Lo cònte de las pomas rojas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Sénergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Par bien des aspects, ce conte se rapproche de celui de Ponheton.

Comme le Petit Poucet (en français), Tom Pouce (en anglais) ou Petit Bout (en russe), ce garçon grand comme le poing (ponh en occitan) est l'un des personnages les plus répandus dans les contes universels.

Ce conte est répertorié par Aarne et Thompson sous le numéro de conte-type 700 (contes surnaturels).

L'abbé Justin Bessou (1845-1918) en a publié une version dans Countes de la Tata Mannou (1902).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT BLANADET

né en 1927 à Pomiès de Sénergues.

Transcription

Occitan
Français
« Lo cònte de las pomas rojas èra talament lòng que de còps durava mai d'una ora e aquò fasiá tota la velhada.

Aquò èra un enfanton que abitava ambe la mamà, dins un ostal tot sol, e lo papà èra partit a la guèrra.
Un jorn que lo papà tornèt en permission, li portèt una baioneta parce que aquel enfanton aviá totjorn paur, ambe la mamà, d'èstre tot sols a l'ostal. Amb aquela baioneta, se sentiá pus coratjós.
Lo papà tornèt partir a la guèrra e jamai ne tornava.
L'enfanton disiá totjorn a la mamà :
“Mès quora tòrna, lo papa ? Mès quora tòrna ? Nos cal partir, nos cal l'anar cercar ! Aquò's pas possible que tòrne pas !”
E la mamà di(gu)èt :
“Mès te cal esperar que la guèrra sia(g)a acabada. Tant que la guèrra serà pas acabada, lo papà tornarà pas.”
Un jorn, la guèrra s'acabèt e lo papà tornava pas…
E l'enfanton disiá totjorn a la mamà :
“Allez, mamà, vèni, vèni !”
La tirava pel damantal e disiá :
“Allez, vèni, vèni ! Nos cal anar cercar lo papà ! Aquò's pas normal que tòrne pas !”
A fòrça, la mamà, un jorn, se laissèt far.
Di(gu)èt :
“E ben, vam anar veire se lo trobèm.”
Parti(gu)èron totes dos sus la rota. Marchèron, marchèron tot lo jorn e la nuèch arribèt. Èran pels bòsces, èran perduts. Sabián pas end anar cochar…
Tot un còp, te veson un lum, alai, luènh pels bòsces.
Di(gu)èron :
“Ten, alà, i a ben quauqu'un ! Vam marchar tot drech devàs aquel lum, alai. Aquí trobarem ben quauqu'un, benlèu nos faràn jaire…”
Marchèron, marchèron… Arribèron a-n-aquel ostal mas que aquò èra l'ostal dels brigands. I aviá aquí tota una taulada de brigands que buvián, jo(g)avan a las cartas, parlavan fòrt e fumavan.
Prenguèron la mamà en l'amont per far la cosina e l'enfanton sabiá pas de que far. Coma èra pichon, passèt jos la taula e, coma aviá presa… La baioneta, l'aviá resconduda dins la camba de las calças, te sòrt la baioneta de dins la camba de las calças e, jos la taula : ppff ! ppff ! ppff ! ppff ! Te crebèt lo ventre de totes les brigands.
Mònta viste dire a la mamà :
“Vèni, sauvem-nos que ai tuat totes les brigands !”
La mamà davala. Avián pas manjat. Defòra, i aviá un pichon pomièr plen de pomas rojas. L'enfanton lo t'arranca e lo prenon sus l'esquina.
Di(gu)èron :
“Ten, tant pis, amb aquò aurem totjorn de pomas per manjar.”
Se'n van amb aquel pomièr de pomas rojas sus l'esquina. Se'n van jaire dins una cabana d'aure.
Lo lendeman, tornèron marchar, marchar… Marchèron un tropèl de jorns, un tropèl de meses… De còps, lo monde lor donavan quicòm per manjar.
Un jorn, pareil, èran perduts pels bòsces e te vegèron un castèl. Marchèron devàs aquel castèl. Di(gu)èron :
“Alai i aurà ben quauqu'un… Benlèu nos faràn jaire…”
Arriban, aquò èra lo castèl dels geants. I aviá un geant sus la pòrta que fasiá mai de dos mèstres. Quand vegèt arribar l'enfanton, li di(gu)èt :
