Lo violonaire e lo lop

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Roquefort-sur-Soulzon, Ste-Eulalie-de-Cernon, Viala-du-Pas-de-Jaux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les histoires relatives à des musicaires suivis par des loups qui s’enfuient au son fortuit de l’instrument sont des récits d’expérience très anciens et très répandus. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés.

Claude Peyrot (1709-1795), auteur occitan du Millavois, en donne une version en vers dans son œuvre.

L'histoire racontée par Georges est située entre Sainte-Eulalie de Cernon et Roquefort (La Jaça del Violonaire).

Ces récits sont particulièrement nombreux sur le canton de Cornus où l'on se souvient encore des lobatièrs et autres meneurs de loups.

Son

GEORGES MALATERRE

né en 1906 au Viala du Pas de Jaux.

Transcription

Occitan
Français
« Lo violonaire, aquò èra un òme coma tot lo monde que fasiá las fèstas. Autres còps li aviá pas coma ara de tambors, d’aicí alai, juste un violon, e lo monde s’amusavan mai que ara, benlèu. Bon.
Alara veniá de la fèsta de Senta-Aulariá. E a Senta-Aulariá, li avián donat una fo(g)assa, la junessa, o l’aviá crompada. Enfin bref, portava una fo(g)assa.
En rota, tot en un còp, s’aperçachèt que li aviá lo lop que lo seguissiá darrès. E alara, èra pas tranquille, pardí… Disiá : “Mès…”
Alara li donava un bocin de fo(g)assa, de temps en temps.
Quand sosquèt a mitat-camin, per anar a Ròcafòrt, benlèu, a pus près, s’arrestèt amont, a-n-una jaça, (encara pòrta lo nom, la Jaça del Violonaire), alara lo lop èra totjorn aquí. Mès, de fo(g)assa, n’aviá pas dejà pussa…
Alara, sai pas cossí se demerdèt, toquèt las còrdas del violon e lo violon… Bien sûr…E lo lop, mon òme, fot lo camp !
“Me damne, s’aviái sachut, te’n auriái jogat un èrt pus lèu !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...