fa freg ! Laissa-me venir me caufar un bocin !”
Lo cordonièr va duèrbe la pòrta : aquò èra la lèbre.
Li di(gu)èt :
“E ben, vèni te caufar un bocin !”
La lèbre començava de dintrar mas que, quand vegèt lo rainald e lo lop, èra prèsta a tornar passar per la pòrta… E lo cordonièr l'aviá dejà barrada.
Di(gu)èt al rainald e al lop :
“Sustot, vautres, bogètz pas autrament ieu atape lo fusilh de caça !”
Lo cordonièr se metèt al mièg, aquí, sus la cadièira, entre lo rainald e lo lop, e la lèbre se metèt jos la cadièira per se caufar un bocin las patas.
Totes parlèron qu'aquel ivèrn èra lòng, que ne finissiá pas, que totes anavan crebar de fam…
Lo cordonièr di(gu)èt :
“Ieu ai pas res plus per manjar…”
Lo lop di(gu)èt :
“Ieu non plus… Totas las bèstias son dedins…”
Lo rainald, pareil :
“I a pas cap de pola defòra…”
E la lèbre :
“Ieu tròbe pas res amb aquela nèu que, per endrech, n'i a mai de dos mèstres… S'aquò contunha, totes vam morir de fam.”
Après, quand sia(gu)èron caufats un bocin, tot aquò, que s'èran parlat, di(gu)èron :
“E ben, cordonièr, ten, perque nos as laissats caufar, vam partir a la caça. Se trobèm quicòm, o te portarem e o vendrem manjar ambe tu.
– E ben se volètz, ten !”
Lo cordonièr duèrb la pòrta e te fot tot aquel monde defòra.
Del temps qu'èran partits, metèt la raspa a caufar aquí dins lo fuòc, pels tisons, la raspa, que venguèssa tota roja.
Un moment après, entend tustar a la pòrta : aquò èra lo lop que tornava.
Di(gu)èt :
“Ten cordonièr, a(g)acha de qu'ai atapat !”
Portava un anhèl, que l'aviá flambat aval a cò del boriaire d'al Barri, e di(gu)èt :
“Veses, amb aquò, ten, vam poire far la fèsta !”
Lo te fot aquí sus la postada de l'ostal e se va caufar.
Un moment après, tòc, tòc, tòc a la pòrta : aquò èra lo rainald qu'arribava. Portava un fotral de gal qu'aviá panat a cò de Fornièr, aicí, dins lo polatièr.
Di(gu)èt :
“Veses, cordonièr, de que pòrte ! A(g)acha aquel gal ! Vam far un banquet totes ensemble ! Nos vam regalar !”
Lo cordonièr di(gu)èt :
“E ben, ten, pausa-lo aquí per la postada ambe l'anhèl e vai te caufar. Ieu me vau ocupar de tot !”
Un moment après, i a la lèbre que grata a la pòrta. Arribava amb un caulet pomat.
“Veses, cordonièr, ai gratada la nèu, ai trobat un caulet. Aquò farà les legumes.
– E ben pausa-lo aquí. Ieu me vau ocupar de la cosina. Vautres, anatz vos caufar.”
La lèbre se tornèt fotre jos la cadièira mès èra pas tranquilla parce que lo rainald e lo lop, de cada costat, passavan la lenga per las pòtas, pensavan ben la crocar.
Lo cordonièr di(gu)èt :
“Vautres, i toquèssetz pas autrament tòrne atapar lo fusilh !”
Lo cordonièr aviá laissat la pòrta un bocin dubèrta e di(gu)èt :
“Ten, me cal atisar lo fuòc per far còire tot aquò !”
S'aginolha aquí, davant lo fuòc, per possar un bocin les tisons e, tot un còp, t'atapa la raspa tota roja e… zigon, zigon, enlai per las cuèissas del lop e del rainald que la borra fumava ! Lo rainald e lo lop te balançan la taula e cap enlai defòra ! Lo cordonièr, viste, viste, barra la pòrta.
El que, lo matin, aviá pas res per manjar, qu'anava crebar de fam, lo ser, aviá un anhèl, un gal, una lèbre e un caulet ! Amb aquò po(gu)èt acabar de passar l'ivèrn e, après, totes li tornèron portar las calçuras e sia(gu)èt sauvat per aqueste còp. »
Le cordonnier, le loup, le renard et le lièvre
« Il y avait un cordonnier qui habitait là-bas, dans une maison, tout seul, au fond des bois.
Un hiver, il vint à faire froid, il tomba plus d'un mètre de neige et la température descendit à moins vingt. Cela dura plus d'un mois. Le cordonnier ne pouvait pas sortir, personne ne lui apportait des chaussures à réparer, il n'avait rien à manger. Il dit :
“Cette fois, je vais crever de faim !”
Un jour, il entend frapper à la porte. Il entend quelqu'un qui disait :
“Cordonnier, cordonnier ! Ouvre-moi ! Tu sais qu'il fait froid ! Laisse-moi venir me chauffer un peu !”
Coussergou, tout étonné, ouvre la porte : c'était le loup.