“D'ont venes, tu, possièira de mas mans, pial de ma mostacha ?”
L'enfanton di(gu)èt :
“Cèrque lo papà, l'avètz pas vist, mon papà ?”
Lo geant di(gu)èt :
“Mès lo te trobarem, ton papà ! Allez, vèni ençai !”
Prenguèron la mamà enquèra per far la cosina e, l'enfanton, lo barrèron dins una prison. I aviá una grilha e, dins la prison d'al ras, i aviá una filheta atanben qu'èra prisonièira coma el.
Aquí, dins aquela prison, lor donèron a manjar, a manjar… Cada jorn lor donavan a manjar per les engraissar, per les manjar.
Aquò durèt de meses, tot aquò, des annadas.
Un jorn, di(gu)èron :
“Ten, l'enfanton es pro gras, ara lo podèm manjar. Lo vam manjar diminge.”
Lo sabtes, di(gu)èron :
“Ten, lo vam deslargar un bocin al torn del castèl, aquí, per que… Coma d'abans de tuar lo pòrc, per que ane pissar e cagar, tot aquò, e coma aquò serà melhor.”
Di(gu)èron al soldat :
“Tu, lo susvelharàs !”
Lo soldat fasiá de boès, aquí, per lo far còire. Lo pichot enfant s'aprochèt del soldat e di(gu)èt :
“Mmm… sabètz pas far de boès, dins ton país ?”
Lo soldat di(gu)èt :
“Ah bon ? Cossí fasètz de boès chas tu ?”
Lo garçon li di(gu)èt :
“Ten, te vau far veire. Ten-me aquel soc aquí. Fai-me veire aquela acha.”
L'enfanton atapa l'acha, lo soldat se metèt a ginolhs, aquí, per téner lo soc, e l'enfanton : crac ! T'i còpa lo cap. E, coma aviá las claus de la prison, l'enfanton li pren las claus de la prison e viste va deslivrar la filheta que i aviá dins la prison d'al costat.
La filheta li sautèt al còl e li di(gu)èt :
“A… m'as sauvada la vida, merci, merci !”
L'embracèt e li di(gu)èt :
“Jamai t'oblidarai pas. Ten, en sovenir, te vau donar aquel mocador roge. I a mas inicialas dessús. Cada còp que te mocharàs, pensaràs a-n-a ieu.”
E la filheta parti(gu)èt cap enlai pels bòsces.
Lo garçon anèt deslivrar la mamà e li di(gu)èt :
“Viste, viste ! I a pas degús ! Sauvem-nos ! Ai tuat lo soldat en bas, lo geant que nos gardava.”
Se sauvèron totes dos.
Enquèra marchèron de meses e des annadas.
Un jorn, arriban a un castèl, un polit castèl. I aviá tot un tas de voeturas qu'arribavan ambe de chavals… De polits carròsses qu'arribavan ambe de chavals, tot aquò… De monde plan abilhats. La mamà e l'enfanton, que èran mal-abilhats, di(gu)èron :
“O… podèm pas anar aquí ! Aquò's un castèl de prince, aquò !”
E pièi quauqu'un les vegèt e lor di(gu)èt :
“Si, si, venètz, venètz ! Duèi lo prince fèsta les vint ans de la filha. Tot lo monde es invitat als alentorns, venètz !”
La mamà e lo pichot enfant anèron al repais coma tot lo monde. La filha èra polida !
Al cap d'un bocin, lo garçon agèt besonh de se mochar. Sorti(gu)èt lo mocador roge per se mochar, la filha lo vegèt e li di(gu)èt :
“Oooo… Aquò's tu que me sauvèt la vida, un jorn, aquò's lo miu mocador que as ! I a las inicialas dessús !”
E di(gu)èt a son paire, al prince :
“Veses, aquel pichot enfant m'a sauvada la vida quand ère en prison a cò dels geants.”
E lo prince di(gu)èt :
“Ten, ben, s'aquò's aquò, deman vam far las fiançalhas !”
Lo lendeman, fa(gu)èron las fiançalhas. Fa(gu)èron una fèsta ! Invitèron tot lo monde, aquí, totes les alentorns, totes los domestiques, tot.
Talament plan que, parmi les invitats, se trobèt lo papà del pichot enfant. Tornava d'a la guèrra a pè e trabalhava dins las bòrias per se far un bocin d'argent per acabar d'arribar a l'ostal.
Aquò fa que lo garçonet se maridèt amb una princessa. »
Le conte des pommes rouges
« Le conte des pommes rouges était si long qu'il durait parfois plus d'une heure et cela occupait toute la veillée.

