Cançon de Sent-Joan

Collecté en 1981 Sur les Communes de Rulhac-St-Cirq, La Selve Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Enregistré le 6 novembre 1981 à Rulhac Saint-Cirq par Alain Roussel et Yves Couderc de l'Institut d'estudis occitans Sud-Avairon de Saint-Affrique.

Publié en 1982 dans Cançons tradicionalas en occitan (1) de la collection Cèrcapaïs.

Les enregistrements originaux sont conservés au CORDAE La Talvera à Cordes (81).

« Aquela l’avèm gardada pel plaser de vos far ausir lo biais de cantar del Pau Mader. Las paraulas venon pas de Rulhac, èran copiadas.
I a una mèscla entre los coblets de lucha contra los mèstres (n’i a que son fòrça violents) e los coblets d’amor (recuperats ?).
Ensacat lo 6 de novembre de 1981. » (I.E.O. Sud-Avairon)

Son

Edmond (Paul) MADER

né le 29 décembre 1913 à La Martinié de Rulhac Saint-Cirq.

Transcription

Occitan
Français
« Bèla Sent-Joan s’apròcha,
Bèla nos cal quitar,
Dins un autre vilatge, iè, iè,
Cal anar demorar.

Tinta, tinta relòtge,
Solelh, abaissa-te,
Ara Sent-Joan s’apròcha, iè, iè,
De mèstre cambiarem.

Ò s’ère una irondèla,
Que posquèsse volar,
Al pè de tu ma bèla, iè, iè,
Me n’anariái pausar.

Prèga la tiá mestressa,
Que te vòlgue gardar,
leu pregarài la meuna, iè, iè,
De non me daissar anar.

Lo mèstre e la mestressa,
leu lor pisse dessús,
Me’n an ben tròpas fachas, iè, iè,
Li tornarai pas pus.

Ara l’ora es venguda,
Mèstre, comptatz l’argent,
E pagatz-nos la pauca, iè, iè,
Nos partirem contents.

Las prunas qu’amaduran,
Laissatz-las madurar,
Dins un autre vilatge, iè, iè,
Las anarem manjar. » (I.E.O. Sud-Avairon)
Chanson de Saint-Jean
« Belle Saint-Jean s'approche,
Belle il faut se quitter,
Dans un autre village, iè, iè,
Il faut aller résider.

Sonne, sonne horloge,
Soleil, abaisse-toi,
Maintenant Saint-Jean s’approche, iè, iè,
De maître nous changerons.

Oh, si j’étais une hirondelle,
Et que je puisse voler,
Auprès de toi ma belle, iè, iè,
J’irais me poser.

Prie ta maitresse,
Qui veut te garder,
Moi je prierai la mienne, iè, iè,
De ne pas me laisser partir.

Le maître et la maîtresse,
Je leur pisse dessus,
Ils m’en ont bien trop fait, iè, iè,
Je n’y reviendrai plus.

Maintenant l’heure est venue,
Maître, comptez l’argent,
Et payez-nous à boire, iè, iè,
Nous partirons contents.

Les prunes qui mûrissent,
Laissez-les mûrir,
Dans un autre village, iè, iè,
Nous irons les manger. »
© Institut d'estudis occitans Sud-Avairon - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...