La sopa de sèrp

Collecté en 1997 Sur la Commune de Sénergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité. Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

La peau ou la chair des serpents était souvent utilisée pour lutter contre une multitude de pathologies, notamment les douleurs abdominales ou les maladies de peau.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MAURICE FAYEL

né en 1922 au Ferradier de Sénergues.

Transcription

Occitan
Français
« Dins los temps, quand ne tuàvem una, l’espelàvem, la metiam salar e la fasiam secar. E, pus tard, ne fasiam de sopa…
Una vesina qu’aviá d’eczéma,de crostas de mal de sus ela e li fasquèron de sopa de sèrp. E dins quauques temps aquò sesquèt passat. »
La soupe au serpent
« Dans le temps, quand nous en tuions un, nous l’écorchions, nous le mettions au sel et nous le faisions sécher. Et plus tard, nous en faisions de la soupe…
Une voisine qui avait de l’eczéma, des croûtes sur elle, ils lui firent de la soupe de serpent. Et en peu de temps cela fut passé. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...