C'était un petit enfant qui habitait avec sa maman, dans une maison isolée, et son papa était parti à la guerre.
Un jour quand son papa revint en permission, il lui apporta une baïonnette car ce petit enfant avait toujours peur, avec sa maman, tout seuls à la maison. Avec cette baïonnette, il se sentait plus courageux. Son papa repartit à la guerre et ne revenait jamais.
Le petit enfant disait toujours à sa maman :
“Mais quand revient-il, papa ? Mais quand revient-il ? Il nous faut partir, il nous faut aller le chercher ! Ce n'est pas possible qu'il ne revienne pas !”
Et sa maman dit :
“Mais il te faut attendre que la guerre soit finie. Tant que la guerre ne sera pas finie, papa ne reviendra pas.”
Un jour, la guerre s'acheva et son papa ne revenait pas…
Et le petit enfant disait toujours à sa maman :
“Allez, maman, viens, viens !”
Il la tirait par le tablier et il disait :
“Allez, viens, viens ! Il nous faut aller chercher papa ! Il n'est pas normal qu'il ne revienne pas !”
À force, un jour, sa maman se laissa faire.
Elle dit :
“Eh bien, nous allons aller voir si nous le trouvons.”
Ils partirent tous deux sur la route. Ils marchèrent, ils marchèrent tout le jour et la nuit arriva. Ils étaient dans les bois, ils étaient perdus. Ils ne savaient pas où aller coucher…
Tout à coup, ils voient une lumière, là-bas, au loin dans les bois.
Ils dirent :
“Tiens, là-bas, il y a bien quelqu'un ! Nous allons marcher tout droit vers cette lumière, là-bas. Là, nous trouverons bien quelqu'un, peut-être nous feront-ils coucher…”
Ils marchèrent, marchèrent… Ils arrivèrent à cette maison mais c'était la maison des brigands. Il y avait là toute une tablée de brigands qui buvaient, ils jouaient aux cartes, ils parlaient fort et ils fumaient.
Ils prirent la maman par là-haut pour faire la cuisine et le petit enfant ne savait que faire. Comme il était petit, il passa sous la table et, comme il avait pris… La baïonnette, il l'avait cachée dans une jambe de son pantalon, il te sort la baïonnette de la jambe de son pantalon et, sous la table : ppff ! ppff ! ppff ! ppff ! Il te creva le ventre de tous les brigands.
Il monte vite dire à sa maman :
“Viens, sauvons-nous car j'ai tué tous les brigands !”
Sa maman descend. Ils n'avaient pas mangé. Dehors, il y avait un petit pommier plein de pommes rouges. Le petit enfant l'arrache et ils le prennent sur le dos.
Ils dirent :
“Tiens, tant pis, avec ça nous aurons toujours des pommes à manger.”
Ils s'en vont avec ce pommier de pommes rouges sur le dos. Ils vont se coucher dans le creux d'un arbre.
Le lendemain, ils marchèrent à nouveau, ils marchèrent… Ils marchèrent pas mal de jours, pas mal de mois… Parfois, les gens leur donnaient quelque chose à manger…
Un jour, pareil, ils étaient perdus dans les bois et ils virent un château. Ils marchèrent vers ce château.
Ils dirent :
“Là-bas, il y aura bien quelqu'un… Peut-être nous feront-ils coucher…”
Ils arrivent, c'était le château des géants. Il y avait un géant sur la porte qui faisait plus de deux mètres. Quand il vit arriver le petit enfant, il dit :
“D'où viens-tu, toi, poussière de mes mains, poil de ma moustache ?”
Le petit enfant dit :
“Je cherche mon papa, ne l'avez-vous pas vu, mon papa ?”
Le géant dit :
“Mais nous te le trouverons, ton papa ! Allez, viens par-là !”
