La cançon de las sègas

Collecté en 2004 Sur la Commune de Sébazac-Concourès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson est l'œuvre de l'abbé Justin Bessou (1845-1918). Elle a été publiée dans D'al brèç a la tomba (Cant 8).

Le terme de sègas n'est parfois pas utilisé pour les moissons mais pour la fenaison.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LOUIS (LÉON) FAU

né en 1929 à Concourès.

Transcription

Occitan
Français
« Aval sul Pònt de la Cadena,
Per anar dalhar lo prat grand,
Passavan Ramond e Bertrand,
La traita voès de la Serena,
Del fons de l'ai(g)a lor cantèt,
Una cançon que los perdèt.

“Braves enfants, bèla junessa,
Que sètz la flor de mos valons,
Los prats son grands, los jorns son lòngs,
Auretz ben temps dins l'èrba espessa,
De vos confir dins la susor,
Près de mon ai(g)a, assetatz-vos.”

La traita voès aital cantava,
D'aval montava per amont,
Tanplan que Ramond e Bertrand,
Dins lo gorg pri(g)ond que los temptava,
Mitat velhents, mitat revents,
Fa(gu)èron lo salt per prene un benh.

Las fenejairas del vilatge,
Quand venguèron fenejar lo prat grand,
Sonèron Ramond e Bertrand,
Dins los randals, dins lo boscatge,
Bertrand, Ramond, elàs, elàs,
Del fons del gorg tornèron pas.

E desempièi al bòrd de l'ai(g)a,
Ont dòrmon los enfants perduts,
A mièjanuèch s'ausís un bruch,
Que la nichola se'n efraia,
E lo matin totas las flors,
N'an los uèlhons molhats de plors.

Bèla junessa desgordida,
Quand passaretz aval sul pont,
A ! fintètz pas dins lo gorg pri(g)ond,
Anatz dalhar l'èrba florida,
De la Serena e sas cançons,
Braves enfants, mesfisatz-vos ! »
La chanson de la fenaison
« Là-bas sur le Pont de la Cadène,
Pour aller faucher le grand pré,
Passaient Raymond et Bertrand,
La voix traîtresse de la Sérène,
Du fond de l'eau leur chanta,
Une chanson qui les perdit.

“Bons enfants, belle jeunesse,
Qui êtes la fleur de mes vallons,
Les prés sont grands, les jours sont longs,
Vous aurez bien le temps dans l'herbe épaisse,
De vous confire dans la sueur,
Près de mon eau, asseyez-vous.”

La voix traîtresse ainsi chantait,
D'en bas elle montait vers le haut,
Si bien que Raymond et Bertrand,
Dans le gouffre profond qui les tentait,
À demi veillant, à demi rêvant,
Firent le saut pour prendre un bain.

Les faneuses du village,
Quand elles vinrent faner le grand pré,
Elles appelèrent Raymond et Bertrand,
Dans les haies, dans le bois,
Bertrand, Raymond, hélas, hélas,
Du fond du gouffre ne revinrent pas.

Et depuis au bord de l'eau,
Où dorment les enfants perdus,
À minuit on entend un bruit,
Dont la chouette s'effraie,
Et le matin toutes les fleurs,
En ont leurs petits yeux mouillés de pleurs.

Belle jeunesse dégourdie,
Quand vous passerez là-bas sur le pont,
Ah ! ne regardez pas vers le gouffre profond,
Allez faucher l'herbe fleurie,
De la Sérène et ses chansons,
Bons enfants, méfiez-vous ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...