Lo conte de Cossergon

Collecté en 2000 Sur la Commune de Sénergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 155 (l'animal ingrat remis dans sa situation périlleuse) dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT BLANADET

né en 1927 à Pomiès de Sénergues.

Transcription

Occitan
Français
« Cossergon, aquò èra un copin del papanon.
Cada jorn, anava copar de boès, aval, al bòrd de la Redolèda. Un ser, en tornent montar, ambe son atcha sus l'esquina, entendèt quicòm en l'aval que gemissiá, pels bòsces, que cridava. E, coma Cossergon èra coratjós, di(gu)èt :
“A… li vau tornar davalar, en l'aval, calriá pas qu'aquò sia(gu)èssa quauqu'un que se sia(gu)èssa copat una camba…”
E tòrna davalar aval. Te vei una bèstia enganada entre dos ròcs que li disiá :
“ Cossergon ! Cossergon ! Sòrs-me d'aquí ! Me soi enganada, pòde pas tornar sortir…”
Cossergon la t'atapa per una pata de darrèr e per la coeta, tira un bon còp e desgatja la bèstia.
Cossergon di(gu)èt a la bèstia :
“Mès t'ai sauvada la vida ! De qué me vas donnar per recompença ?
– E ben, per recompença, ieu crese que te vau manjar.”
Cossergon di(gu)èt :
“Es pas juste, aquò ! M'apèlas al secors, te vene sauvar la vida e, per recompença, me vòls manjar ? Ten, i lo chaval, amont, que manja pel prat de Reganhac, li vam anar demandar de que ne pensa.
– E ben se vòls, ten.”
Mòntan amont, al prat de Reganhac.
“Bonjorn chaval.
– Bonjorn la bèstia. Bonjorn Cossergon. De qué li a per vòstre service ?
– E veses, chaval, aquela bèstia èra aval enganada entre dos ròcs, qu'apelava al secors, ieu li davale, la vau desenganar, ara per recompença me vòl manjar. De qué ne pensas, aquí, tu, chaval ?”
Lo chaval di(gu)èt :
“Ben, me sembla qu'aquò's normal.”
Cossergon di(gu)èt :
“Alara sètz totes contre ieu ! Ten, i a lo rainald que passa. Lo vam sonar per veire de que ne pensa. E, rainald, vèni aicí, ten !”
Lo rainald mònta :
“E bonjorn Cossergon. Bonjorn chaval. Bonjorn la bèstia. De qué li a per vòstre service ?”
Cossergon li di(gu)èt :
“E ben veses, rainald, aquela bèstia èra aval enganada entre dos ròcs, que gemissiá, m'a apelat al secors, li soi anat per la desgatjar e ara per recompença me vòl manjar. De qué ne pensas, aquí, tu, rainald ?”
Lo rainald di(gu)èt… Lo rainald, coma es pro coquin, di(gu)èt :
“Mès sai pas ieu ! Te pòde pas dire aquò coma aquò, aquí. Cal tornar davalar aval e pièi te tornaràs metre coma èras, tu la bèstia, e ieu veirai se te podiás desgatjar tota sola.
– E ben se vòls.”
Tòrnan davalar aval per aquelses ròcs. La bèstia se tòrna metre amont dins aquela ganèla.
Lo rainald li di(gu)èt :
“I siás coma èras après, aquí ?
– Pas tot a fèt mès presque !”
Lo rainald la te possa un bocin.
“Possa en l'amont, possa !
– Aqueste còp aquò li es ! Me pòde pas desgatjar. Viste, viste, tiratz-me !”
Lo rainald li di(gu)èt :
“E ben, ara que li siás, demòra-li !”
Di(gu)èt a Cossergon :
“E ben, t'ai sauvada la vida, Cossergon, de qué me vas donar per recompença ?”
Cossergon di(gu)èt :
“Ai pas res aquí, pardí, mès se vòls venir a Pomièrs en l'amont, te donarai ben una pola.
– E ben se vòls, ten.”
Alara mòntan a l'ostal e Cossergon di(gu)èt al rainald :
“E ben passa darrèr l'ostal. Lo polatièr es darrèr l'ostal.”
Mès, quand sia(gu)èt darrèr l'ostal, aquò èra pas lo polatièr, aquò èra lo chenil ambe les cans de caça. Cossergon te duèrb lo chenil e les cans de caça tomban al cuol del rainald. Cap en l'aval que te va lançar aquelas parets… Mès que, coma aviá manjadas d'amoras, aviá la caganha tota negra. E Cossergon, de sus la paret, li cridava :
“Barra ton escritòri que pèrdes ton ancra negra !” »
