Lo cabrit

Collecté en 2000 Sur la Commune de Rodelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GEORGES FAU

né en 1930 à Gervais de Rodelle, décédé en 2011.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo temps, èrem pus devocioses que ara. Ara anam mème pas pus a la messa, sans parlar d'anar a vèspras. Anàvem confessar au mens dejà dos o tres còps l'an : per Pascas, per Nadal e encara per Totsants. E de còps entremièg per la Fèsta-Diu. Mès ara pas res. Tot es boleversat.
Alara dins lo temps, vos vau contar aquel istoèra, i aviá un jun’òme que èra anat a confessa. Alara voliá dire al curat que aviá avuda una mauvaise intencion. Lo curat lo li demandèt :
“Avètz pas avudas de mauvaises intencions ?
– Ause pas vos o dire, Mossur lo curat, mès un còp agère una missanta intencion. I aviá un cabridon sul fenestron de l’estable que sortiá las patas, èra polit, me fasiá enveja, lo volguère anar tapar mès que po(gu)ère pas l'atapar. Sautèt dins l'estable : vèni me quèrre !
– A mès que, li fa Mossur lo curat, aquò es grave aquò, vos donariái ben l’absolucion mès cal que me donetz cinc francs, se me donatz cinc francs, vos dòne l’absolucion de suita.”
Va cercar lo pòrta-moneda, sòrt una pèça de cinc francs e la fot entre lo grilhatge del confessional. Coma lo curat anava atapar la pèça, rapppp ! l'autre la tòrna prene e li fa :
“E Monsur lo curat, lo cabrit fa(gu)èt aital !”

L'aviái entenduda contar a Boaso pel pèra Maurèl d'a Boaso, lo bochièr, l'ancien bochièr, que la racontava al bistrò un jorn. L'aviái retenguda, n'i a un moment qu'exista ! Ara vam pas pus confessar, an demolit totes los confessionals ! »
Le chevreau
« Dans le temps, nous étions plus dévots que maintenant. Maintenant nous n'allons même plus à la messe, sans parler d'aller aux vêpres. Nous allions nous confesser au moins déjà deux ou trois fois par an : pour Pâques, pour Noël et encore pour Toussaint. Et parfois entre temps pour la Fête-Dieu. Mais maintenant plus rien. Tout est bouleversé.
Alors dans le temps, je vais vous raconter cette histoire, il y avait un jeune homme qui était allé se confesser. Alors il voulait dire au curé qu'il avait eu une mauvaise intention. Le curé le lui demanda :
“N'avez-vous pas eu de mauvaises intentions ?
– Je n'ose pas vous le dire, Monsieur le curé, mais une fois j'eus une mauvaise intention. Il y avait un petit chevreau sur la petite ouverture de l'étable qui sortait les pattes, il était joli, il me faisait envie, je voulus aller l'attraper mais je ne pus l'attraper. Il sauta dans l'étable : viens me chercher !
– Ah mais, lui fait Monsieur le curé, c'est grave ça, je vous donnerais bien l'absolution mais il faut que vous me donniez cinq francs, si vous me donnez cinq francs, je vous donne l'absolution tout de suite.”
Il va chercher son porte-monnaie, il sort une pièce de cinq francs et la met dans le grillage du confessionnal. Au moment où le curé allait attraper la pièce, rapppp ! l'autre la reprend et il lui fait :
“Eh Monsieur le curé, le chevreau fit ainsi !”

Je l'avais entendue raconter à Bozouls par le père Maurel de Bozouls, le boucher, l'ancien boucher, il la racontait au bistrot un jour. Je l'avais retenue, il y a un moment qu'elle existe ! Maintenant nous n'allons plus nous confesser, ils ont démoli tous les confessionnaux ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...