Lo lop e lo can

Collecté en 1997 Sur les Communes de Sébrazac, Villecomtal Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens racontaient le temps où les loups rôdaient en Rouergue. Il y en eut jusqu'au début du XXe siècle. C'est la généralisation des armes à feu et l’emploi de la strychnine qui vinrent à bout de l’espèce.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIA DEPROGE

née Combes en 1926 à Ségonzac de Villecomtal.

Transcription

Occitan
Français
« Un ser, l'ivèrn, lo can qu'èra defòra, m'enfin aviá de que s'anar jaire a l'abric, bien sûr,es montat sus l'escalièr, sul peiron de l'escalièr, se metiá a gingolar e lo grand-pèra, lo pepè, anèt a la pòrta per veire de que se passava. Lo can se precipitèt dins l'ostal, s'anèt metre jost un lièch que i aviá dins la cosina e, defòra, lo pepè vegèt lo lop, aquò èra un lop, aquò fasiá pas de dobte, que tornava sautar la paret per partir. Veniá probablament per manjar lo can. E aquel can agèt talament paur que sortiguèt pas de jol lièch de, sai pas, dos o tres jorns. »
Le loup et le chien
« Un soir, l’hiver, le chien qui était dehors, mais il avait de quoi se coucher à l’abri, bien sûr, est monté sur l’escalier, sur le perron de l’escalier, il se mettait à hurler et mon grand-père, mon pépé, alla à la porte pour voir ce qui se passait. Le chien se précipita dans la maison, il alla se mettre sous un lit qu’il y avait dans la cuisine et, dehors, mon pépé vit un loup, c’était un loup, ça ne faisait pas de doute, qui sautait le mur pour repartir. Il venait probablement pour manger le chien. Et ce chien eut tellement peur qu’il ne sortit de sous le lit de, je ne sais pas, deux ou trois jours. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...