E ambe qual te vau maridar ? (La prefàcia)

Collecté en 1996 Sur la Commune de Salmiech Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les chants satiriques ironisant sur des institutions et les parodies du sacré sont calqués sur des matrices issues de la liturgie.

Dans cette version du Begonhés, la référence au sac de scories montre que cette très ancienne chanson a pu être adaptée aux circonstances de temps et de lieu.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LOUIS MOUYSSET

né en 1919 à Salmiech.

Transcription

Occitan
Français
« E ambe qual te vau maridar, tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
Ambe qual te vau maridar, tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– Amb una polida dròlla,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi prene una vièlha cabra,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit parelh de pendents per metre a las aurelhas,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i penjar lo carmalhon del fuòc,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit colièr ambe de pèrlas,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i metre la cadena de la vaca Maruèlha,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit parelh de sacons per metre los pompons,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i laissar penjar cossí que sia(gu)èsse,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit parelh de calças ambe de dentèlas,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i far aquò amb una saca d’escòri,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit parelh de debasses en seda,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i metre la monetièira qu’aviái al regiment,
Te trompariás.

– E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i cromparàs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I cromparai un polit parelh de solièrs en pèl de cabra,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiás que volguèssi i metre los esclòps que l’oncle ne bièissa l’òrt,
Te trompariás.

– E de qué i faràs-tu Joan, Joan, lo miune Joan ?
E de qué i faràs-tu Joan, Joan, lo miune filh ?
– I farai far un polit nenon,
Ma maire, s’aquò se pòt,
Se cresiái de ne poire pas tirar res,
La laissariái. »
Et avec qui vais-je te marier ?
« Et avec qui vais-je te marier, toi Jean, mon Jean ?
Avec qui vais-je te marier, toi Jean, Jean, mon fils ?
– Avec une jolie fille,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais prendre une vieille chèvre,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui achèterai une jolie paire de pendants pour mettre aux oreilles,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais lui pendre le crémaillon du feu,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui achèterai un joli collier avec des perles,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais lui mettre la chaîne de la vache Maruelle,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui achèterai une jolie paire de sacs pour mettre sa poitrine,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais la lui laisser pendre n’importe comment,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui achèterai une jolie paire de chausses avec des dentelles,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais lui faire ça avec un sac d’engrais,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
Je lui achèterai une jolie paire de bas en soie,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais lui mettre les molletières que j’avais au régiment,
Tu te tromperais.

– Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui achèteras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui achèterai une jolie paire de souliers en peau de chèvre,
Ma mère, si cela se peut,
Si tu croyais que je voulais lui mettre les sabots avec lesquels l’oncle bêche le jardin,
Tu te tromperais.

– Et que lui feras-tu, Jean, Jean, mon Jean ?
Et que lui feras-tu, Jean, Jean, mon fils ?
– Je lui ferai faire un joli enfant,
Ma mère, si cela se peut,
Si je croyais ne pouvoir rien en tirer,
Je la laisserais. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...