Quand èri pichonèla… (La prefàcia)

Collecté en 1996 Sur les Communes de Salmiech, Ste-Juliette-sur-Viaur Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les chants satiriques ironisant sur des institutions et les parodies du sacré sont calqués sur des matrices issues de la liturgie, en l'occurrence ici les “Lamentations de Jérémie”, comme "Lo tropèl d'abelhas”.

Son

YVONNE GAFFIER

née Gayrard en 1922 à Sainte-Juliette sur Viaur.

Transcription

Occitan
Français
« Quand èri pichonèla,
Gardavi los aucons,
E ara que soi bèla,
Gardi los anhelons.
Un còp vegèri que me’n mancava una,
L’anèri cercar,
Passèri per un clau e pièi per un clauson,
M’endormi(gu)èri,
Trobèri una escudelada de favas coconas.
Las anèri semenar,
M’endormiguèri,
Quand me tornèri desrevelhar la favas,
Eran nascudas.
Al lòc de nàisser, florissián,
Al lòc de florir, cotelavan,
Al lòc de cotelar, s’engrunavan.
Amen. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...