Lo cabrit

Collecté en 1994 par CORDAE Sur la Commune de Rodelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce récit s'inscrit dans la veine extrêmement bien diffusée du paiement de la confession en flattant la gourmandise ou la concupiscence d'un prêtre, thème très courant dans de nombreuses parodies du sacré et facéties. Le paroissien rusé parvient toujours à obtenir l'absolution en promettant au prêtre de lui apporter du gibier, un aliment quelconque, ou une pièce de monnaie. (CORDAE)

Son

GEORGES FAU

né en 1930 à Gervais de Rodelle, décédé en 2011.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp i aviá un jun’òme, d’una trentena d’ans, e s’èra anat confessar. E lo curat li fa :
“Avètz pas jamai avudas de missantas intencions, avètz pas panat, pas res ?
– Si, un còp, i aviá un cabrit aquí, èra sus un fenestron a l’estable aquí e alara èra polit aquel cabrit, que me fasiá enveja, aviái enveja de lo panar. E passère la man pel fenestron per poire l’atapar mès juste al moment que l’anava atapar prooop ! lo cabrit sauta e lo pòde pas avure.
– E… e…, li fa lo curat, mès que vos pòde pas donar l’absolucion coma aquò. Cal que me donetz cinc francs e vos donarai l’absalucion.”
E l’autre, cossí far, pardí ? Va a la pòcha, al pòrta-moneda, sòrt una pèça de cinc francs e la fot sus la grilha del curat. Coma lo curat l’anava atapar l’autre rapppp ! tòrna prene la pèça. Li fa :
“E Monsur lo curat, lo cabrit fa(gu)èt aital !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...