A chavalons

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Sanvensa Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les enfants pratiquaient toutes sortes de jeux universels ou traditionnels comme passa-cotelon (jeu de la savate), chavalons (les chevaux), barras (le prisonnier) ou la truèja appelée aussi maura (ancêtre du golf).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

NICOLE BRUEL

née Cougoule en 1929 au Mas de LaFon de Sanvensa.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passava al Mas de La Font. I aviá una familha paura, tot a fèt paura e i aviá un tropèl de dròlles. Per s'amusar, sabètz que avián pas de jouets coma duèi, dins un camin cròi partián amassar de castanhas o sai pas que e, en camin jo(g)avan a chavalons. Las filhas rebussavan los costilhons, fasián un noet darrèr, aquò fasiá una coeta, e los dròlles darrèr, amb una flauja de ginèst, tustavan las cuèissas de las dròllas e risián.
Aquò es vertat perque la que z'o me contava z'aviá viscut aquò. Èra una femna vièlha que mori(gu)èt ieu èri jove mès me'n soveni que me contava aquò, quand èrem piètres, quand èrem joves.
E los paures manjavan pas grand causa, avián pas que de castanhas o de noses, manjavan çò que podián mès èran tot a fèt paures.
I aviá pas de fuòc, fasián fuòc per tèrra, al mièg de l'ostal, sus la tèrra. »
Aux petits chevaux
« Ça se passait au Mas de La Font. Il y avait une famille pauvre, tout à fait pauvre et il y avait beaucoup d’enfants. Pour s’amuser, vous savez qu’ils n’avaient pas des jouets comme aujourd’hui, dans un chemin creux ils partaient ramasser des châtaignes ou je ne sais quoi et, en chemin, ils jouaient aux petits chevaux. Les filles retroussaient leurs cotillons, elles faisaient un nœud derrière, ça faisait une queue, et les garçons derrière, avec une baguette de genêt, frappaient les cuisses des filles et ils riaient.
C’est vrai parce que celle qui me le racontait avait vécu ça. C’était une femme vieille qui mourut quand moi j’étais jeune mais je me souviens qu’elle me racontait ça, quand nous étions petits, quand nous étions jeunes.
Et les pauvres ne mangeaient pas grand-chose, ils n’avaient que des châtaignes ou des noix, ils mangeaient ce qu’ils pouvaient mais ils étaient tout à fait pauvres.
Il n’y avait pas de feu, ils faisaient le feu par terre, au milieu de la maison, sur la terre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...