Lo poder pel fuòc e las varrugas

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Rieupeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité.

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours et on faisait souvent appel à des guérisseurs.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

YVON NATTES

né en 1928 à La Penchenarie de Rieupeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« Un parent plan eloinhat, dabans de morir, me cedèt lo poder pel fuòc.
Un jorn, trobèri una persona a la farmacia que preniá per 1050 francs de medicaments. Trobèri qu'aquò èra exagerat e li di(gu)èri :
“Perque passas davant l'ostal, arrèsta-te, te farai lo secret que m'an cedat.”
La persona me di(gu)èt :
“Creses que me faràs quicòm ?”
Li di(gu)èri :
“Di(g)a, o veirem ben… Venes d'al medecin ?, li di(gu)èri.
– Oui.
– E de qué t'a dich ?
– M'a dich que aviái un zòna.”
Li di(gu)èri :
“Arrèsta-te, veirem ben de que podèm far.”
Coma arrestavi lo fuòc e que lo zòna aquò's de fuòc qu'apèlan lo mal desaint Antoine,li fa(gu)èri lo secret. Aquò èra lo sabte a miègjorn e ben lo luns a ser lo zòna sia(gu)èt tot a fèt arrestat.
Aquela persona o gardèt pas per ela, o di(gu)èt, o tornèt repetar, finalament aquò se sap un bocin pertot.

Un jorn, volguèri assajar per las verrugas tanben e pas sus tot lo monde mès sus certenas personas aquò marcha. Fau pas tot a fèt lo mème secret que per las brutl(ad)uras. Aquò's lo secret per un còp. Cossí dire ? Per un tapin. Se vos fotètz un còp de martèl sus un det, aquò sangna, aquò fa mal. Vos fau lo secret e fau lo mème per las varrugas. Sus certenas personas, me tòrni repetar, aquò marcha. Mès garantissi pas res. Es un remèdi qu'es pas car.
– Aquí n'ai doas.
– La pus gròssa es aquela.
– Òc.
– Quna es la prumièira ?
– Aquela, aquela.
– N'avètz pas maitas enluòc ?
– N'ai una aquí.
– Non mès la… (…)
Voilà. Se deu partir vo'n tracharetz pas, un bon jorn i serà pas pus, mès garantissi pas res, per las varrugas… Mès n'ai fachas partir, se(g)ur !

E se part pas, faretz ambe la codena ! La codena de la memina, que ne fretava los rens cada matin. Se fretava la cuèissa, aicí, aviá mal als rens e se fretava aicí coma aquò. La sirventa, un matin, montava los escalièrs e trobava pas la graissa per metre a la sopa, trobèt aquela codena e la metèt a la sopa. La memè que cercava la codena pertot !
Disiá :
“Mès la codena de la memina, ont es passada ? Ont es passada la codena de la memina ? Que ne fretava los rens cada matin…”
La sirventa di(gu)èt :
“Paura, l'ai metuda a la sopa aqueste matin…
– A… macarèl de macarèl ! La miá codena ! La codena de la memina ! La codena de la memina !”, fasiá.

Se Nòstre-Sénher me'n dòna lo temps, de m'exprimar dabans de morir, lo cedarai a quauqu'un. »
Le pouvoir pour le feu et les verrues
« Un parent très éloigné, avant de mourir, me céda le pouvoir pour le feu.
Un jour, je rencontrai une personne à la pharmacie qui prenait pour 1050 francs de médicaments. Je trouvai que c’était exagéré et je lui dis :
Puisque tu passes devant la maison, arrête-toi, je te ferai le secret qu’ils m’ont cédé.”
La personne me dit :
Tu crois que tu me feras quelque chose ?”
Je lui dis :
Dis, nous le verrons bien... Tu viens de chez le médecin ?, lui dis-je.
– Oui.
– Et que t’a-t-il dit ?
– Il m’a dit que j’avais un zona.”
Je lui dis :
Arrête-toi, nous verrons bien ce que nous pouvons faire.”
Comme j’arrêtais le feu et que le zona c’est du feu qu’ils appellent le mal de saint Antoine, je lui fis le secret. C’était le samedi à midi eh bien le lundi soir le zona fut tout à fait arrêté.
Cette personne ne le garda pas pour elle, elle le dit, elle le répéta, finalement ça se sait un peu partout.

Un jour, je voulus essayer pour les verrues aussi et pas sur tout le monde mais sur certaines personnes ça marche. Je ne fais pas tout à fait le même secret que pour les brûlures. C’est le secret pour un coup. Comment dire ? Pour un petit coup. Si vous vous foutez un coup de marteau sur un doigt, ça saigne, ça fait mal. Je vous fais le secret et je fais le même pour les verrues. Sur certaines personnes, je me répète, ça marche. Mais je ne garantis rien. C’est un remède qui n’est pas cher.
– Là j’en ai deux.
– La plus grosse c’est celle-là.
– Oui.
– Laquelle est la première ?
– Celle-là, celle-là.
– Vous n’en avez pas d’autres ailleurs ?
– J’en ai une là.
– Non mais la... (...)
Voilà. Si elle doit partir vous ne vous en rendrez pas compte, un beau jour elle n’y sera plus, mais je ne garantis rien, pour les verrues... Mais j’en ai fait partir, bien sûr !

Et si elle ne part pas, vous ferez avec de la couenne ! La couenne de la mémé, qui s’en frottait les reins chaque matin. Elle se frottait la cuisse, ici, elle avait mal aux reins et elle se frottait ici comme ça. La bonne, un matin, montait les escaliers et ne trouvait pas la graisse pour mettre dans la soupe, elle trouva cette couenne et elle la mit dans la soupe. La mémé cherchait la couenne partout !
Elle disait :
Mais la couenne de la mémé, où est-elle passée ? Où est passée la couenne de la mémé ? Elle s’en frottait les reins chaque matin...”
La bonne dit :
“Ma pauvre, je l’ai mise dans la soupe ce matin...
– Ah... macarel de macarel ! Ma couenne ! La couenne de la mémé ! La couenne de la mémé !”, faisait-elle.

Si Notre-Seigneur m’en donne le temps, de m’exprimer avant de mourir, je le céderai à quelqu’un. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...