Las aucas per l'estolha

Collecté en 2000 Sur les Communes de Rieupeyroux, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La maîtresse de maison, la patrona, régnait sur le potager (òrt) et la basse-cour qui permettaient de couvrir une bonne partie des besoins alimentaires. Les excédents vendus au marché lui procuraient un peu d’argent pour les besoins de la famille.

On conduisait les oies (aucas) dans les chaumes (l'estolha, lo rastolh) afin qu'elles se nourrissent des épis (espigas) qui restaient dans le champ (camp, pèça).

Ce témoignage est illustré par un film tourné à Rieupeyroux dans les années 1970 par Robert Talon.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Hélène GRÉSILIÈRES

née Viallèles en 1913 à Combe-Nègre de Villefranche.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá una tanta miá qu'èra pas lènh… Quand avètz quitada la rota que vos mena aicí, i a un vilatge, e ben èra aquí ambe una filha. Avián una bòria e, quand avián missonat, prenián las aucas per l'estolha, per far manjar las espi(g)as que restava. Mès que, d'aucas, n'aviá una vintena e la miá paura tanta èra fruscada a pus près coma ieu, tout à coup, aviá una puta de lata que aviá tres mèstres de long, gardava aquelas aucas aquí per mièg d'aquela pèça e enquèra, per que mangèsson melhor, amassava las espi(g)as e las lor gitava e un jorn, passèt una autò e, aquela autò, per la rota, vegèron aquela vièlha amb aquelses aucons, se tampèron. Davalèron e i anèron, li parlar. Li di(gu)èron s'aquò la geinariá que la prenguèsson en fòto ambe sas aucas e la paura tanta lor di(gu)èt :
“Mès non mès aquò's que ieu soi tota mal fruscada…
– E !, li di(gu)èron, anatz plan coma sètz ! Demoratz aital !”
E per ma fe, prenguèron de fòtos e me di(gu)èt :
“Me donèron una persè(g)a qu'èra plan bona !” »
Les oies dans les éteules
« Il y avait ma tante qui n’était pas loin... Quand vous avez quitté la route qui vous conduit ici, il y a un village, eh bien elle était là avec une fille. Elles avaient une ferme et, quand elles avaient moissonné, elles prenaient les oies dans l’éteule, pour leur faire manger les épis qu’il restait. Mais, des oies, elle en avait une vingtaine et ma défunte tante était frusquée à peu près comme moi, tout à coup, elle avait une latte qui faisait trois mètres de long, elle gardait ces oies là au milieu de ce champ et encore, pour qu’elles mangent mieux, elle ramassait les épis et les leur jetait et un jour, une auto passa et, cette auto, depuis la route, ils virent cette vieille avec ces oisons, ils s’arrêtèrent. Ils descendirent et ils y allèrent, lui parler. Ils lui demandèrent si ça la gênerait qu’ils la prennent en photo avec ses oies et ma défunte tante leur dit :
“Mais non mais c’est que je suis toute mal frusquée...
– Eh !, lui dirent-ils, vous êtes bien comme vous êtes ! Restez comme ça !”
Et ma foi, ils prirent des photos et elle me dit :
“Ils me donnèrent une pêche qui était très bonne !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...