Il dit au loup :
“Eh bien, écoute, va te chauffer un peu près du feu, si tu veux.”
Un moment après, pareil, il entend frapper.
“Dis, cordonnier ! Dis, cordonnier ! Ouvre-moi ! Tu sais qu'il fait froid ! Laisse-moi venir me chauffer un peu !”
Le cordonnier dit :
“Qui est-ce encore ?”
Il va ouvrir la porte : c'était le renard.
Il dit :
“Eh bien, entre, renard, va te chauffer un peu mais attention, il y a déjà le loup là-bas. Et surtout pas de bagarre !”
Il se mirent un de chaque côté, là, le loup d'un côté de la cheminée, le renard de l'autre. Ils commencèrent à se chauffer les pattes.
Au bout d'un moment, le cordonnier entend gratter à la porte.
Il dit :
“Qu'est-ce que c'est ?”
Il entendit une petite voix qui faisait :
“Cordonnier, cordonnier ! Ouvre-moi ! Tu sais qu'il fait froid ! Laisse-moi venir me chauffer une peu !”
Le cordonnier va ouvrir la porte : c'était le lièvre.
Il lui dit :
“Eh bien, viens te chauffer un peu !”
Le lièvre commençait à entrer mais, quand il vit le renard et le loup, il était prêt à repasser par la porte… Et le cordonnier l'avait déjà fermée.
Il dit au renard et au loup :
“Surtout, vous, ne bougez pas sinon moi j'attrape le fusil de chasse !”
Le cordonnier se mit au milieu, là, sur la chaise, entre le renard et le loup, et le lièvre se mit sous la chaise pour se chauffer un peu les pattes.
Tous parlèrent de cet hiver qui était long, qui ne finissait pas, qu'ils allaient tous crever de faim…
Le cordonnier dit :
“Moi je n'ai plus rien à manger…”
Le loup dit :
“Moi non plus, toutes les bêtes sont dedans…”
Le renard, pareil :
“Il n'y a aucune poule dehors…”
Et le lièvre :
“Moi je ne trouve rien avec cette neige car, par endroit, il y en a plus de deux mètres… Si ça continue, nous allons tous mourir de faim.”
Après, quand ils furent un peu réchauffés, tout ça, qu'ils s'étaient parlé, ils dirent :
“Eh bien, cordonnier, tiens, puisque tu nous as laissés nous réchauffer, nous allons partir à la chasse. Si nous trouvons quelque chose, nous te l'apporterons et nous viendrons le manger avec toi.
– Eh bien si vous voulez, tiens !”
Le cordonnier ouvre la porte et te fout tout ce monde dehors.
Pendant qu'ils étaient partis, il mit la râpe à chauffer, là, dans le feu, dans les tisons, la râpe, pour qu'elle devienne toute rouge.
Un moment après, il entend frapper à la porte : c'était le loup qui revenait.
Il dit :
“Tiens, cordonnier, regarde ce que j'ai attrapé !”
Il apportait un agneau qu'il avait tué là-bas chez le fermier du Barri, et il dit :
“Tu vois, avec ça, tiens, nous allons pouvoir faire la fête !”
Il te le fout là sur le plancher de la maison et va se chauffer.
Un moment après, toc, toc, toc à la porte : c'était le renard qui arrivait. Il portait un énorme coq qu'il avait volé chez Fournier, ici, dans le poulailler.
Il dit :
“Tu vois, cordonnier, ce que j'apporte ! Regarde ce coq ! Nous allons faire un banquet tous ensemble ! Nous allons nous régaler !”
Le cordonnier dit :
“Eh bien, tiens, pose-le là sur le plancher avec l'agneau et va te chauffer. Moi je vais m'occuper de tout !”
Un moment après, il y a le lièvre qui gratte à la porte. Il arrivait avec un chou pommé.
“Tu vois, cordonnier, j'ai gratté la neige, j'ai trouvé un chou. Ça fera les légumes.
– Eh bien pose-le là. Moi je vais m'occuper de la cuisine. Vous, allez vous chauffer.”
Le lièvre se remit sous la chaise mais il n'était pas tranquille parce que le renard et le loup, de chaque côté, se léchaient les babines, ils pensaient bien la croquer.
Le cordonnier dit :
“Vous, n'y touchez pas sinon j'attrape à nouveau le fusil !”
Le cordonnier avait laissé la porte un peu ouverte et il dit :
“Tiens, il me faut attiser le feu pour faire cuire tout ça !”
Il s'agenouille là, devant le feu, pour pousser un peu les tisons et, tout à coup, il attrape la râpe toute rouge et… zigou, zigou, là-bas par les cuisses du loup et du renard dont la fourrure fumait ! Le renard et le loup te balancent la table et vite dehors ! Le cordonnier, vite, vite, ferme la porte.
Lui qui, le matin, n'avait rien pour manger, qui allait crever de faim, le soir, il avait un agneau, un coq, un lièvre et un chou ! Avec ça, il put finir de passer l'hiver et, après, tous lui portèrent à nouveau les chaussures et il fut sauvé pour cette fois. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...