Lo present

Collecté en 2000 Sur la Commune de Rodelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GEORGES FAU

né en 1930 à Gervais de Rodelle, décédé en 2011.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo temps èra costuma que, quand tuàvem lo pòrc, o sabètz coma ieu, portàvem lo present qu'apelavan. Portàvetz un teç de trocha, un bocin de salsissa… Ne portàvetz al mèstre d'escòla, ne portàvetz al secretari de meria e evidament al curat, pardí. Per avure las absolucions, aquò fasiá bien.
Un jorn, a-z-un ostal, tuavan lo pòrc.
La velha lo gòsse, qu'èra al catechirme, di(gu)èt al curat :
“Deman, Mossur lo curat, vendrai pas al catechirme.
– E cossí ?, li fa Mossur lo curat.
– Parce que tuam lo pòrc e me cal èstre a l'ostal per far la salsissa.
– E ben tant pis, se venes pas al catechirme, tant pis, per un jorn…”
Lo suslendeman, quand tornèt al catechirme, li fa :
“Sabes se lo papà a pensat a-z-ieu ?
– A oèi, li fa aquel gòsse, oèi li a pensat mès m'a dich que vos caliá devinar aquela devineta…
– A bon ? E de qu'es aquò que cal devinar ?
– E ben a dich se sabiatz la diferença qu'i aviá entre Nòstre-Sénher e lo pòrc ?
– De qué dises, pistolet, vas pas comparar Nòstre-Sénher e lo pòrc ?
– E si, ço ditz, lo papà m'a dich que Nòstre-Sénher èra mòrt per tot lo monde mès lo pòrc l'aviam tuat pas que per nautres !” »
Le présent
«
Dans le temps il était coutumier, quand nous abattions le cochon, vous le savez comme moi, d'apporter le présent comme ils disaient. Vous apportiez un morceau de filet mignon, un bout de saucisse… Vous en apportiez à l'instituteur, vous en apportiez au secrétaire de mairie et évidemment au curé, bien sûr. Pour avoir les absolutions, c'était bien.
Un jour, dans une maison, ils tuaient le cochon.
La veille le gosse, qui était au catéchisme, dit au curé :

“Demain, Monsieur le curé, je ne viendrai pas au catéchisme.
– Et comment ?, lui fait Monsieur le curé.
– Parce ce que nous tuons le cochon et qu'il me faut être à la maison pour faire la saucisse.
– Eh bien tant pis, si tu ne viens pas au catéchisme, tant pis, pour un jour…”
Le surlendemain, quand il revint au catéchisme, il lui fait :
“Tu sais si ton papa a pensé à moi ?
– Ah ouais, lui fait ce gosse, ouais il y a pensé mais il m'a dit qu'il vous fallait résoudre cette devinette…
– Ah bon ? Et que faut-il deviner ?
– Eh bien il a demandé si vous connaissiez la différence entre Notre-Seigneur et le cochon ?
– Que dis-tu, garnement, tu ne vas pas comparer Notre-Seigneur et le cochon ?
– Eh si, dit-il, mon papa m'a dit que Notre-Seigneur était mort pour tout le monde mais que le cochon nous ne l'avions tué que pour nous !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...