Sul camin de Perpinhanh…

Collecté en 1981 Sur les Communes de Rulhac-St-Cirq, La Selve Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Enregistré le 6 novembre 1981 à Rulhac Saint-Cirq par Alain Roussel et Yves Couderc de l'Institut d'estudis occitans Sud-Avairon de Saint-Affrique.

Publié en 1982 dans Cançons tradicionalas en occitan (1) de la collection Cèrcapaïs.

Les enregistrements originaux sont conservés au CORDAE La Talvera à Cordes (81).

« Aquela cançon es atestada en Albigés e en Sud-Avairon (al mens). Anam pas espepissar las paraulas mès podèm senhalar que, dins d’autras versions, i a un coblet que ditz, a quicòm prèp : “S’aviás cochat ambe nautras, las te seriás pas brutladas”. Escotatz plan lo biais de cantar que ne val la pena.

Ensacat lo 6 de novembre de 1981. » (I.E.O. Sud-Avairon)

Son

Edmond (Paul) MADER

né le 29 décembre 1913 à La Martinié de Rulhac Saint-Cirq.

Transcription

Occitan
Français
« Sul camin de Perpinhanh, (bis)
L’un lai pèrd, l’autre lai ganha,
Zin zon e zan e rataplan,
L’un lai pèrd, l’autre lai ganha.

“De qué lai as tu perdut ? (bis)
– Ieu li ai perdut la miá Joana…

– Ont l’anaràs tu cercar ? (bis)
– Sus las pus nautas montanhas…”

Rencontrèri un castelon, (bis)
I aviá tres polidas dròllas…

M’invitèron a sopar, (bis)
A sopar e cochar amb elas…

“Per sopar, soparai ben, (bis)
Mès per cochar ambe vautras, nani…

Cocharai al pè del fuòc, (bis)
Sus un planponèl de palha…”

Vèrs onze oras o mièjanuèch, (bis)
Lo fuòc se metèt a las palhas…

“Domaisèlas, levatz-vos, (bis)
Qu’ai lo fuòc a las quincalhas…

– Se t’embrutlas, embrutla-te, (bis)
Mès per nautras nos levam nani…” » (I.E.O. Sud-Avairon)
Sur le chemin de Perpignan…
« Sur le chemin de Perpignan,
L'un y perd, l'autre y gagne…

“Qu’y as-tu perdu?”
– J’y ai perdu ma Jeanne…

– Où iras-tu la chercher ?
– Sur les plus hautes montagnes…

J'y rencontrai un petit château
Il y avait trois jolies filles…

Elles m'invitèrent à souper,
A souper et à coucher avec elles…

“Pour souper, je souperai bien,
Mais pour coucher avec vous, non…

Je coucherai près du feu,
Sur une petite brassée de paille…”

Vers onze heures ou minuit, (bis)
Le feu se mit à la paille…

“Demoiselles, levez-vous
J’ai le feu à la “quincaillerie”…

– Si tu te brûles, brûle-toi,
Mais nous ne nous levons pas…” »
© Institut d'estudis occitans Sud-Avairon - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...