Le conte de Coussergou
« Coussergou, c'était un copain de mon grand-père.
Chaque jour, il allait couper du bois, là-bas, au bord de la Rédoulède. Un soir, en remontant, avec sa hache sur le dos, il entendit quelque chose par là-bas qui gémissait, dans les bois, qui criait. Et, comme Coussergou était courageux, il dit :
“Ah… je vais y redescendre, là-bas, il ne faudrait pas que ce soit quelqu'un qui se soit coupé une jambe…”
Et il redescend là-bas. Il te voit une bête coincée entre deux rochers qui lui disait :
“ Coussergou ! Coussergou ! Sors-moi de là ! Je me suis coincée, je ne peux pas ressortir…”
Coussergou l'attrape par une patte arrière et par la queue, il tire un bon coup et dégage la bête.
Coussergou dit à la bête :
“Mais je t'ai sauvé la vie ! Que vas-tu me donner en récompense ?
– Eh bien, en récompense, je crois que je vais te manger.”
Coussergou dit :
“Ce n'est pas juste, ça ! Tu m'appelles au secours, je viens te sauver la vie et, en récompense, tu veux me manger ? Tiens, il y a le cheval, là-haut, qui mange dans le pré de Régagnac, nous allons aller lui demander ce qu'il en pense.
– Eh bien si tu veux, tiens.”
Ils montent là-haut, au pré de Régagnac.
“Bonjour cheval.
– Bonjour la bête. Bonjour Coussergou. Qu'y a-t-il pour votre service ?
– Et tu vois, cheval, cette bête était là-bas coincée entre deux rochers, qui appelait au secours, moi j'y descends, je vais la décoincer, maintenant pour récompense, elle veut me manger. Qu'en penses-tu, là, toi, cheval ?”
Le cheval dit :
“Bien, il me semble que c'est normal.”
Coussergou dit :
“Alors vous êtes tous contre moi ! Tiens, il y a le renard qui passe. Nous allons l'appeler pour voir ce qu'il en pense. Hey, renard, viens ici, tiens !”
Le renard monte :
“Et bonjour Coussergou. Bonjour cheval. Bonjour la bête. Qu'y a-t-il pour votre service ?”
Coussergou dit :
“Eh bien tu vois, renard, cette bête était là-bas coincée entre deux rochers, qui gémissait, elle m'a appelé au secours, j'y suis allé pour la dégager et maintenant pour récompense elle veut me manger. Qu'en penses-tu, là, toi, renard ?”
Le renard dit… Le renard, comme il est assez coquin, il dit :
“Mais je ne sais pas moi ! Je ne peux pas te dire ça comme ça, là. Il faut redescendre là-bas et puis tu te remettras comme tu étais, toi la bête, et moi je verrai si tu pouvais te dégager toute seule.
– Eh bien si tu veux.”
Ils redescendent là-bas dans ces rochers. La bête se remet là-haut dans cet endroit étroit.
Le renard lui dit :
“Tu y es comme tu y étais auparavant, là ?
– Pas tout à fait mais presque.”
Le renard la pousse un peu.
“Pousse là-haut, pousse !
– Cette fois ça y est ! Je ne peux pas me dégager. Vite, vite, tirez-moi !”
Le renard lui dit :
“Eh bien, maintenant que tu y es, restes-y !”
Il dit à Coussergou :
“Eh bien, je t'ai sauvé la vie, Coussergou, que vas-tu me donner en récompense ?”
Coussergou dit :
“Je n'ai rien ici, bien sûr, mais si tu veux venir à Pomiès là-haut, je te donnerai bien une poule.
– Eh bien si tu veux, tiens.”
Alors ils montent à la maison et Coussergou dit au renard :
“Eh bien passe derrière la maison. Le poulailler est derrière la maison.”
Mais quand il fut derrière la maison, ce n'était pas le poulailler, c'était le chenil avec les chiens de chasse. Coussergou ouvre le chenil et les chiens de chasse tombent au derrière du renard. Là-bas à passer ces murets… Mais, comme il avait mangé des mûres, il avait la diarrhée toute noire. Et Coussergou, de sur le mur, lui criait :
“Ferme ton écritoire car tu perds ton ancre noire !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...