Ils prirent la maman encore pour faire la cuisine et, le petit enfant, ils l'enfermèrent dans une prison. Il y avait une grille et, dans la prison d'à côté, il y avait aussi une fillette qui était prisonnière comme lui.
Là, dans cette prison, ils leur donnèrent à manger, à manger… Chaque jour, ils leur donnaient à manger pour les engraisser, pour les manger.
Ça dura des mois, tout cela, des années.
Un jour, ils dirent :
“Tiens, le petit enfant est assez gras, maintenant nous pouvons le manger. Nous allons le manger dimanche.”
Le samedi, ils dirent :
“Tiens, nous allons le lâcher un peu autour du château, là, pour qu'il… Comme avant de tuer le cochon, pour qu'il aille faire pipi et caca, tout ça, et comme ça il sera meilleur.”
Ils dirent au soldat :
“Toi, tu le surveilleras !”
Le soldat coupait du bois, là, pour le faire cuire. Le petit enfant s'approcha du soldat et lui dit :
“Mmm… vous ne savez pas couper le bois, dans ton pays ?”
Le soldat dit :
“Ah bon ? Comment coupez-vous le bois chez toi ?”
Le garçon dit :
“Tiens, je vais te faire voir. Tiens-moi cette souche, là. Fais-moi voir cette hache.”
Le petit enfant attrape la hache, le soldat se met à genoux, là, pour tenir la souche, et le petit enfant : crac ! Il t'y coupe la tête. Et, comme il avait les clés de la prison, le petit enfant lui prend les clés de la prison et va vite délivrer la fillette qu'il y avait dans la prison d'à côté.
La fillette lui sauta au cou et lui dit :
“Ah… tu m'as sauvé la vie, merci, merci !”
Elle l'embrassa et lui dit :
“Je ne t'oublierai jamais. Tiens, en souvenir, je vais te donner ce mouchoir rouge. Il y a mes initiales dessus. Chaque fois que tu te moucheras, tu penseras à moi.”
Et la fillette partit en direction des bois.
Le garçon alla délivrer sa maman et lui dit :
“Vite, vite ! Il n'y a personne ! Sauvons-nous ! J'ai tué le soldat en bas, le géant qui nous gardait.”
Ils se sauvèrent tous deux.
Ils marchèrent encore des mois et des années.
Un jour, ils arrivent à un château, un joli château. Il y avait tout un tas de voitures qui arrivaient avec des chevaux… De jolis carrosses qui arrivaient avec des chevaux, tout ça… Des gens bien habillés. La maman et le petit enfant, qui étaient mal-habillés, dirent :
“Hou… nous ne pouvons pas aller là ! C'est un château de prince, ça !”
Et puis quelqu'un les vit et leur dit :
“Si, si, venez, venez ! Aujourd'hui le prince fête les vingt ans de sa fille. Tout le monde est invité aux alentours, venez !”
La maman et le petit enfant allèrent au repas comme tout le monde. La fille était belle !
Au bout d'un moment, le garçon eut besoin de se moucher. Il sortit le mouchoir rouge pour se moucher, la fille le vit et lui dit :
“Hououou… C'est toi qui me sauva la vie, un jour, c'est mon mouchoir que tu as ! Il y a les initiales dessus !”
Et elle dit à son père, au prince :
“Tu vois, ce petit enfant m'a sauvé la vie quand j'étais en prison chez les géants.”
Le prince dit :
“Tiens, bien, puisque c'est ainsi, demain nous allons faire les fiançailles !”
Le lendemain, ils firent les fiançailles. Ils firent une fête ! Ils invitèrent tout le monde, tous les alentours, tous les domestiques, tout.
Si bien que, parmi les invités, se trouva le papa du petit enfant. Il revenait de la guerre à pied et travaillait dans les fermes afin de se faire un peu d'argent pour finir d'arriver à la maison.
Cela fait que le garçonnet se maria avec une princesse. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...